Dernière ligne droite avant le lancement de la coupe du monde féminine de football prévue le 7 juin prochain. La France, organisatrice de cette coupe du monde pour la première fois, est attendue au tournant afin de permettre à cette équipe de ramener son premier titre mondial.

Rappel historique

C’est en 1919 que s’impose le football féminin en France avec la tenue du championnat de France instauré par la FSFSF (la Fédération des sociétés féminines sportives de France). Jusqu’en 1998 l’importance du football féminin reste moindre aux yeux de la Fédération française de football. 1998 marque alors un réel tournant dans la pratique féminine du football. Alors que la France est sacrée championne du monde, le football féminin de haut niveau est enfin reconnu nationalement. Les Bleues accèdent pour la première fois aux installations et structures offertes par le site de Clairefontaine. Une période difficile survient alors jusqu’en 2006 pour les Bleues qui ne parviennent pas à obtenir de bonnes places dans les compétitions internationales.

L’arrivée du sélectionneur Bruno Bini en 2007 permet de redonner un nouveau souffle à cette sélection. Après avoir amené la France en quart de finale lors de l’Euro 2009, les Bleues finissent à la quatrième place de la coupe du monde 2011 en Allemagne. Quatrième place obtenue aussi lors des Jeux olympiques d’été de 2012.

Corinne Diacre remplace Bruno Bini en 2017, pour une durée de 4 ans. Elle est nommée à ce poste afin de préparer l’équipe à la Coupe du monde 2019 se disputant en France.

Les yeux rivés sur la France en 2019

Après la victoire de l’équipe de France masculine lors de la finale de Coupe du monde en 2018, le public français espère revivre l’exploit avec les Bleues. Le parcours en Coupe du monde est assez court pour cette équipe. De plus, la France n’a réussi à se classer dans le top 5 qu’une fois seulement en 2011.

  • 2003 : Première participation pour la France qui s’arrête au premier tour
  • 2007 : Non qualifiée
  • 2011 : Quatrième
  • 2015 : Quarts de finale

En 2019, la France est qualifiée d’office puisqu’elle est le pays hôte de cette compétition. L’équipe de France est actuellement quatrième au classement de la FIFA, derrière les Etats-Unis, l’Allemagne et l’Angleterre. Cette place prévoit donc un beau parcours aux Bleues en pleine préparation de ce mondial. Si le match remporté face au Danemark n’était qu’amical, il était néanmoins d’une importance majeure pour les joueuses qui devaient faire leurs preuves avant l’annonce de la liste des 23 par Corinne Diacre. Pour la première fois, le 20h de TF1 dévoilera la liste des 23 en direct à la télévision.

Groupe et calendrier de la France

La France fait parti du groupe A avec la République de Corée, la Norvège et le Nigéria. Ce groupe est un bon tirage pour les Bleues qui ont la possibilité d’accéder aux huitièmes de finale sans trop de difficulté. En effet les deux premières équipes de chaque groupe se qualifient pour les phases à élimination directe, ainsi que les quatre meilleurs troisièmes des six groupes.

Calendrier des phases de groupe : 

  • 7 juin : France – République de Corée, 21 h, Parc des Princes
  • 12 juin : France – Norvège, 21h, Stade de Nice
  • 17 juin: Nigéria – France, Roazhon Park

Le second tour débutera le 22 juin et s’achèvera le 7 juillet à Lyon lors de la finale qui, on l’espère se disputera entre la France et un autre pays.

Pour connaître le calendrier complet de la Coupe du monde :

 https://fr.fifa.com/womensworldcup/matches/#groupphase