ActualitéHistoireInternational

5 éléments pour comprendre la carrière de Yves Coppens

Le célèbre paléontologue et paléoanthropologue français, Yves Coppens, est décédé mercredi à l’âge de 87 ans.

Connu pour avoir découvert le fossile d’Australopithèque surnommé Lucy, Yves Coppens est décédé ce 22 juin à l’âge de 87 ans. Une figure qui s’en est allée. L’occasion de revenir sur 5 éléments pour comprendre la grande carrière d’Yves Coppens.

L’enfance d’Yves Coppens

Yves Coppens est naît le 9 août 1935 à Vannes. Son père, le physicien René Coppens, chevalier de la Légion d’honneur, travaillait sur la radioactivité des roches, il a rédigé de nombreuses notes scientifiques pour l’Académie des sciences notamment. Son père était aussi un professeur de l’École nationale supérieure de géologie de Nancy. Sa mère, Françoise le Guennec, était une pianiste concertiste, ethnologue et chercheuse au CNRS (Centre national de la recherche scientifique). Une famille réputé pour être liée à la recherche et au monde des fossiles et de la roche. Yves Coppens suivra lui aussi ce chemin.

Les études

Depuis toujours, Yves Coppens est passionné par la préhistoire et l’archéologie. Il commence très tôt à participer à des travaux de fouille et de prospection en Bretagne notamment. Yves obtient son baccalauréat en sciences expérimentales au lycée Jules Simon de Vannes. Il enchaîne ensuite avec une licence en sciences naturelles à la faculté des sciences de l’université de Rennes. Il continue jusqu’au doctorat, où il prépare un diplôme sur les proboscidiens au laboratoire de Jean Piveteau à la faculté des sciences de l’université Paris Sorbonne.

Une grande carrière

Yves Coppens est devenu la référence dans la domaine de la paléontologie. En 1956, Yves devient l’attaché de recherche du Centre national de la recherche scientifique à seulement 22 ans. En 1959, alors qu’il est chercheur dans la laboratoire de l’Institut de paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle, René Lavocat, avec qui il travaillait lui confie la determination des dents de proboscidiens, de mammifères du pilocéne issue de fossiles de vertébrés trouvés en Afrique. C’est même sur ce sujet qu’Yves effectuera sa thèse. Grace à ce poste qui lui est attribué, Yves Coppens entre en contact avec des géologues et part en Afrique pour différentes missions et expéditions comme celle au Tchad, en Éthiopie même en Algérie, en Tunisie, en Mauritanie, en Indonésie et aux Philippines.

En 1969, l’ancien paléontologue devient maître de conférence au Muséum national d’histoire naturelle puis sous-directeur au Musée de l’Homme.

Yves Coppens est nommé président de plusieurs académies par différents présidents comme Jacques Chirac ou encore Nicolas Sarkozy qui le nomme président du conseil scientifique chargé de la conservation de la grotte de Lascaux.

“Commission Coppens”

En 2002, Yves Coppens est nommée à la présidence d’une commission particulière nommée “commission Coppens”. Les travaux de cette commission ont servi de base à l’élaboration de la Charte de l’environnement. Un texte préparé par le secrétaire général du gouvernement et par le cabinet du président de la République.

La découverte de Lucy

Le 30 novembre 1974 à Hadar, dans la vallée de l’Awash en Ethiopie, un fossile complet à 40% d’Australopithecus afarensis est découvert dans le cadre d’une recherche de I’ International Afar Research Expedition, un projet regroupant une trentaine de chercheurs éthiopiens, américains, et français. Yves Coppens fait partie de ses chercheurs français et découvre le premier fragment du fossile. Il finit par être reconnu comme étant le paléontologue à avoir découvert ce fossile appelé Lucy en référence à Lucy in the Sky with Diamonds, la chanson des Beatles écoutée par l’équipe de chercheurs à cette époque.

Lucy

À lire aussi : Lucy, l’australopithèque la plus célèbre au monde, fête ses 41 ans

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéFrancePolitique

5 dates clés dans la carrière d’Olivier Véran, porte-parole du gouvernement

ActualitéCulture

Tu te souviens… des Furby ?

ActualitéSport

Quels sont les quatre maillots distinctifs au Tour de France ?

ActualitéInternationalsociété

Tu te souviens … des Crados ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux