À la uneEconomieSociété

Black Friday : c’est quoi cette directive « Omnibus » pour encadrer les promos ?

La nouvelle directive européenne « Omnibus » qui est entrée en vigueur le 28 mai, vise à mieux encadrer les offres promotionnelles, parfois abusives

Le Black Friday c’est les plus grosses ristournes de l’année ! Ce concept venu des États Unis consiste pour les commerçants, à casser les prix le dernier vendredi du mois de novembre. Ce coup marketing est très populaire et s’est répandu dans le monde entier, il suscite parfois des comportements hystériques de la part des consommateurs, qui se précipitent pour sauter sur les occasions qui s’offrent à eux. Mais ces occasions ne sont-elles pas trompeuses ?

Une directive pour protéger le consommateur

L’objectif est clair : lutter contre les promotions abusives. La directive « Omnibus » encadre tous les commerces, y compris les activités économiques en ligne (Airbnb, Ebay, Leboncoin, Vinted, etc) et prévoit en cas de non-respect, une sanction pouvant aller jusqu’à 2 ans de prison et 300 000 euros d’amende. Ce nouvel encadrement commercial permet de ne pas se faire tromper par les commerçants. Ces derniers seront dorénavant obligé d’afficher le prix exact du produit avant réduction, ce que ces derniers n’avaient pas tendance à faire afin d’exciter le désir de conclure une bonne affaire chez le consommateur.

Certains vendeurs en ligne comme Amazon ou Cdiscount respectent scrupuleusement la directive, en affichant « le prix le plus bas pratiqué au cours des 30 derniers jours » en dessous de leurs produits. Cependant ces entreprises contournent la règle en affichant des « prix de comparaison » ou des « prix conseillé par le fabriquant », afin d’aider soit disant le consommateur à faire son choix. Ces offres ont beau arborer un prix barré, elles n’entrent pas dans la directive, car elles ne sont pas considérées comme des offres promotionnelles. Donc gare aux entourloupes.

Un choc pour les commerçants

Cette nouvelle directive s’inscrit donc lors du Black Friday, ce moment représente pour beaucoup de commerces l’un des plus gros mois de l’année en terme de bénéfices. Selon une étude de la société de conseil Strategy&, 43% des achats de Noël sont réalisés cette semaine là. Les commerçants ne pourront en aucun cas grossir leur prix d’origine. Ce qui est d’autant plus contraignant pour les ventes en ligne. Selon Yves Puget, expert de la grande consommation, pour la vente en ligne : « le prix ne change pas tous les jours, ne change pas toutes les heures, mais quasiment toutes les minutes ».

C’est donc un gros changement qui prévoit également de contrôler les avis sur les sites marchands, pour vérifier qu’il s’agit de véritables consommateurs. De plus, cette nouvelle directive implique la fin du démarchage à la porte. Si un consommateur refuse de manière claire la venue d’une visite commerciale, le vendeur à domicile sera obligé de déguerpir, sinon quoi il sera punit d’un an d’emprisonnement et 150.000 euros d’amende. Dorénavant les vendeurs faisant des pratiques commerciales agressives ou abusives seront également sanctionnés. L’impact va être lourd sur tous ces commerçants, cependant les gros services de vente en ligne gardent toujours un train d’avance sur les lois. Restez donc aux aguets !

A lire aussi : on a visité pour vous … The Friends Experience (Paris)
About author

Journaliste
Related posts
À la uneMode

C'est quoi le Chalet de l'Hôtel Mahfouf qui ouvre le 2 décembre ?

À la uneFaits DiversInternational

Qui était Issei Sagawa "le cannibale japonais" qui vient de mourir à 73 ans ?

À la uneCinémaPop & Geek

Les Gardiens de la Galaxie 3 : Adam Warlock pointe le bout de son nez dans la bande annonce

À la uneSéries Tv

The Midnight Club : pourquoi la série n'aura pas de saison 2 sur Netflix ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux