À la uneActualitéFranceSociété

Attention! La beauté des femmes soumise à des taxes

Les femmes payent des surtaxes, selon les statistiques. La différence de quelques centimes joue quand même un rôle considérable sur l’ensemble budgétaire des femmes. MonsieurDrive mène une enquête.

Des «surcoûts considérables» sur certains produits de beauté féminine ont été constatés par MonsieurDrive, un comparateur web de prix indépendant. Ainsi, selon ses analyses, tandis que les hommes peuvent acheter 12 rasoirs pour 4,7 euros, les femmes doivent payer au moyenne 5,1 euros pour une dizaine de rasoirs, soit «près de 30% de taxe rose». Les femmes surpayent également pour les crèmes de visage (9,9 euros pour 50ml pour femme contre 9,1 pour un homme) ou encore les gels douches (1,9 euro contre 1,6 euro). Sur un panier basique de produits de consommation courante d’hygiène et de beauté, le prix total du panier rose est fixé à 35,4 euros contre 33,9 euros pour le panier bleu. La différence de 1,5 euro s’impose.

MonsieurDrive.com a effectué des relevés sur 52 produits de beauté (26 pour femmes et 26 pour hommes) dans 2.200 magasins de 7 enseignes, entre le 19 et 26 mars. A partir des prix affichés sur les sites de drive des distributeurs divers, qui sont en général égaux à ceux proposés en rayons, le comparateur a conclu que les françaises payent une taxe invisible sur la totalité des produits.

les marques de beauté estiment que les femmes sont prêtes à payer plus cher pour leur beauté

les marques de beauté estiment que les femmes sont prêtes à payer plus cher pour leur beauté

Un collectif féministe les Georgette Sand, a décidé de démontrer cette discrimination qui oppose les femmes et les hommes. Géraldine Franck, la première à avoir mené l’enquête, raconte au Parisien sa surprise devant l’ampleur du phénomène : “On savait qu’on trouverait des différences… Mais pas autant et pas si rapidement. En trois heures de balade dans mon quartier, j’avais déjà pris une quinzaine de photos éloquentes…”.
La pétition du collectif visant à mettre fin aux différences considérables de prix a été signée par près de 20 000 personnes et a provoqué la réaction de la part de la secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, Pascale Boistard. La secrétaire a promis le 3 novembre dans Le Parisien , de s’interroger sur le sujet en question.

La pétition a produit de nombreuses réactions de la part des groupes de distribution, parmi eux, le groupe Monoprix qui nie toute discrimination en proposant l’exemple des rasoirs jetables. Selon Monoprix, les rasoirs pour hommes coûtent moins cher car ils se vendent dans des volumes “largement supérieurs”. Le professeur de marketing Bruno Belbézier a dévoilé au Parisien, les buts que les marqueteurs visent à atteindre à travers cette différence de prix: “Le rôle du marketing n’est pas de faire évoluer la société vers plus d’égalité, mais bien de faire gagner de l’argent à l’entreprise. Pourquoi vendre 1 euro ce que l’on peut vendre 1,50 euro ?” Selon lui, les prix sont plus élevés pour les produits en destination des femmes, car les marques de beauté estiment que les femmes sont prêtes à payer plus cher pour leur beauté, tandis que la plupart des hommes n’accorde pas d’une telle importance à leur apparence. Malgré une telle situation sur le marché, Bruno Belbézier assure que les consommatrices peuvent mettre fin à cette discrimination, car si les femmes cesseront acheter ces produits, les marques seront obligées de baisser les prix.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSportTennis

Résumé de la 4e journée de Roland-Garros 2020

À la uneSéries Tv

Interview - Avant le Code, il y avait ... Empreintes Criminelles (France 2)

À la uneFrance

Direct : Détonation ressentie dans toute l'Île de France

À la uneMédias

Mask Singer : 12 nouveaux costumes pour la saison 2 dès le 17 octobre

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux