À la uneActualitéCulture

Exposition photo au musée d’Orsay: “Qui a peur des femmes photographes ?”

L’objectif : une arme d’évolution massive?

L’exposition vit ses deux dernières semaines au musée d’Orsay. Jusqu’au 24 janvier seront exposées plus de 400 photos retraçant l’histoire de la photographie féminine entre 1918 et 1945. Elles nous font vivre, bien plus qu’une simple immersion dans les clichés de ces dames, un combat pour être reconnues à leur juste talent et pour lever des tabous alors imposés par les hommes.



Outil de contestation sociale, de remise en cause de leur condition. Plus on s’enfonce dans les couloirs de la galerie, plus on constate que les femmes ont su imposer leurs revendications par la force de leur objectif. Une plus grande valorisation de leurs oeuvres, une plus grande médiatisation aussi, plus de liberté d’expression malgré les blocages maintenus par des hommes conscients que les femmes avaient entre les mains des armes que l’on ne pouvait leur retirer. De photos intimes (notamment des portraits), on glisse vers des reportages ou encore des photos de guerre montrant la progressive émancipation qu’elles ont acquise.

Margaret Bourke-White (1904-1971), Self-portrait with camera Tirage argentique — 34.9 × 22.7 cm © Digital Image Museum Associates/LACMA/Art Resource NY/Scala, Florence

Margaret Bourke-White (1904-1971), Self-portrait with camera
Tirage argentique — 34.9 × 22.7 cm
© Digital Image Museum Associates/LACMA/Art Resource NY/Scala, Florence



« Etre une femme photographe après la grande guerre, c’est investir de nouveaux genres et de nouveaux champs » peut-on lire en pénétrant la salle.
Loin de ne faire que suivre les tendances photographiques de leur époque, et malgré les interdictions qui pesaient sur elles, une grande place est attribuée au sein de l’exhibition à des pionnières, des innovatrices dans le milieu de la photo: à madame Yevonde par exemple, qui fut l’une des premières à exposer dans les années 30 des photos colorées d’une qualité assez impressionnante. Ou encore à Mary Willumsen, arrêtée pour avoir pris des clichés de baigneuses un peu trop dénudées pour l’époque (1920).

Vous pensez que les années 2000 ont inventé le « selfie »? Détrompez-vous ! 
 
Outre les revendications de genre, on sort d’Orsay en remettant en cause ce que l’on croit appartenir à la « modernité ». Les autoportraits n’étaient pas chose rare durant l’entre deux guerres. Grâce au déclencheur par fil par exemple: Eva Besnyö, Margaret Bourke-White, et bien d’autres, ont de loin devancé les plus fameuses instagrameuses.

Maïlys Khider

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFrance

Covid-19 : quels sont les 20 départements sous "surveillance renforcée" ?

À la uneFranceSociété

Envoyé spécial : "la nouvelle vie de Stella et d'Alex"

À la uneEnvironnementFrance

400 dauphins ont été capturés accidentellement cette année

À la uneCultureInternationalMusique

Taylor Swift attaque en justice un parc d'attraction

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux