À la uneActualitéEntrepreneurFrance

Le Café des Spores, ça pousse comme un champignon !

café des spores

Le lundi 13 juin dernier, EpE (Entreprises pour l’environnement) et MétroNews ont organisé la 11e édition de leur concours commun pour récompenser les meilleurs jeunes entrepreneurs s’intéressant aux questions environnementales. Cette année, le thème tournait autour de l’économie circulaire. Quatre jeunes équipes ont reçu des prix, et Pauline Petit a obtenu de Michelin le premier prix pour son projet du Café des Spores, avec 5000 € à la clé. Entretien avec la jeune Toulousaine sur ce projet de récupération du marc de café.

Comment est né ce projet du Café des Spores, avec quelles motivations ?

On avait la volonté, mon association et moi, de recycler un déchet qui est présent partout et dont on ne sait souvent pas quoi faire :  le marc de café. C’est quelque chose de très disponible et valorisable, et on a eu l’idée d’en fabriquer des champignons, des pleurotes plus précisément. J’ai fait un Master de politique de développement durable à Sciences Po Lille, ça me permet de concrétiser ce que j’ai appris.

> À lire aussi : Grâce à Amazon, Michel et Augustin est ENFIN disponible partout en France !

En rapport à ce concours des jeunes entrepreneurs, quelle a été votre motivation à participer et comment vous y êtes-vous préparé ?

Le concours avait pour thématique « comment recycler un déchet de manière novatrice ? », et par rapport à notre projet, on a tout de suite voulu s’y investir. C’était l’occasion idéale de faire gagner un prix au Café des spores. On a réalisé un dossier ainsi qu’un court film de présentation, avec l’équipes des bénévoles de l’association.

Combien de bénévoles y a-t-il dans le Café des Spores ?

Je suis la principale porteuse du projet, et j’aurai un associé principal en septembre prochain. En attendant, nous sommes cinq bénévoles en plus de moi pour faire vivre l’association.

« Objectif d’acheter du matériel pour augmenter la production »

 

Pensez-vous, en tant que jeune entrepreneuse, que les jeunes d’aujourd’hui sont plus créatifs qu’avant ?

On se rend bien compte que le système actuel va un peu dans le mur, alors plutôt que de se morfondre, on cherche des solutions. Tout le monde cherche à consommer autrement, les jeunes y sont sensibles et proposent des choses. Il y a aujourd’hui beaucoup d’initiatives, mais encore une vision trop pessimiste des jeunes et de l’avenir. La société ne se rend pas compte de ce qui peut être entrepris par les jeunes.

À quoi va servir votre gain de 5000 € à ce concours ?

La culture des premiers champignons s’est faite en février, c’est une production assez restreinte. L’objectif est donc d’acheter du matériel pour augmenter la production, par exemple avec un système d’arrosage automatique ou avec un mélangeur de marc de café et de mycélium (partie végétative d’un champignon, NDLR) pour produire les pleurotes.

café des spores

L’ensemble des gagnants et représentants d’entreprise ayant rendu les prix

 

« Un vrai effort sur la facilitation des procédures »

 

Pensez-vous vous développer au-delà de la région toulousaine ?

Aujourd’hui, le système de production se situe dans le Lauragais et la vente à Toulouse. L’objectif est de vendre dans tout le département de Haute-Garonne et de faire des partenariats avec des restaurants, des magasins de producteurs et des Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne), c’est-à-dire de la livraison de paniers de légumes directement depuis le maraîcher. Mais pour nous, c’est en tout cas important de garder un système local.

En tant que gagnante d’un concours de jeunes entrepreneurs, que diriez-vous aux jeunes désireux de se lancer dans leur propre entreprise ?

Je leur dirais qu’il ne faut pas hésiter à se lancer dans l’entrepreneuriat, c’est un apprentissage de toute la gestion d’une activité, d’une entreprise. On gère à la fois les parties financière, commerciale, gestionnaire. Dans mon cas, il y a une vraie dimension écologique, sociale et économique, c’est encore mieux. Aujourd’hui, un vrai effort doit être fait sur l’accompagnement, la facilitation des procédures ; j’ai peur que ça n’en décourage beaucoup.

Pauline Petit a en outre lancé un site de financement participatif pour le Café des Spores, que vous pouvez retrouver ICI.

Photos : @Annabelle Prin-Cojan/EpE

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinémaCulture

Festival de Cannes : suivez la cérémonie de clôture en direct

À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

À la uneCultureMusique

Elektric Park 2024 : le festival électro à ne pas manquer !

À la uneSéries Tv

Plus Belle la Vie : qui était Abdel Fedala que jouait Marwan Berreni?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux