À la uneFaits DiversInternational

5 éléments pour comprendre… qui était Ed Gein, le tueur qui a inspiré Psychose

Ed Gein était un tueur en série et voleur de cadavres américain des années 1940-1950. Des cadavres déterrés, des femmes découpées, une collection d’organes humains, des peaux humaines dépecées,… de quoi faire trembler. L’homme a notamment inspiré la culture populaire et de grands succès sont nés comme Psychose et Massacre à la Tronçonneuse. C’est l’occasion de revenir sur 5 éléments de l’affaire d’Ed Gein.

1/ Un homme diagnostiqué schizophrène

La santé mentale d’Ed Gein a toujours fasciné les psychologues et spécialistes. Pour les personnes qui le connaissent, il est calme et timide même s’il lui arrivait de rire sans raison dans des situations inadéquates. Dans tous les cas, il n’est pas décrit comme quelqu’un de méchant. Après différentes études sur son cas, Ed Gein est rapidement diagnostiqué schizophrène. A l’intérieur de lui, ce sont deux personnalités incompatibles qui s’affrontent. Depuis qu’il est petit, Ed Gein a dû se créer une autre personnalité en plus de la sienne pour mieux gérer ses conditions familiales. La première personnalité de Gein était plus équilibrée et haïssait sa mère tandis que sa deuxième personnalité s’est mise à accepter la situation et à l’adorer. Ses deux personnalités se sont comme percutées à la mort de sa mère. Tandis que l’une s’est sentie libérée, l’autre s’est sentie abandonnée. La confrontation des deux personnalités est sans aucun doute ce qui a donné naissance à ce qu’est devenu Ed Gein, un tueur en série.

2/ Une famille stéréotype d’un déséquilibre mental

Edward Theodore Gein naît le 27 août 1906 à La Crosse, un village perdu du Wisconsin aux États-Unis. Sa famille laisse présager le déséquilibre mental qu’aura Ed Gein. Son père George Gein était un homme alcoolique et violent qui battait régulièrement sa femme. Il éprouvait une forte haine pour ses deux fils : Ed lui-même et son frère Henry. Sa mère Augusta Gein était une femme religieuse fanatique qui avait prié pour donner naissance à une fille lors de la naissance de Gein. Elle a élevé ses fils à la dure avec une éducation religieuse stricte. Elle leur appris également que les femmes étaient toutes des “créature immorales” et des “récipients du pêché”. En 1914, Ed Gein déménage avec sa famille à Plainfield, un autre village du Wisconsin, dans une ferme isolée. A l’âge de 13 ans, la mère interdit aux enfants de fréquenter l’école et décide de prendre part à leur éducation à 100%. A cet âge, Ed Gein est un élève moyen très intéressé par la lecture. Ses tentatives pour se lier d’amitié avec quelqu’un étaient fortement réprimandées par sa mère.

La ferme des Gein à Plainfield, Wisconsin

La mort du père entraîna les deux fils à entrer dans la vie active et c’est à ce moment-là qu’Ed Gein se lia de manière très fusionnelle avec sa mère. Cette relation était mal vue par son frère Henry. Il s’inquiétait pour son frère quant au lien qu’Ed Gein avait créé et il n’a pas hésité à la critiquer devant lui. C’est sans doute cela qui lui coûta la vie en 1944. Alors que les deux frères étaient parti arrêter un feu de brouissailles aux alentours de la ferme, Henry disparaît. Étrangement, Ed Gein amène directement la police à l’endroit même où se trouve le corps d’Henry alors qu’il avait dit l’avoir perdu de vue. Gein n’est pas inculpé par manque de preuves et son frère est déclaré mort par asphyxie due aux fumées de l’incendie. Ed Gein et sa mère se retrouvèrent seuls tous les deux jusqu’à la mort de cette dernière le 29 décembre 1945 : le déclencheur pour Ed Gein.

Augusta Gein, mère d’Ed Gein

3/ Des disparitions inquiétantes

Seul et sans sa mère pour le réprimander, Ed Gein a alors commencé à s’intéresser aux femmes. Déjà fasciné par la lecture, il se met à lire des ouvrages aux sujets étranges comme les crimes nazis mais également des ouvrages pornographiques. La rubrique nécrologique l’a aidé à se mettre au courant sur les décès de femmes pour ensuite aller déterrer les corps. Des disparitions inquiétantes surviennent au même moment. Une enfant de huit ans, Georgia Weckler disparaît le 1er mai 1947 alors qu’elle rentre de l’école. Une adolescente de quinze ans, Evelyn Hartley disparaît également en octobre 1953. Les paroles d’Ed Gein après une autre disparition, celle de Mary Hogan le 8 décembre 1954, paraissent suspectes sans que personne ne les signale. Peu après cette disparition, Ed Gein parle avec son voisin à ce sujet et Gein déclare qu’“elle n’a pas disparu, elle est à la ferme”. Une déclaration surprenante que son voisin voit comme une plaisanterie.

C’est la disparition de Bernice Worden le 16 novembre 1957 qui amène les suspicions sur Ed Gein. Le fils de cette femme avait avoué aux enquêteurs que Gein avait déjà fait des avances à sa mère et un témoin en rajoute en disant avoir aperçu Gein errer autour du lieu de travail de la disparue. Gein est alors interrogé. Plusieurs choses interpellent la police notamment lorsque Gein dit n’y être pour rien dans la mort de Worden. Son nom n’avait même pas encore été mentionné par les enquêteurs et aucune mort n’avait encore été présumée.

4/ Les découvertes macabres

Les enquêteurs commencent à faire un lien entre Gein et la disparition de Bernice Worden. Une fouille de la ferme est alors organisée. C’est là que commence les découvertes sinistres. Le corps de Bernice Worden est en effet retrouvée, pendue par les pieds, décapitée et éventrée. Ce n’est pas la seule découverte. Chez lui, des abats-jours, des rideaux, des draps, des gants faits en peau humaine. Gein a avoué se servir de la peau humaine pour se confectionner des vêtements. Des crânes, organes sexuels féminins et autres organes sont rangés dans des bocaux. La tête et le cœur de Worden sont retrouvés parmi les nombreux organes ainsi que la tête momifiée de Mary Hogan dans un sac en papier. Le reste des bouts de corps proviendraient selon Gein des corps qu’il a exhumé au cimetière.

Gein est officiellement accusé de deux meurtres, celui de Worden et de Hogan. Mais malgré ses déclarations sur les corps exhumés, les enquêteurs pensent que Gein compte plus que deux meurtres à son actif. Deux vagins sont notamment retrouvés dans la cuisine de Gein qui n’appartiennent à aucune femme enterrée à Plainfield. Les soupçons se tournent alors vers Evelyn Hartley et Georgia Weckler, les deux autres femmes disparues et jamais retrouvées. Gein avait une Ford blanche dissimulée dans sa propriété qui avait été aperçue lors de l’enlèvement de Weckler. Les traces de pneus retrouvées sur le lieu supposé du kidnapping correspondent d’ailleurs aux pneus du véhicule de Gein.

5/ Un homme déclaré irresponsable

Le 21 novembre 1957, Gein est inculpé des deux meurtres de Worden et Hogan. Son avocat commis d’office plaide pour la démence. Gein est rapidement diagnostiqué comme “émotionnellement diminué” et donc schizophrène. La mort de sa mère est rapidement vue comme le déclenchement de tous ses actes. Les psychiatres ont pensé que Gein était en réalité amoureux de sa mère et qu’il avait voulu lui trouver une remplaçante à travers le physique similaire des victimes à celui de sa génitrice. Avec ses deux personnalités, Gein cherchait à la fois à retrouver sa mère et à la tuer.

Les examens médicaux ont déclaré Gein comme irresponsable et il est alors envoyé en institution psychiatrique. En 1968, il est à nouveau juger et fut reconnu coupable d’assassinats avant d’être à nouveau déclaré irresponsable et acquitté. Gein retourne donc à l’hôpital psychiatrique. Là-bas, il est décrit comme un patient modèle passionné de lecture. Il est l’un des rares patients à ne pas devoir prendre de médicaments pour rester calme.

L’histoire d’Ed Gein a créé un fascinement pervers chez les américains. Des milliers de personnes se sont par la suite rendues à Plainfield pour voir la ferme de Gein. La société responsable de la vente de l’établissement en a profité pour demande 50 cents à chaque visite. C’est un incendie criminel qui a ravagé la ferme de Gein le 20 mars 1958. Ed Gein décède le 26 juillet 1984 et il est enterré aux côtés de sa mère.

Comme beaucoup d’histoires macabres, celle d’Ed Gein a inspiré la culture populaire. L’idée du personnage de Norman Bates du roman et film Psychose vient d’Ed Gein tout comme Massacre à la tronçonneuse qui s’inspire de son histoire. Sans que nous le sachions, Ed Gein continue à vivre parmi nous.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéFranceSanté

Covid-19 : quelles sont les stratégies du gouvernement français sur les vaccins ?

À la uneEconomieFranceSociété

Des "zones commerciales protégées" pour les commerçants

À la uneInternational

Des hommes sur Mars d'ici 4 à 6 ans ?

À la uneSéries Tv

Les nouvelles aventures de Sabrina partie 4 : découvrez le trailer

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
5 éléments pour comprendre… qui était Jacques Mesrine