À la uneActualitéInternational

Dakota du Nord : le projet controversé d’oléoduc rejeté

Dakota

Les autorités américaines ont rejeté dimanche 4 décembre le projet de pipeline qui suscitait la colère de tribus amérindiennes dans le Dakota du Nord. Selon elles, l’oléoduc menaçait leurs sources d’eau potable ainsi que les sépultures de leurs aînés. 

Bonne nouvelle pour les Sioux. Dimanche 4 décembre, les autorités américaines ont déclaré qu’elles rejetaient le tracé de l’oléoduc controversé qui devait traverser leurs terres, dans le Dakota du Nord. Depuis plusieurs mois, 200 tribus amérindiennes, soutenues par des écologistes, manifestaient contre ce projet.

“La meilleure façon de procéder de manière responsable et de façon rapide est d’explorer des routes alternatives pour la traversée de l’oléoduc”, a expliqué dans un communiqué la sous-secrétaire aux travaux publics de l’armée américaine.

A lire aussi : Quai Branly : Une exposition tout en plumes !

Une menace pour les sources d’eau

Défendu par la compagnie Energy Transfer Partners, ce projet d’oléoduc, baptisé Dakota Access Pipeline, devait traverser quatre Etats américains sur 1 886 km. Le pétrole, extrait dans le Dakota du Nord, à la frontière canadienne devait ensuite être conduit jusque dans l’Illinois, plus au Sud.

A lire aussi : Une victoire de Trump ou de Clinton déterminante pour le climat

La tribu sioux de Standing Rock s’est immédiatement opposée à ce projet de pipeline qui menaçait selon elle ses sources d’eau potable et des sites où sont enterrés ses ancêtres.

Soutien du président Obama

Les Sioux avaient reçu le soutien d’autres tribus amérindiennes et de militants écologistes qui ont campé par milliers près du chantier afin de le bloquer. Plus récemment, de larges manifestations ont été violemment réprimées par les forces de l’ordre dans le Dakota du Nord.

A lire aussi : PÉROU : Une tribu amazonienne prend des otages après une fuite de pétrole

Les Sioux avaient également demandé au président Barack Obama d’intervenir pour faire arrêter ce chantier. Une demande entendue, au grand bonheur des habitants de la région. “Nous soutenons de tout cœur la décision de l’administration et rendons hommage avec une extrême gratitude au courage du président Obama et des ministères concernés pour avoir pris les mesures nécessaires pour corriger le cours de l’histoire et agir dans le bon sens, a déclaré, rassuré, le chef de la tribu de Standing Rock. Et de préciser: “Nous ne sommes pas opposés à l’indépendance énergétique, au développement économique ou à la sécurité nationale, mais nous devons nous assurer que les décisions prises respectent nos peuples indigènes.”

Crédit photo à la Une : SCOTT OLSON/AFP

Related posts
À la uneActualitéFrancePolitique

Élection à Marseille : Michèle Rubirola élue maire après une longue attente

À la uneEconomieHigh Tech

Cryptomonnaies : Bon placement ou mauvais plan ?

À la uneInternational

Les États-Unis célèbrent leur fête nationale mais à quoi correspond le 4 juillet ?

À la uneActualitéFrancePolitique

Saint-Ouen : le colistier du futur maire arrêté pour un scooter volé

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux