Voyages

Coronavirus : vers une crise de l’aviation d’affaires ?

La crise économique engendrée par l’épidémie de Covid-19 a eu des répercussions inédites sur l’industrie de l’aviation à l’échelle mondiale. Face à cette nouvelle donne, quelles sont les perspectives d’avenir de l’aviation d’affaires et de la location de jet privé ? 

Les chiffres clés pré et post-covid

La crise sanitaire a mis à l’arrêt de nombreux secteurs économiques. Parmi eux, l’industrie de l’aviation a particulièrement été touchée par les conséquences de l’épidémie, en particulier les avions de ligne et l’aviation d’affaires. 

L’année 2019 était pourtant celle de tous les records pour le marché de l’aviation. Environ 40,3 millions de vols étaient comptabilisés en début d’année 2020 en période pré-Covid, soit une hausse de 55 % par rapport à la dernière décennie (Statista). Une croissance fulgurante pour un marché en pleine expansion, stoppée net par l’épidémie mondiale de Covid-19.

Au premier trimestre 2020, le virus se propage rapidement et force les gouvernements à prendre des mesures sanitaires strictes. Entre la fermeture des frontières et l’organisation des quarantaines, tous les aéroports du monde ont peu à peu été mis à l’arrêt. 

Cette crise majeure a eu des répercussions économiques sans précédent sur le secteur de l’aviation, contraint de réduire ses flottes et son personnel. Les géants de l’aéronautique ne sont pas épargnés par cette récession, comme le prouve par exemple l’arrêt définitif de l’exploitation des Airbus A380, annoncé par Air France-KLM en mai dernier.  

Alors que le succès du marché de l’aviation était au plus haut en 2019 avec 135,6 millions de dollars de chiffres d’affaires, il peine à atteindre les 72 millions de dollars en 2020 (Statista). Les pronostics pour les années à venir ne sont pas des plus encourageants. Les experts estiment que l’industrie mettra du temps à se relever de la crise. Les rapports ne prévoient pas un retour à la normale avant 2023. 

Urgences, fret aérien, rapatriement sanitaire : comment l’aviation d’affaires s’adapte-t-elle ?

Dans cette période sombre pour l’aéronautique, les conséquences de la crise sont toutes autres pour le marché de l’aviation d’affaires. 

Selon les études, le nombre d’avions d’affaires en location a augmenté de 20 % par rapport à l’année dernière à la même période. L’aviation privée, qui représentait 6 % du marché de l’aviation à l’échelle européenne en 2019, a atteint 17 % du trafic total en juillet 2020 (EBAA). Une belle dynamique pour les compagnies aériennes de jet privé, qui ont su tirer de la crise sanitaire de nouvelles opportunités. 

Pour faire face à l’épidémie de Covid, tous types d’avions privés et d’avions d’occasion ont été affrétés pour des situations exceptionnelles :

  • fret aérien de marchandises
  • rapatriements et évacuations 
  • urgences sanitaires et hospitalières
  • voyages d’affaires et déplacements politiques impérieux  

La grande réactivité de l’aviation privée face à cette demande inédite tient à plusieurs facteurs.

D’une part, la capacité réduite des avions d’affaires leur permet une grande souplesse dans l’organisation de tous types de voyages. La réservation auprès d’un courtier ou d’une compagnie aérienne de jet privé est simple et rapide. Le mode de fonctionnement de l’aviation d’affaires permet de répondre à des demandes urgentes, même en dernière minute. 

D’autre part, il est bien plus aisé de se rendre dans une destination précise à l’aide d’un avion privé. En Europe, 2 000 aéroports et aérodromes accueillent des avions d’affaires, soit 10 fois plus que les aéroports uniquement ouverts aux avions de ligne. Rapides et multi-destinations, les jets privés sont donc une solution idéale pour les rapatriements médicaux par exemple. Cette grande flexibilité est l’atout majeur de l’aviation privée.  

Enfin, si vous voyagez en avion privé, vous bénéficiez de la meilleure sécurité sanitaire possible. À bord d’un avion d’affaires, la distanciation sociale est facilitée par le nombre restreint de personnel et de passagers à bord. L’enregistrement n’est souvent pas nécessaire et les voyages en avion personnel comportent peu de transit, réduisant les risques de contamination au virus. 

Quelle évolution pour l’aviation d’affaires en 2021 ? 

Avec ces nouvelles opportunités, l’aviation d’affaires est en train de redessiner les contours du marché de l’aviation. La location d’avion personnel connaît une reprise bien plus importante que les compagnies aériennes d’avions de ligne, encore à -67 % de chiffres d’affaires fin juillet (EBAA). Cependant, la crise sanitaire perdure et ne permet pas encore un retour à la normale du point de vue économique. 

Alors que les compagnies aériennes peinent à rebondir face à la crise, les modalités de voyage évoluent. Les nouveaux clients qui peuvent se le permettre ou doivent voyager impérativement sont aujourd’hui prêts à payer le prix d’un avion d’affaires pour bénéficier de la souplesse et de la tranquillité d’esprit qu’offre ce type de transport. La question de la sécurité sanitaire est aussi primordiale, ce qui encourage les voyageurs à choisir des modes de transports plus confidentiels comme l’avion personnel. 

Aujourd’hui, l’enjeu est de voir si la nouvelle dynamique du marché de l’aviation d’affaires suffira à résister à l’expansion de la crise du Covid-19 et aux restrictions sanitaires imposées par les gouvernements, qui évoluent de jour en jour.

About author

Informer, décrypter, divertir
    Related posts
    Voyages

    Peut-on partir à l’étranger ? Faut-il une assurance ?

    Voyages

    4 choses à faire en attendant la reprise des voyages

    Voyages

    Préparer son voyage au Vietnam

    À la uneEconomieFranceVoyages

    Les destinations préférées des Français en 2020, l'Europe privilégiée

    Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux