À la uneActualitéInternationalPolitique

WikiLeaks : Hillary Clinton à nouveau embarrassée par ses mails divulgués

La candidate démocrate Hillary Clinton. REUTERS/Brian Snyder

À l’approche des présidentielles américaines, les multiples bourdes de Donald Trump s’accumulent et doivent rendre service à Hillary Clinton. Elle observe tout en étant en tenue de combat. Elle est en alerte, face aux médias et concurrents politiques. En effet, ils sont capables de faire chuter une personnalité, en transformant un simple scandale en une affaire d’État. Cela est le cas pour la candidate démocrate et ses e-mails non sécurisés divulgués. Alors chef de la diplomatie américaine, elle les utilisait dans le cadre de sa vie professionnelle. Pourquoi cela pose tant problème ? Au moment où l’ONG WikiLeaks, vient de publier de nouveaux e-mails compromettants de la démocrate et de son équipe de campagne, retour sur cet affaire qui  débute en 2015 et embarrasse la candidate  démocrate.

Qu’est-il reproché à Hillary Clinton ?

L’affaire a été révélée par le New York Times en mars 2015. Hillary Clinton est alors candidate pour l’investiture démocrate à l’élection présidentielle américaine. On lui reproche d’avoir utilisé son compte e-mail personnel dans le cadre de ses fonctions, plutôt qu’une messagerie professionnelle de l’administration. Ses messages n’étaient donc pas archivés dans les serveurs du département d’Etat.

Elle manque donc à ses obligations envers un règlement interne

Au pays de l’Oncle Sam, il n’est pas autorisé de le faire pour des activités liées à leur mandat. D’autant plus qu’une loi impose d’en conserver une copie pour archivage. Les messages qui ne sont pas classés confidentiels ou secret-défense, peuvent être consultés par toute personne, au nom de la loi sur la liberté d’information (Freedom of Information Act).

Gestion imprudente et une négligence extrême de la sécurité de ses données personnelles

D’autres politiciens ont utilisé leur e-mail personnel pour le travail. C’est le cas pour Colin Powell, secrétaire d’État de 2001 à 2005. Sarah Palin avait connu des déboires similaires en 2008. Par la suite on a identifié le pirate, c’était le fils d’un élu démocrate.

Pourquoi est-ce particulièrement grave pour Hillary Clinton ?

Elle était alors secrétaire d’État et donc chef de la diplomatie américaine. Elle envoyait et recevait donc des infirmations confidentielles et sensibles. Pourtant, son compte personnel n’a pas fait l’objet de mesures de protection particulièrement importantes. Ses mails pouvaient facilement être interprétés, aussi bien par des pirates, que des agences de renseignements étrangères. Également, ses adversaires politiques se focalisent sur cette affaire. Ils lui reprochent une gestion imprudente et une négligence extrême de la sécurité de ses données personnelles.

Dans un mail divulgué par WikiLeaks, Hillary Clinton assure que l’Arabie saoudite finance l’Etat islamique (e-mail daté du 17 août 2014)

L’enquête

Plus de 30 00 mails ont été remis par Hillary Clinton au ministère de la justice. L’affaire est grave est pourtant, il a fallu cinq mois aux enquêteurs pour avoir accès au disque dur du serveur de la dame aux cheveux talqués. Bien qu’elle tentait de prouver le contraire, des informations classifiées et confidentielles ont transité. Certaines n’étaient pas identifiées comme telles. Entre manque de transparence et de négligence, les reproches sont lourds envers Madame Clinton.

Les suites et que risque la candidate démocrate ?

Au pays de l’Oncle Sam, il est extrêmement rare qu’un responsable politique soit condamné judiciairement. L’enquête a été close sans enclencher de poursuites. Pourtant, le FBI a rendu publique en septembre son rapport. On découvre que la démocrate a jonglé avec 13 téléphones portables en utilisant un service privé non sécurisé.

En plus d’avoir l’image d’une femme « déconnectée » ce que vit une majorité d’américains, cette affaire ne la rend pas service ainsi qu’au gouvernement d’Obama. À l’approche des présidentielles, des électeurs ne la jugent pas « honnête » et « digne de confiance ». Les emails rendus publique par WikiLeaks ne concernent eux, que la campagne démocrate. C’est pour cette raison qu’Hillary Clinton accuse les républicains et les Russes d’être derrière cette machination.

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFrancePolitique

Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont 1 an ferme

À la uneCinéma

Un reboot de Superman en préparation

À la uneBrèvesFranceSanté

Couvre-feu : Emmanuel Macron demande aux Français de « tenir encore 4 à 6 semaines »

À la uneSéries Tv

La traque : "Va te faire voir" répond Yves Rénier au fils de Fourniret

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux