ActualitéFranceHistoire

5 éléments pour comprendre… le destin de Marie-Antoinette

Alors qu’elle fait actuellement l’objet d’une série produite par Canal+ qui sera diffusée fin 2022, début 2023, la reine de France la plus célèbre de l’histoire (qui sera incarnée par Emilia Schüle) continue de susciter de l’intérêt. Voici donc 5 éléments pour comprendre le destin de la princesse autrichienne devenue reine emblématique, haïe par le peuple pour son non conformisme et sa négligence de ce dernier, et dont la fin tragique a marqué l’histoire de France à jamais.

Son mariage à l’âge de 15 ans

Fille de François Ier de Lorraine, empereur du Saint-Empire romain germanique, et de Marie-Thérèse de Habsbourg, archiduchesse d’Autriche, Marie-Antoinette naît à Vienne le 2 novembre 1755. C’est à l’âge de 15 ans que la jeune princesse autrichienne Marie-Antoinette prends la direction de la capitale du Royaume de France et rejoints sa cour. L’objectif de sa mère, marier sa fille au Pince Louis XVI pour renforcer la relation entre la monarchie française et l’empire autrichien. Son mariage avec Louis XVI est célébré dans la Chapelle royale du château de Versailles le 16 mai 1770.

Sa vie à la cour

Aux yeux de l’opinion publique, ce mariage symbolise les promesses d’un nouveau règne alors que Louis XV se fait vieux. Le Roi vieillissant est devenu impopulaire et sa mort, le 10 mai 1774, est un soulagement pour le royaume. Marie-Antoinette devient reine alors qu’elle n’a pas vingt ans. Mais ce bonheur ne dure pas, la reine peine à trouver ses marques en France. Délaissée par son époux et peu habituée aux usages de la cour française, Marie-Antoinette mène une vie festive et n’accorde pas d’attention à l’étiquette. Elle dépense des fortunes pour des futilités et s’entoure de jeunes aristocrates impopulaires et libertins qui ternissent son image auprès du peuple.

L’ impopularité de la reine

La reine est en mal de popularité au sein du royaume, elle ne change pas son attitude par rapport à son entourage et peine à donner naissance un héritier ce qui agace fortement le peuple parisien. Rapidement viennent s’ajouter à cela des rumeurs vis à vis de son affaire avec Alex de Fersen, officier suédois. On lui attribue alors le surnom péjorative d' »Autrichienne ». Enfin, elle devient la risée du peuple lors de « l’affaire du collier » durant laquelle des joailliers, Boehmer et Bassange, demandent 1,6 million de livres à la reine pour l’achat d’un collier de diamants, par l’entremise du cardinal de Rohan. Le scandale éclate et l’affaire est confiée au Parlement par le roi. La reine est finalement blanchie de tout soupçon et la culpabilité du comte et de la comtesse de La Motte est finalement reconnue. Malgré son innocence prouvée, la reine Marie-Antoinette a perdu toute crédibilité aux yeux du peuple.

YouTube video

Marie-Antoinette et la Révolution

Lorsque la Révolution éclate, Marie-Antoinette pousse le roi à résister. Orgueilleuse, la reine s’oppose à tous les compromis qui lui sont présentés par les plus modérés. Parmi ces derniers on retrouve notamment La Fayette ou Mirabeau. Elle ne veut pas d’une monarchie constitutionnelle. Elle se tourne ainsi vers ses frères, Joseph II et Léopold II pour obtenir leur aide.

Les journées des 5 et 6 octobre 1789, la famille royale est retenue aux Tuileries. La reine parvient à convaincre son époux de s’enfuir et le 20 juin 1791, la famille royale quitte discrètement Paris. Ils sont finalement interceptés à Varennes et ramenés vers la capitale. Les Français, blessés par cet épisode, se sentent trahis par leur roi.

Peu après, Louis XVI approuve à contrecœur la Constitution le 14 septembre 1791. Cependant, les rumeurs d’une guerre menée par Léopold II, empereur du Saint Empire romain germanique, contre la France ravivent la haine du peuple à l’égard de la reine. Le manifeste de Brunswick, paru en France le 1er août 1792, mène finalement à l’émeute du 10 août. Les Tuileries sont envahies par la foule furieuse et la famille royale est enfermée à la prison du Temple. Louis XVI et Marie-Antoinette sont accusés d’avoir manœuvré avec des puissances étrangères contre la Révolution.

Une mort mémorable

Après l’exécution du roi le 21 janvier 1793, Marie-Antoinette et ses enfants restent enfermés dans la prison du temple et les mois passent. Finalement, le jugement vient alors que la République est menacée par la Terreur, les sans-culottes réclament des coupables et qui de mieux comme bouc-émissaire que celle que l’on surnomme désormais « la veuve Capet », incarnation de la monarchie et de l’ancien monde.

C’est dans ce climat, que s’ouvre le 14 octobre 1793, le procès de celle qui fut la reine de France. Lors de ce procès truqué, Marie-Antoinette va forcer l’admiration de ses juges et de ses bourreaux, à la fois par son courage mais aussi par sa maîtrise politique. Le 16 octobre 1793, Marie-Antoinette est condamnée à mort pour trahison à l’âge de trente-huit ans. Elle est guillotinée sur la place de la Révolution (place de la Concorde) à Paris.

Avec son destin aussi incroyable que tragique et par la haine que lui a voué le peuple français, Marie-Antoinette a profondément marqué l’Histoire de France. Accusée d’avoir été celle qui a poussé le roi à la trahison, la reine a été la représentation de tout ce que le peuple haïssait chez la monarchie.

A voir aussi : 5 éléments pour comprendre… qui était Nostradamus

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéMédiasMusique

5 dates clés dans la carrière de Kendji Girac

ActualitéMédias

Secret Story : les secrets les "plus nuls" de l'émission

ActualitéSéries Tv

Quelles sont nos 10 Créations Originales préférées ?

À la uneFranceMusique

Blessure par balle : qu'est-il arrivé à Kendji Girac ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux