À la uneActualitéInternational

Belgique : des volontaires passent un week-end derrière les barreaux

Ce week-end, un panel de cent belges va vivre pendant trois jours le quotidien lambda de prisonniers afin de tester les normes de sécurité de la nouvelle maison d’arrêt de Beveren.

Ces détenus d’un week-end vont être incarcérés de leur plein gré. Se sont des avocats, des journalistes, des membres du personnel pénitentiaire et même le directeur général des établissements pénitentiaires belges en personne qui ont accepté de vivre cette expérience singulière. Ce dispositif a déjà été mis en place à plusieurs reprises aux Pays-Bas mais c’est la première fois qu’il existe en Belgique. L’idée de ce test vient de l’équipe de direction de la prison de Beveren. Laurent Sempot, porte-parole de l’administration pénitentiaire explique que : « Lorsque nous ouvrons une nouvelle prison, il y a toujours une période où nous tournons à vide. Le personnel est présent mais il n’y a pas encore de détenus. Le but est d’apprendre et d’adapter les procédures telles que les fermetures, l’organisation des promenades, etc… afin d’éliminer toute erreur ».

Un jeu de rôle

Au cours de ce week-end, tout sera mis en oeuvre pour qu’il y ait le plus de réalisme possible dans cette expérience. Tout d’abord les faux détenus seront conduits menottés et dans un fourgon cellulaire jusqu’au centre pénitentiaire. De plus, chaque volontaire devra jouer un rôle qui lui sera propre. C’est ainsi que l’un ou l’autre sera toxicomane, suicidaire, violent, angoissé ou encore révolté. Les gardiens qui seront présents lors de cette expérience ne seront évidement pas au courant du rôle tenu par chacun des faux détenus. Cela leur permettra d’être dans des conditions réelles pour faire face aux comportements des vrais détenus qui arriveront dans l’avenir à la prison. Au menu de ce petit week-end derrière les barreaux : le quotidien classique des prisonniers. Les cent cobayes subiront donc les fouilles corporelles, les promenades, les travaux d’intérêt général, les nuits en cellules et la promiscuité avec les co-détenus. Cette expérience permettra de vérifier le bon état des infrastructures, le bon fonctionnement des systèmes de sécurité. Par exemple, cela permettra de voir si les portes des cellules se ferment correctement et si les appareils de vidéo-surveillance sont opérationnels. Machteld Liber, une journaliste spécialisée dans les dossiers judiciaires qui participera au dispositif explique son choix : « Je ne voulais pas commettre un délit pour me retrouver en prison ! Mais être enfermée quelques nuits dans une cellule, cela fait longtemps que j’avais envie d’en faire l’expérience. Maintenant que la nouvelle prison de Beveren doit être testée, j’ai saisi ma chance ». Passer un week-end en prison juste pour le fun, c’est donc maintenant possible.

Une prison moderne

Ce test permettra également d’évaluer la qualité de cette nouvelle prison, qui sera plus moderne que les autres. Chaque cellule sera équipée d’une douche et d’un sanitaire. De plus, le centre d’arrêt de Beveren sera le premier établissement carcéral au monde à mettre disposition de ses détenus le PrisonCloud, un système informatique développé. PrisonCloud, permettra aux détenus de faire des démarches administratives, d’étudier, de chercher du travail mais également d’aller sur internet et de téléphoner ou de louer des films à condition de payer. Il faut cependant préciser que tous les détenus n’auront pas accès à ce réseau informatique. Par exemple, les personnes jugées violentes n’auront pas le droit de visionner de films d’action violents, de même pour les personnes condamnées pour des délits sexuels. Seuls ceux dont le régime carcéral le permettra pourront se rendre sur PrisonCloud. Ce système leur permettra aussi de pourvoir commander de la nourriture et des boissons depuis la cantine de la prison. Du point de vue architectural, la prison disposera de deux promenades fermées et de quatre jardins intérieurs. De plus, le modèle de la prison sera construit en croix de façon à faciliter l’aménagement d’espaces entre les cellules.

Les premiers vrais détenus arriveront à Beveren dès 17 mars. Les 312 places disponibles devraient être occupées dès l’été prochain.

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneEconomie

Crypto pour les nuls : #1 Qu'est-ce qu'une cryptomonnaie?

À la uneActualitéEnvironnement

Pollution : Une nappe d’hydrocarbures de 35 kilomètres au large de la Corse

À la uneActualitéInternational

Prix Pulitzer : Une récompense spéciale pour la jeune femme qui a filmé le meurtre de Georges Floyd

À la uneActualité

“Marche des libertés” : Une manifestation contre l'extrême droite se tient aujourd’hui à Paris

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux