À la uneActualitéFrancePolitique

Fillon aurait touché 50 000 dollars pour mettre en relation un industriel libanais avec Poutine

Fillon

Selon Le canard enchaîné, François Fillon aurait encaissé 50 000 dollars de la part d’un riche industriel libanais pour le mettre en relation avec le président russe Vladimir Poutine.

Encore une pierre jetée par Le canard enchaîné dans le jardin de François Fillon. Après l’affaire des emplois fictifs, le journal satirique a révélé dans son édition du mercredi 22 mars que Fillon aurait reçu 50 000 dollars (plus de 46 000 euros) de la part de Fouad Makhzoumi. Ce milliardaire libanais lui aurait en échange demandé de le mettre en relation avec des dirigeants russes, algériens, gabonais et ivoiriens. Et même avec certains grands patrons français (dont le PDG de Total, Patrick Pouyanné), susceptibles d’acheter des pipelines”.

Fillon aurait notamment joué ce rôle d’intermédiaire entre Vladimir Poutine, Makhzoumi et le PDG de Total le 19 juin 2015, en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg. A l’époque, l’actuel candidat de la droite à l’élection présidentielle de 2017 détenait une société, 2F Conseil, depuis le 7 juin 2012. Fouad Makhzoumi en était un client.

Eventuels “conflits d’intérêts”

Le 20 juin 2012, soit 13 jours après avoir créé sa société 2F Conseil, Fillon entamait un mandat de député de Paris. Le code électoral “interdit à tout député de commencer à exercer une fonction de conseil qui n’était pas la sienne avant le début de son mandat”, ce qui signifie que François Fillon a exercé chez 2F Conseil “en toute légalité”, aux termes de ce texte.
Ses adversaires s’étaient interrogés sur d’éventuels “conflits d’intérêts” du fait de cette société. Mais l’ancien premier ministre avait répondu en citant quelques-uns des clients qu’il a conseillés, dont “l’assureur Axa, la société Fimalac et la banque Oddo”.
En revanche, il avait assuré que « la liste de (ses) clients ne comprend aucune entreprise russe, ni le gouvernement russe, ni aucun organisme de ce pays. » « Une demi-vérité ou un demi-mensonge », selon Le Canard enchaîné, comme lorsqu’il affirmait n’avoir conclu aucun contrat avec Total.
Lundi soir, lors du grand débat politique organisé par TF1, les candidats de gauche avaient dénoncé sans les nommer, leurs concurrents “liés aux puissances de l’argent et des lobbys.”
Related posts
À la uneActualitéCultureSéries Tv

Good Doctor : les premiers épisodes de la saison 4 évoqueront le Covid-19

À la uneActualitéÉtudiantFranceSantéSociété

Dans quelles circonstances va se dérouler la rentrée scolaire 2020 ?

À la uneActualitéFranceMédias

"Une famille en or" : TF1 relance le jeu avec Camille Combal !

À la uneActualitéCulturePop & Geek

Twitter contrôle désormais les comptes liés aux Etats

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux