À la uneActualitéHigh TechInternational

Google dépense 3,2 milliards de dollars pour … un thermostat

Le moteur de recherche a abandonné son travail sur sa propre invention pour en racheter une autre. Mais pourquoi dépenser une telle somme pour un thermostat ?

Le résultat de l’expérience n’a pas dû être convainquant. Google a donc annoncé hier le rachat de la start-up Nest pour 3,2 milliards de dollars (rien que ça). Après Motorola (12,5 milliards de dollars en 2011), c’est la deuxième somme la plus importante que le moteur de recherche a dépensé pour une acquisition. Mais cette fois il s’agit de racheter un seul produit, un thermostat.

Inconnue outre Atlantique, Nest est petite pépite du secteur des objets connectés aux Etats-Unis. Mais elle produit que deux outils phares : un thermostat design et pilotable depuis votre smartphone, ainsi qu’un détecteur de fumée connecté. Ces deux produits déjà commercialisés, sont respectivement vendus 249 et 129 dollars et font un carton aux USA. Souvent forcés par la loi de s’équiper en alarmes anti-incendie, les adeptes de la technologie se tournent en masse vers Nest.

Nest ne vient pas de nulle part. Elle a été fondée par Tony Fadell en 2010, un ancien d’Apple (officieux créateur de l’Ipod). D’autres célèbres créateurs de la Silicon Valley (Google, Apple, Tesla…) sont également dans l’entreprise. C’est la raison pour laquelle Google a mis le prix, car le géant n’a pas seulement racheté deux inventions : Google a racheté les derniers brillants cerveaux de la Silicon Valley.

VIDEO . Il y a une application pour régler votre thermostat 

[youtube id= »4bHRyCE1N5s »]

Alexandre Legrix

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

À la uneSéries Tv

Plus Belle la Vie : qui était Abdel Fedala que jouait Marwan Berreni?

À la uneEquitationSport

JO 2024 : comment transporte-t-on les chevaux ?

ActualitéSociété

5 conseils pour bien se préparer aux examens

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux