À la uneSéries Tv

Dead of summer, Stranger things: fans des années 80

Faire aujourd’hui une série qui se situe dans les années 80 ce n’est pas si simple. Pourtant, cet été, ce n’est pas une mais deux séries “eighties” qui arrivent sur les petits écrans.

Le moins que l’on puisse dire c’est que les années 80 ont le vent en poupe, qu’il s’agisse du cinéma ou de la télévision. Côté séries, The Americans surfe déjà depuis 4 ans sur la vague, mettant en scène des espions russes dans les dernières années de la guerre froide. A la rentrée prochaine les écrans américains nous proposeront des retours sur des succès des eighties comme L’arme Fatale ou encore un reboot de McGyver. Tout cela pour dire que, malgré les permanentes improbables, les polos aux couleurs pastel, les épaulettes version super large ou encore les musiques aux nappes Bontempi d’un son électronique encore balbutiant n’ont pas fini de venir hanter nos petits écrans. Et cela commence dès cet été.

Ce n’est pas une, mais deux séries qui débarquent en cette période estivale et qui ramènent avec elles l’ambiance eighties, et pas seulement d’un point de vue sociologique et historique, comme Mad Men l’avait fait pour les années 60, mais aussi, et surtout, en hommage à un cinéma dont l’artisanat est aujourd’hui disparu.

dead-of-summer-official-logo

Dead of summer, débutée le 28 juin sur la chaîne Freeform , est une série dont le pitch semble capitaliser sur la grande vague des slasher movies des années Reagan. Vous ne savez pas ce qu’est un “Slasher movie” ? Si l’on vous dit, une bande de jeunes adultes passe l’été dans un camp de vacances, perdu au milieu de nulle part, près d’un lac, entouré par une foret, le tout très inquiétant, ça vous parle? Vous avez compris, c’est sur la vague Vendredi 13, Halloween ou encore Evil Dead que la série semble surfer. Semble ? Oui car en réalité la série est plus fantastique et moins sanglante qu’il n’y parait au premier abord. Deux éléments, avant même la vision du pilote nous mettent sur la voie. Tout d’abord, c’est une création de Edward Kitsis, Adam Horowitz et Ian  B. Goldberg, tous trois directement venus de la série Once upon a time. Les deux premiers (qui ne se quittent pour ainsi dire, jamais), ont un réel talent d’écriture, mais proche du conte, comme ils ont pu le démontrer par ailleurs avec leur travail sur des séries comme Felicity ou Lost. Ensuite, ça se passe sur Freeform, anciennement ABC Family. Alors certes, la chaîne se refait une jeunesse en chassant un public moins jeune, justement, un peu comme l’a fait The CW sur les cendres de feu la WB. Mais à la fin, on ne se coupe pas du public captif, et puis surtout dans tout cela, on reste chez Disney.

dead-of-summer-teaser

Donc Dead of summer est bien un conte, qui se déroule en 1989, dans le camp de vacances Stillwater. Dès l’ouverture du pilote on nous explique que le coin a été le théâtre d’événements sanglants un siècle auparavant, et le groupe de jeunes futurs moniteurs, pleins d’enthousiasme et d’hormones, va rapidement rencontrer des phénomènes étranges. Plus fantastique que horrifique, Dead of Summer joue des années 80 avec parcimonie, se limitant principalement au style vestimentaire et à la musique, le pilote étant émaillé de Cure ou encore des Guns ‘n Roses dont le titre que l’on entend est aussi le titre de l’épisode : “Patience”.

Stranger things logo

L’autre série eighties de l’été, qui arrive le 15 juillet prochain sur Netflix, et donc plus rapidement pour les spectateurs de l’hexagone que la précédente, est Stranger Things. De cette série on ne sait pas grand chose mis à par le pitch et l’intention. Découpé en huit épisodes d’une heure, la série, qui bien entendu se déroule dans les années 80, nous raconte l’histoire d’une bande de jeunes adolescents dont l’un d’entre eux disparaît dans des circonstances mystérieuses. Créée par les frères Duffer (Matt et Ross, de leur prénoms), qui réalisent 6 épisodes sur 8 (les deux autres étant réalisés par Shawn Levy, également Producteur), l’intention est de proposer une histoire qui serait globalement un hommage au cinéma de Steven Spielberg, John Carpenter et à la littérature de Stephen King. rien que ça ! D’une certaine manière, un tel cahier des charges n’est pas vraiment nouveau, on pense notamment au film Super 8 de J.J. Abrams. Avec au casting Winona Ryder et Matthew Modine, eux-mêmes icônes de ces années-là, la série sera intégralement disponible, comme (presque) toujours sur la plateforme de SVOD.

Années 80 le retour ? En tout cas ce qui est certain c’est que les créateurs de ces shows, arrivé à l’âge de la maturité on définitivement envie de rendre hommage à leurs propres adolescences.

Crédits: FreeForm/Netflix

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMédiasMusique

The Voice - Alphonse : "J'aime les artistes libres"

À la uneCinémaCulture

Festival de Cannes : suivez la cérémonie de clôture en direct

À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

À la uneCultureMusique

Elektric Park 2024 : le festival électro à ne pas manquer !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux