À la uneActualitéFrancePolitique

Des femmes en burkini à la piscine de Grenoble manifestent pour la liberté de conscience.

Manifestation de femmes en Burkini à Grenoble, appartenant au mouvement « les Rosa Parks musulmanes » et soutenue par le mouvement Alliance citoyenne de Grenoble. Elles ont effectué cet acte de«désobéissance civile » pour protester contre les règlements des piscines jugés discriminatoires. Ces femmes soutiennent la « liberté de conscience » ainsi que le libre accès aux services public.

Une dizaine de femmes se sont baignées vêtues de leur burkini à la piscine Jean Bron de Grenoble, tenue interdite en Isère. Entrées dans la piscine malgré les avertissements des vigiles leur stipulant l’interdiction de porter ce maillot de bain couvrant, sans heurts ni agression, elles ont quitté les lieux vers 17h en écopant d’une amende de 35€. Ce n’est pas la première protestation dans une piscine de la ville. Elles affirment que le burkini n’enfreint aucune règle de sécurité ni d’hygiène. Elles agissent « sans aucune conviction religieuse » afin de défendre « l’égalité des femmes ».

Les élus politiques montent au créneau

De nombreuses réactions virulentes ont été publiées peu de temps après cet épisode. Les Républicains et le Rassemblement National ont dénoncé cette opération coup de poing. Le député LR des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, a publié sur Twitter que le burkini n’avait « pas sa place en France, où la femme est l’égale de l’homme ». « Laisser faire ces activistes islamistes à Grenoble comme partout en France, c’est renoncer à la République. Je ne l’accepterai jamais », a ajouté le président de la commission d’investiture de LR.

« Il ne faut aucun accommodement avec le burkini », a estimé pour sa part, sur Radio Classique, Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France – qui a récemment démissionnée de LR –, dénonçant « la provocation » des femmes qui ont fait irruption dans une piscine de Grenoble dimanche en portant cette tenue.Le Rassemblement national a dénoncé dans un communiqué une « provocation islamiste », qui vise « à revendiquer et imposer un communautarisme vestimentaire au même titre qu’est désormais exigée la mise en place d’un communautarisme alimentaire ».

Des associations locales ont elles aussi répondu. Les jours heureux, un groupe Facebook invite les grenoblois à aller se baigner tout nu le 30 juin.

Le Rassemblement national a dénoncé dans un communiqué une « provocation islamiste », qui vise « à revendiquer et imposer un communautarisme vestimentaire au même titre qu’est désormais exigée la mise en place d’un communautarisme alimentaire » .

Des associations locales ont elles aussi répondu. Les jours heureux un groupe Facebook invite les Grenoblois à aller se baigner tout nu le 30 juin.

Que dit la loi ?

Législativement aucune loi n’interdit le burkini. Seuls certains maires ont accordé des arrêtés pour interdire le port du maillot de bain couvrant.  C’est le cas de la ville de Grenoble, qui stipule dans son règlement que « pour des raisons d’hygiène et de salubrité, la tenue de bain obligatoire pour tous dans l’établissement est le maillot de bain, une ou deux pièces, propre et uniquement réservé à l’usage de la baignade ».

La suite des évènements.

La ministre des Sports Roxana Maracinenau dans son guide « Laicité et gestion du fait religieux dans le sport » a déclaré que « la manifestation de la liberté de conscience prime tant qu’elle ne trouble pas l’ordre public ». L’interdiction du port du burkini ne peut se fonder que « sur la base de raisons objectives telles que l’hygiène et/ou la sécurité ».

Les membres de l’association « Rosa Parks Musulmanes » sont conscients que le débat agite les foules mais réclament un dialogue. Le maire de Grenoble ne s’est toujours pas exprimé. Dans ce débat, les deux opposants défendent la même cause : l’égalité. Chacun ayant sa propre définition, le dialogue semble compliqué. Ne pouvant faire du cas par cas, aucune mesure ne peut être mise en place. La réponse mise en place installe un amalgame récurrent entre Religion et Droits sociaux, certains favorisant le buzz au dialogue. 

About author

Journaliste actualité générale
Related posts
À la uneFrancePolitiqueSociété

Désormais, les forces de police n’utiliseront plus la « clé d’étranglement » comme technique d'interpellation

À la uneCinémaCulture

Universal annonce le retour de ‘L’Exorciste’ avec une nouvelle trilogie en préparation

À la uneJeux olympiquesSport

JO de Tokyo, jour 7 : Florent Manaudou en lice pour le podium, les français champions olympiques en judo

À la uneFaits DiversInternational

Angleterre : 40 personnes arrêtées pour abus sexuels sur mineurs

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux