À la uneActualité

Guantanamo : dernier coup d’éclat entre Trump et Obama

Donald Trump s’est catégoriquement opposé à la libération des prisonniers de Guantanamo. Barack Obama, lui, conforte son souhait de libérer un maximum de détenus avant la fin de son mandat.
Guantanamo pourrait bien être le dernier coup d’éclat dans la rivalité entre Barack Obama et son successeur Donald Trump. Dans un tweet dont il a le secret, le futur président des Etats-Unis s’est formellement opposé à tout nouveau transfert de détenus depuis cette prison militaire controversée. Le transfert de prisonnier vers d’autres pays présente une possible récidive pour ces individus qu’il qualifie « d’extrêmement dangereux »

 

« Il ne doit pas y avoir davantage de remises en liberté de prisonniers de Guantanamo. Ce sont des gens extrêmement dangereux et il ne faut pas leur permettre de retourner sur le champ de bataille ».

La réponse de la Maison Blanche ne s’est pas fait attendre. «Je m’attends à d’autres transferts», a déclaré son porte-parole Josh Earnest.

Ce désaccord pourrait être le dernier sous le mandat Obama - DR

Ce désaccord pourrait être le dernier sous le mandat Obama – DR

Le Pentagone a affirmé poursuivre la politique précédente ayant pour but de fermer la prison. Ainsi, le président sortant Barack Obama restera fidèle à son plan jusqu’à la fin de son mandat.
La Maison Blanche rappelant au passage à Trump qu’il n’était pas encore le président des États-Unis et  qu’il devait patienter jusqu’au 20 janvier avant d’être aux commandes.

Le maintien de la prison de Guantanamo était un point-clé de la campagne de Donald Trump. Il avait affiché sa volonté «de la remplir de mauvais gars».

Une prison polémique

La prison de Guantanamo a vue le jour à la suite des attentats du 11 septembre 2001 qui ont fait près de 3 000 morts. Symbole de la lutte américaine contre le terrorisme, son but est de détenir des terroristes présumés sans procès. La prison a soulevé des polémiques dans les années qui ont suivi pour son non-respect des conventions de Genève. Ces traités internationaux définissent les règles de protection des personnes lors d’un conflit armé et interdisent notamment la torture.

A lire aussi :  Guantanamo : les confessions de l’horreur

A lire aussi : Guantanamo, 14 ans de violations du droit

Les conditions de détention des détenues ont choqué le monde entier - Reuters

Les conditions de détention des détenus ont choqué le monde entier – Reuters

Barack Obama comptait fermer la prison pendant la première année de son mandat. Cependant face à l’opposition des législateurs républicains et de certains démocrates au Congrès, il avait dû faire marche arrière. Le président sortant ne s’est pas incliné, il aura réussi à réduire fortement le nombre de détenus se trouvant dans la prison. Lors de sa prise de fonctions en janvier 2009, Guantanamo comptait 242 détenus ; ils ne sont plus que 59 aujourd’hui.

Avant de quitter la Maison Blanche, Obama pourrait faire un dernier pas vers la fermeture de la prison. Selon le New York Times, l’administration Obama pourrait annoncer prochainement un nouveau transfert de 20 détenus qui seraient répartis entre l’Italie, Oman, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Related posts
À la uneActualitéFrancePolitique

Endetté, le Rassemblement National prend l'eau et licencie

À la uneInternational

5 éléments pour comprendre... l'ascension politique de Joe Biden

À la uneFranceSociété

Envoyé Spécial : les mordus du pain et la vie étudiante

À la uneActualitéInternational

USA : Les grandes dates de la présidence Trump

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux