À la uneActualité

Avignon : huit personnes blessées dans une fusillade devant une mosquée

Deux hommes ont tiré devant une mosquée à Avignon hier soir, faisant huit blessés légers, dont une petite fille. Le parquet a cependant écarté la piste terroriste.

 

Huit blessés

Les premiers témoignages recueillis sur place témoignent que deux hommes au moins sont sortis d’une voiture vers 22h30 hier soir avant de tirer devant une mosquée rue Barcelona, quartier de la Grange d’Orel à Avignon.

D’après les témoins, ils étaient quatre à bord de la voiture, tous encagoulés. Un des deux hommes qui a tiré utilisait un fusil de chasse, d’après le parquet. Aucun des huit blessés n’a vu son pronostic vital engagé mais une petite fille a été touchée par des éclats.

Le parquet s’est exprimé à la suite de la fusillade : “De ce que l’on sait ce soir, la mosquée n’était pas visée, les faits se sont passés dans la rue de l’établissement religieux mais sans lien avec ce dernier”. La piste terroriste a été écartée. La magistrate de permanence au Parquet d’Avignon, Laure Chabaud, a évoqué l’hypothèse d’un règlement de comptes ou d’une querelle entre jeunes. L’antenne d’Avignon de la section de rechercher de la police judiciaire de Montpellier a été chargé de l’enquête. Les auteurs en fuite sont activement recherchés.

 

Deuxième attaque devant une mosquée en quelques jours

La fusillade d’hier soir intervient quelques jours après qu’un homme ait tenté jeudi de foncer en voiture sur des personnes sortant de la mosquée de Créteil. L’homme avait alors percuté les barrières et traversé avec son 4×4 le terre-plein grillagé qui protège la mosquée. Puis il avait tamponné les voitures de fidèles qui sortaient de la mosquée, sans faire de blessé.

L’homme, un arménien de 43 ans, souffre de schizophrénie et a été hospitalisé d’office. D’après une source proche du dossier, il avait tenu des “propos confus en référence aux attentats” jihadistes qui ont fait 239 morts en France depuis 2015.

La communauté musulmane française se sent visée depuis l’attentat antimusulman de Londres du 19 juin, durant lequel un homme a foncé sur les fidèles de la mosquée de Finsbury Park et a fait onze blessés. Certains responsables de la communauté ont dénoncé une “tentative d’attaque” et ont demandé aux pouvoirs publics de “renforcer la protection des lieux de culte”.

Sur Twitter, beaucoup s’indignent du traitement qu’ils jugent différencié lorsqu’ils s’agit d’affaires impliquant des musulmans que l’on ne qualifie pas d’acte terroriste. Certains soulèvent le fait que le déroulement des faits correspond à la définition du terrorisme mais que personne n’utilise le mot et écarte cette piste.

De plus, l’information n’a pas été relayée en urgence, comme elle l’avait été pour les autres attentats sur des chaînes d’infos en continu comme BFMTV et cela choque beaucoup d’internautes.

Le préfet de police de Paris a en tout cas communiqué à nouveau des consignes de vigilance aux forces de l’ordre protégeant les lieux de culte musulmans.

 

Related posts
À la uneActualitéArt / Expo

La photographie qui a changé notre compréhension du SIDA

À la uneCultureFranceSéries Tv

"Carrément craignos" : la nouvelle série de Jean-Pascal Zadi débarque sur France.Tv

À la uneSéries Tv

Les mystérieuses cités d'or bientôt en spectacle musical au Théâtre des Variétés

À la uneFrance

Direct | Marseille : un homme armé d'un couteau interpellé près d'une école juive

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux