À la uneCultureLittératureNon classé

Comprendre les Fables de la Fontaine en 5 minutes

Jean de la Fontaine, un poète qui a certainement marqué toutes nos enfances… Ses fables, si souvent récitées par cœur devant les classes de nos écoles primaires, refont surface au lycée pour les élèves de première. Les livres VII à XI sont étudiées en cours et donc susceptibles de tomber à l’oral de français en juin. VL résume pour vous ce qu’il faut en retenir pour l’épreuve.

L’auteur des Fables

Jean de la Fontaine, né en 1621 et mort en 1695, grandit en Picardie dans une famille noble. Il se passionne pour les écrits antiques et part étudier le droit à Paris. Il devient avocat en 1649. Sous le règne du roi Louis XIV, il écrit pas moins de 243 fables écrites en vers, réparties en trois recueils publiés en 1668, 1679 et 1694. Elles se caractérisent par la mise en scène d’animaux à caractère humain, prônent la ruse et présentent une morale pour chaque fable. Outre celles-ci, il est l’auteur de Contes et nouvelles en vers, publiés peu avant le premier recueil des fables. Il intègre l’Académie française en 1684. Son œuvre s’inscrit dans le mouvement naissant du classicisme, qui se caractérise par la recherche d’ordre, par l’image de « l’honnête homme » et par l’importance de la raison.

A lire aussi : Comprendre Les Fleurs du mal de Baudelaire en 5 minutes

L’œuvre

Les livres VII à XI étudiés constituent le deuxième recueil des Fables de la Fontaine, publié en 1678 et 1679.

Les Fables sont des apologues – une apologue est un court récit fictif comprenant une morale, à visée éducative – au même titre que les contes. Ainsi, elles ont pour but d’éduquer les enfants, mais s’adressent également à un public adulte, fournissant une morale et une critique sociale et politique. Elles utilisent à cette fin un style satirique ; la parodie à travers les animaux représentant la société humaine permet également de donner un côté indirect à la critique.

Il faut principalement retenir la visée argumentative des fables. La critique de la société et de la politique en France est faite par une dénonciation des failles de la justice et des inégalités sociales. Prenons par exemple la fable Le Chat, la Belette et le Petit Lapin, dans laquelle le conflit du lapin et de la belette les amène devant le juge chat, qui profite de sa supériorité pour les dévorer. La fable dénonce l’abus de pouvoir et la corruption de la justice et du Roi sur la population plus modeste. Les Animaux Malades de la Peste met en scène un âne victime d’un jugement injuste de la part des autres animaux. La fable montre également comment les différences sociales profitent aux plus puissants, faisant de la justice une injustice.

Morale de la fable Les Animaux Malades de la Peste

De même, les défauts humains sont vivement critiqués : la vanité ou encore l’avarice sont attaqués à travers les morales. Dans Les Obsèques de la Lionne, le cerf échappe à la sentence mortelle du roi lion en le flattant. La fable critique donc la vanité royale. Dans Le Savetier et le Financier, l’accumulation des biens par le savetier l’empêche de mener une vie simple et heureuse. Ainsi, la Fontaine encourage la sagesse, la rationalité et l’humilité, ce qui correspond à l’idéal classique de l’homme réfléchi très présent au XVIIème siècle.

La mise en abyme est utilisée par la Fontaine dans Le Pouvoir des Fables, afin de démontrer l’efficacité de ce qui est ludique, fictif, somme toute de l’imagination, pour faire passer les messages.

Related posts
À la uneMédias

The Voice : où en sont nos favoris après cette dernière soirée des Battles ?

À la uneSport

IndyCar - Théo Pourchaire va effectuer ses débuts en IndyCar à Long Beach !

À la uneEquitationSport

Comment on note les épreuves de saut d'obstacles aux JO ?

À la uneMédias

Goldorak XperienZ : Dorothée de retour au Grand Rex

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Comprendre La Princesse de Clèves en 5 minutes