À la uneSport

Avec BodyZoi Wrestling, le catch en Belgique s’impose sur la scène européenne

Le 26 février prochain, BodyZoi Wrestling présentera « Fly or Crash », septième grand événement de la promotion. L’organisation, située en Belgique, ne cesse de s’accroître en popularité comme en témoigne le succès de leur dernier show. En effet, le 29 octobre dernier, plus de 200 personnes étaient réunies à la salle culturelle de Colfontaine pour « BZW 6 ». Les fans furent réjouis de voir Bandido – lutteur international ayant signé récemment du côté d’All Elite Wrestling – devenir le nouveau champion BodyZoi. VL Media a eu la chance d’être sur place pour assister cet événement, et vous résume cette soirée catchesque.

Un nouveau shérif est arrivé chez BodyZoi Wrestling. En effet, au terme d’un très bon combat qui clôtura l’événement, Bandido s’est imposé face à l’ancien champion de BZW, Senza Volto. La venue de Bandido, depuis signé chez All Elite Wrestling, a pu attirer davantage de regard sur la promotion, créée en août 2019. Preuve de leur récent succès, le show a dû se délocaliser afin de pouvoir accueillir plus de fans, venus spécialement pour l’occasion. Ce fut le cas de David, 31 ans, qui s’est déplacé de Liège avec sa compagne pour assister au show. « Ma compagne n’est pas fan de catch. Elle m’a fait le plaisir de m’accompagner. C’était ma deuxième fois à BodyZoi et on a passé un très bon moment, notamment au Meet & Greet avec Bandido avant le show », affirme-t-il. Un engouement qui s’explique par le style moins familial et plus axé sur la qualité des combats sur le ring, qui plaît aux fans de catch de la première heure. « BodyZoi a une image très forte en Europe. Peu de promotions de catch en Europe arrivent à faire salle comble en une semaine. Tandis que d’autres font du sur-place, BodyZoi progresse et ça risque de devenir une promotion incontournable en Europe dans les années à venir », souligne Senza Volto.

Le show s’est ouvert avec un match entre le catcheur anglais, Connor Mills, et Aigle Blanc. Ce dernier, actuellement champion par équipe wXw aux côtés de Senza Volto, fit grande impression auprès du public mainstream grâce à son apparition au ZEvent 2022. Après avoir vaincu Kuro et Rivenzi avec son partenaire d’un soir, le streamer Ponce, le catcheur français a brillé en battant son homologue anglais à BodyZoi. Un match d’ouverture qui a su chauffer la foule pour la suite de la soirée. « Le ZEvent a permis de faire comprendre aux gens que le catch en Europe existait. Le catch redevient à la mode, car il est beaucoup plus prit au sérieux, que ce soit par les personnes non-initiées que par les catcheurs eux-mêmes », affirme Aigle Blanc, qui confie également son envie de s’exporter à l’étranger avec son partenaire Senza Volto. Côté catcheur anglais, les fans présents ont également eu la chance de voir Cara Noir, ancien champion mondial de Progress Wrestling. Ce dernier, après une entrée remarquable sur le Lac des Cygnes, s’est imposé face au catcheur belge Ultima Sombra.

Senza Volto et Aigle Blanc se sont imposés sur la scène européenne en devenant champions par équipe chez wXw, en Allemagne, en octobre dernier. Crédit Photo: wXw.

En outre, les champions par équipe de Body Zoi, les Enfants Terribles – Georges Balsac et Gustave Le Brun -, ont défendu leur titre avec succès contre Daniel Sparks et Tibo Hendrik. C’était la deuxième défense de titre des champions, eux qui ont remporté les ceintures en mars dernier en battant Rivality. En parlant de Rivality, l’un des membres de l’équipe, MBM a remporté son match du panneau jaune face à Jack Sans Nom. Un combat violent, sans règles, qui a su plaire à la foule grâce à son intensité. « Ma compagne n’a pas aimé le match. Elle l’a trouvé trop violent », nuance David. Tanguy, 28 ans, qui s’est lui déplacé depuis Namur, souligne la variété des combats proposés et la « grande qualité » de ce match extrême. Enfin, Aaron Achilles est sorti victorieux du match à cinq qui l’opposait à Tristan Archer, Jacob Vidocq, Cormac Hamilton et Saxon Huxley. Un combat qui reposait intégralement sur son aspect imprévu puisque les cinq participants ne furent pas annoncés en amont. « BodyZoi tente et ose. Ils n’ont pas peur et c’est ce qui fait que ça marche », ajoute Maxime 31 ans, qui a fait le déplacement avec un ami depuis Dainville, près d’Arras. Le seul bémol selon lui : le manque de catcheuses présentes sur le show. En effet, BodyZoi Wrestling n’a présenté aucun combat féminin lors de l’événement. Une décision, ainsi, décevante pour la représentation du catch féminin sur la scène européenne.

BodyZoi Wrestling présentera son septième grand événement, « Fly or Crash », le dimanche 26 février 2023. La salle culturelle de Colfontaine, en Belgique, accueillera le show, qui débutera à 16h. La billetterie est ouverte depuis ce samedi 10h, sur le site Internet de la promotion.

About author

20 ans. Etudiant en troisième année de licence d'anglais option Journalisme. Passionné de catch et de sport automobile.
Related posts
À la uneMédiasMusique

5 dates clés dans la carrière de Kendji Girac

À la uneMédias

"C'est tout, enfin pour moi" : La Voix ne sera plus "La Voix" dans Secret Story

À la uneSéries Tv

L'art du crime : Catherine Marchal en guest des nouveaux épisodes

À la uneFranceMusique

Blessure par balle : qu'est-il arrivé à Kendji Girac ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux