À la uneActualitéInternational

Construction de 300 îles reproduisant une planisphère: Dubaï, un pays sans limite ?

Dubaï aimerait devenir la première destination touristique de la planète. Cet émirat a quasiment triplé la surface de son littorale en construisant “palma Islands”, une ville sur l’eau en forme de palmier. À présent Dubaï veut assoir sa position internationale en recréant le monde. Un projet du nom de “The world”, qui sera situé à seulement 4 kilomètres de Dubaï.

La mise en place de cette structure artificielle provient d’une idée du prince Mohamed Ben Rachid Al Maktoum. Ce dernier n’en est pas à son premier projet, puisqu’il a déjà construit le Burj Al Arab en 1999, actuellement le symbole de la ville. C’est à l’heure actuelle, le seul hôtel au monde à être classé 7 étoiles. Les Maktoum ont créés de grands centres commerciaux, des terrains de golf dans le désert, des pistes de ski dans les dunes, mais également deux énormes îles artificielles en forme de palmier qui s’étirent sur 10 kilomètres dans la mer.

Vue aérienne de l’île témoin Groenland

Vue aérienne de l’île témoin Groenland

Le Prince ne s’arrête pas là, puisqu’il est actuellement sur un nouveau projet. Une superstructure en construction depuis 2003. En effet, 300 îles artificielles seront construites dans le golf Persique. Le projet représenterait un chapelet d’île à l’image du monde. Chacune d’elle représentera un pays, ou une partie de ce dernier. Pour se faire une idée, une villa de 3 pièces coutera environ 3 millions d’euros à l’achat. L’architecte Luis Ajamil, parle d’un “projet encore jamais réalisé, surpassant tout ce qui a pu ce faire à l’heure actuel”.

Construction des îles

Construction des îles

La finalisation de “The World” a été grandement remise en question ces derniers temps. En effet, les îles déjà construites commencent à être submergées par les vagues. Privé de toute maintenance, “The World” ou du moins ce qu’il en reste, commencerait à s’enfoncer doucement dans la mer, mettant à l’eau la bagatelle de quelques milliards d’euros.

Pour remédier à cela, les ingénieurs ont décidés de se réunir afin de commencer la création d’une digue solide qui aurait pour but de protéger les îles contre les vagues. Le but étant de reproduire la digue de “Palma Islands” à une échelle plus grande, un mur en forme de pyramide, consolidé par de grosses pierres pesant jusqu’à 6 tonnes chacune et pouvant résister à la force de la mer.

Une digue qui devra se faire aussi basse que possible pour ne pas obstruer la vue sur la mer, et faire baisser la qualité du projet aux yeux des futurs acheteurs.

Photographie aérienne  de "Palm island" et de "The World".

Photographie aérienne de “Palm island” et de “The World”.

Depuis  les années 1960, Dubaï connaît une formidable métamorphose, rien n’est trop grand, ni trop haut. Un tiers des grues du monde entier opèrent dans la ville. Les immeubles surgissent de terre du jour au lendemain.

Cependant un problème réside, l’émirat a battu sa fortune sur les bénéfices du pétrole, dont on estime que les réserves seront épuisées d’ici 2016. Dès lors que les gisements pétroliers  auront cesser d’opérer, Dubaï devra réorienter son économie vers le tourisme en créant de nouveau projets comme “The world” pour le bien de sa survie.

Related posts
À la uneBrèvesMédias

Miss France 2020 : ce qui vous attend pour l'élection du 14 décembre sur TF1

À la uneActualitéSociétéSociété

Près de 63 000 expulsés en France au cours de l’année

À la uneCinéma

Bob l'éponge, le film : découvrez la bande annonce de Éponge en eaux troubles

À la uneActualitéNon classé

Le salon du made in France vu par ses exposants

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux