À la uneSexe

Contraception : les 5 questions à se poser avant de se lancer

Avant de débuter leur vie sexuelle beaucoup de jeune fille/femmes n’ont pas conscience de tout ce qu’implique la contraception. Laquelle choisir, avec ou sans hormones, qui en a la charge ? Tant de questions auxquelles la rédaction de VL répond dans une sélection de plusieurs méthodes contraceptives.

Je prends avec ou sans hormones ?

C’est la grande question et sûrement la première que l’on se pose quand on décide de prendre une contraception. Il faut savoir que celles avec hormones sont les plus rependues, mais ce ne sont pas les seules. Parmi elles, la pilule bien connue puisque c’est celle qui est le plus souvent utilisée au début. L’avantage est que c’est simple d’utilisation, mais les oublis sont le plus gros inconvénient. 

Autre élément qui pose problème : les hormones. Elles ne sont pas seulement présentes dans la pilule, mais aussi dans l’implant contraceptif et le stérilet hormonal. Certes magiques, les hormones sont aussi rapidement nocives pour la santé. Chez certaines, elles sont synonymes d’effets secondaires, parfois graves. Mais ce qui est souvent inconnu des femmes, c’est que par le biais des urines, les hormones polluent l’environnement. 

C’est pour ça que beaucoup d’entre elles décident de s’en éloigner et de tronquer les contraceptions hormonales pour celles sans hormones. Le stérilet en cuivre, le diaphragme, les spermicides, le préservatif féminin, la cape cervicale, l’éponge ou encore les comprimés vaginaux. Nombreuses sont les alternatives aux hormones.

Est-ce-que je fais poser un objet dans mon corps pour plusieurs années…

Certains contraceptifs ont l’avantage d’être posés une fois par un médecin et après plus besoin d’y toucher pendant plusieurs années. C’est le cas de l’implant qui est un petit bâtonnet qui ressemble un peu à un cure-dent en plastique qui se met sous la peau du bras, au-dessus du coude vers l’intérieur. Il diffuse des hormones en continu dans le corps pour empêcher la grossesse. Si pour certaines, il se révèle être sans problème, d’autres connaissent pas mal d’effets secondaires qui les contraignent parfois à l’enlever. C’est pour ça qu’avant de le poser assurer vous que votre médecin vous prescrive une pilule pendant environ trois mois pour tester si votre corps supporte ces hormones. 

Le stérilet est aussi une contraception qui se pose sur la durée qu’il soit en cuivre ou hormonal. Ce petit objet en forme de T vient se placer dans l’utérus et soit il diffuse des hormones en continue à la manière de l’implant, soit il est en cuivre et dans ce cas-là, c’est le cette substance qui agit pour empêcher la grossesse. Ce type de contraception est privilégié par les femmes pour leur caractère pratique, en effet une fois que c’est posé, on n’en parle plus hormis quelques contrôles chez le gynécologue de temps en temps.

…Ou je préfère devoir penser à bien prendre ma contraception quand il le faut ?

Mais il existe aussi des contraceptions qui, elles, doivent être mises ponctuellement ou prises tous les jours dans le cas de la pilule. Justement la pilule, très rependue commence aussi à être de plus en plus boudée par les femmes qui veulent de moins en moins subir des changements hormonaux qui dérèglent tous leur corps. La pilule fonctionne sous forme de cycle et se prend tous les jours afin de prévénir une éventuelle grossesse. Ils en existent évidemment plusieurs types car chaque corps est différent. Souvent oubliée, elle peut devenir une source d’angoisse lors d’un rapport sexuel non protégé. Pour éviter ce désagrément la technique du réveil pour la prendre à heure fixe est la plus simple. 

Mais la prise d’hormones n’est pas obligatoire pour ce type de contraception. Il existe l’éponge par exemple qui, comme son nom l’indique, est une éponge qui se place dans le vagin. Elle empêche le passage des spermatozoïdes. La cape cervicale et le diaphragme sont aussi une possibilité. Ils sont souvent comparés car similaires bien qu’il soient en réalité différents. L’un peut ne pas convenir à une personne comme l’autre peut totalement lui aller. Ils se placent tout deux dans le vagin et font office de réservoir en recueillant le sperme pour éviter qu’il n’atteigne l’utérus. 

Beaucoup ignorent son existence, mais oui les femmes ont aussi leur préservatif. Le préservatif féminin donc ressemble a peu près à un préservatif masculin sauf qu’il se met dans le vagin et un bout en sort pour que monsieur puisse bien s’y insérer. Enfin le dernier, mais pas des moindres, les spermicides. C’est tout simplement un produit à mettre dans le vagin qui agit comme de l’insecticide, mais pour spermatozoïdes. 

Pourquoi ce ne serait pas à mon copain de prendre une contraception ? 

Alors évidemment, les hommes ont la contraception probablement la plus rependue à savoir le préservatif, qu’il n’est plus la peine de présenter. Mais les autres, parce que oui il y en a, sont beaucoup moins connus. Tout d’abord le retrait, qui signifie retirer le pénis du vagin avant l’éjaculation. Mais celle-là, on ne la conseille pas trop car très peu fiable mais à vos risques et péril.

La contraception thermique, elle, est intéressante car consiste à contrôler la fertilité de monsieur grâce à la température de ses testicules. Pour cela, toutes les méthodes qui permettent de réchauffer les parties sont possibles. Mais la température doit être maintenue pendant plusieurs heures. Alors pour faciliter la tâche à ses messieurs, les slips chauffants ainsi que des anneaux thermiques ont été inventés et beaucoup en sont satisfaits.

Aux Etats-Unis, il est possible pour les hommes de se faire injecter régulièrement des hormones pour réduire la fertilité. Mais cette méthode n’est pas autorisée en France. Il est également possible d’injecter du gel dans les testicules pour empêcher le passage des spermatozoïdes.

Est ce que je voudrais vraiment avoir des enfants un jour ? 

Pas mal de gens se posent la question à un moment de leur vie. Et si je ne voulais jamais d’enfants pourquoi ne pas devenir stérile ? Et là plus de problème avec la contraception. Mais cette méthode n’est évidemment réservée qu’aux personnes qui ont de gros doutes sur leur volonté de procréer. Pour celles qui décident de sauter le pas, la stérilisation est envisageable. Pour les hommes, elle correspond à une vasectomie. Cette intervention consiste à sectionner les canaux qui emmènent les spermatozoïdes jusqu’au pénis. Pour les hommes, cette opération peut être néanmoins parfois réversible si les conduits sont seulement bouchés et non coupés. Pour les femmes en revanche, la décision est très encadrée par des médecins. Elle est irréversible puisqu’elle consiste à sectionner les trompes par lesquelles les ovules passent.

Qui a la charge financière de ma contraception ?

La réponse est simple, les deux personnes doivent assurer la charge de la contraception. Peut importe qui utilise la méthode de contraception en question, le plaisir lors d’un rapport est partagé. Alors aucune raison qu’une seule des deux personnes paye pour une consommation commune. 

About author

Journaliste
Related posts
À la uneLa Loi des SériesLa loi des séries s'la raconteSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Les maîtres de l'univers, la série créée pour soutenir une gamme de jouets

À la uneActualitéBrèvesInternational

Une femelle rhinocéros meurt noyée après une tentative d'accouplement

À la uneActualitéInsoliteMusique

Nicki Minaj invitée à la Maison Blanche pour discuter sur la vaccination

À la uneActualitéÉtudiantFranceSociété

#Anti2010 : pourquoi les élèves nés en 2010 sont moqués sur les réseaux sociaux ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux