À la uneActualitéFrance

A l’international, le secret du succès c’est de comprendre dans quel contexte on va poser le pied

Candidat suppléant Europe Ecologie les Verts aux législatives des Français de l’étranger en Amérique du Nord, Cyrille Giraud nous fait partager sa vision de l’expérience de vie à l’international en livrant un regard attentif sur le parcours de jeunes français au Canada et ses contraintes en matière de visa. Fortement enrichi par des expériences associatives et citoyennes, il nous dévoile des idées novatrices pour redonner confiance en la jeunesse et aux institutions.

INTERVIEW DE CYRILLE GIRAUD, CANDIDAT SUPPLEANT EUROPE ECOLOGIE – LES VERTS AUX LEGISLATIVES DES FRANCAIS DE L’ETRANGER EN AMERIQUE DU NORD

1 / Quel regard portez-vous sur la mobilité et l’expérience de vie à l’international des jeunes ?

La facilité à évoluer à l’étranger dès qu’on est en âge de le faire est essentielle tout d’abord sur le plan culturel. On a jamais vu un pays se développer après avoir choisi la voie de l’autarcie, et c’est un peu la même chose pour une personne. Continuer son parcours dans un autre pays, voire plusieurs, c’est s’ouvrir l’esprit en découvrant que son propre quotidien d’origine n’est pas LE quotidien idéal, mais juste un parmi tant d’autres. La gymnastique mentale qu’entraîne la confrontation à ce type d’expérience permet très certainement un meilleur épanouissement personnel.

2/ Comment et par quels nouveaux projets, les députés des Français de l’étranger qui siègeront à l’Assemblée nationale pourront permettre à la jeunesse d’être plus à l’aise avec le mot « Entreprendre » ?

Tout d’abord il faudra suivre de très près l’évolution constante des programmes de visa accordés aux étudiants et jeunes travailleurs. Le nombre croissant de candidats allonge parfois considérablement les délais d’obtention et les conséquences peuvent être brutales pour ceux qui aimeraient donner une suite professionnelle à leur périple au-delà des frontières. Chaque député de l’étranger devra veiller à ce que les conditions en place restent appropriées, et le cas échéant, intervenir pour renégocier celles devenues obsolètes.

3/ Que pensez-vous de la « Charte de la jeunesse » transmise à l’ensemble des candidats à la députation des Français de l’étranger en Amérique du Nord ?

Elle m’apparaît sur la bonne voie, mais il manque une chose primordiale: la prise en compte des spécificités du pays d’accueil. Trop souvent on part à l’aventure en étant pas suffisamment renseigné, alors que le secret du succès c’est de comprendre dans quel contexte on va poser le pied. Prenons l’exemple du Québec: combien d’entrepreneurs français s’y sont cassés les dents en voulant reproduire le modèle hexagonal en pensant que le fait francophone suffisait ? Beaucoup trop. Je propose donc un nouveau point à insérer en haut de liste: favoriser le parrainage entre ceux qui ont déjà réussi leur intégration et ceux qui voudraient les imiter.

4/ Que pensez-vous de l’expérience d’universités canadiennes qui permettent à des jeunes de démarrer une activité protégée et aidée par des législations incitatives au milieu d’une ambiance véritablement stimulante ?

Le Canada doit relever le défi de la faible densité et du vieillissement de sa population, et il se donne donc les moyens de créer l’envie. Face au double défi de devoir à la fois retenir et attirer les jeunes professionnels, le pays a compris qu’il devait lui aussi répondre aux attentes des jeunes de façon concrète, et pas seulement “attendre” qu’ils réussissent par eux-mêmes.

5/ Existe-t-il aujourd’hui en Europe et dans le monde des modes de gouvernance dans la décision publique ou dans la sphère privée qui se distinguent par leur caractère innovant ?

Vous savez que je soutiens Eva Joly, et ce n’est pas par hasard si le modèle scandinave souvent précurseur qu’elle représente retient mon attention. Regardez le fonctionnement des institutions norvégiennes par exemple: on y trouve un État qui reste fort avec beaucoup de décentralisation et une société civile intégrée de façon égalitaire, le tout avec un fonctionnement basé sur la modestie. Je ne dis pas qu’il faille copier leur modernité, mais du moins s’en inspirer.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneEconomie

Crypto pour les nuls : #1 Qu'est-ce qu'une cryptomonnaie?

À la uneActualitéEnvironnement

Pollution : Une nappe d’hydrocarbures de 35 kilomètres au large de la Corse

À la uneActualitéInternational

Prix Pulitzer : Une récompense spéciale pour la jeune femme qui a filmé le meurtre de Georges Floyd

À la uneActualité

“Marche des libertés” : Une manifestation contre l'extrême droite se tient aujourd’hui à Paris

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux