À la uneFranceInternationalPolitique

C’est quoi les accords d’Evian du 18 mars 1962 ?

les accords d'Evian

À l’occasion du soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, le 18 mars 1962, retour sur les accords d’Evian. Un texte marquant la fin d’une guerre qui aura duré 8 ans.

La signature des accords d’Évian a été actée il y a trente ans jour pour jour. Le 18 mars 1962 marque l’indépendance de l’Algérie. Ces accords signés entre le gouvernement français de Michel Debré et le GRPA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne) conclus huit ans de conflit. Ils marquent la fin de « l’Algérie française ». Un tournant dans la colonisation de l’hexagone. Le maire d’Evian, Camille Blanc, accepte que l’armistice soit signé dans sa ville. Il sera assassiné pour cela.

Le conflit des « deux Algéries »

Depuis le 1er novembre 1954, se déroule une guerre qui ne dit pas son nom entre la France et certains Algériens. Ces derniers, pour l’indépendance de leur pays, veulent mettre fin à 132 ans de colonisation française. Un début de guerre meurtrié avec les attaques lancées par le FNL (Front National de Libération) qui sera appelé « Toussaint rouge ». L’Algérie va se fracturer. Il y a deux camps, ceux qui sont en faveur de l’« Algérie française », et les autres, représentés par le FNL et l’ALN (Armée de Libération Nationale).
Pendant huit ans, la guerre fait rage que ce soit sur le sol algérien ou sur le sol français. Avec des attaques qui ont marqué les esprits des deux côtés.

L’armistice à Evian : des accords sous tension

La signature de ce texte met un terme à quasiment deux années d’échanges et de pourparlers au bord du lac Léman. Autour de la table, Louis Joxe, ministre français chargé des affaires algériennes, et Krim Belkacem, colonel de l’Armée de Libération Nationale (ALN), présent au nom du GRPA.

– La France reconnaît l’indépendance de l’Algérie si le cessez-le-feu est respecté.
– La France ne demande pas de statut particulier pour les habitants d’origine européenne (les pieds-noirs).
– La France reconnaît que les territoires sahariens font partie du territoire de l’Algérie indépendante.

Les accords d’Evian

Un texte composé de 93 pages qui fixe les conditions de règlement du conflit. Mohamed Masmoudi, politique et journaliste algérien écrira à ce propos : « À la plus longue, à la plus meurtrière, à la plus bête des guerres coloniales, Évian vient de mettre fin de la manière la plus intelligente, la plus courageuse, la plus humaine : sur une promesse de réconciliation entre belligérants ».

Le soir-même, le Général De Gaulle s’exprime à la télévision. Un discours enregistré à l’Élysée dans lequel il ne prononce pas une seule fois le mot « accords ».

Des conflits qui continus

Les accords sont signés, mais les conflits continus pendant plusieurs mois. Des règlements de comptes et des violences qui reflètent la fracture d’un pays : l’Algérie.

Une lutte de pouvoir éclata entre les chefs du FLN. Elle opposa le GRPA présidé par Ben Khedda et le bureau politique dirigé par Ben Bella allié de l’ALN. La France, qui avait promis une neutralité, prit parti pour l’alliance entre Ben Bella et Houari Boumedienne commandant de l’ALN. Le premier, affiché sur l’unique liste présentée, fut élu Président par les Algériens en septembre 1963.

À lire aussi : 5 éléments pour comprendre la guerre d’Algérie

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInternational

Attaque sur Israël : c'est quoi l'article 51 brandit par l’Iran ?

À la uneMédias

The Voice : où en sont nos favoris après cette 2ème soirée des Battles ?

À la uneMédias

The Voice : est-ce que Vernis Rouge faisait déjà le buzz quand elle a été éliminée ?

À la uneFranceSport

JO 2024 : comment fonctionne le système “anti-drones” ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux