À la uneCinéma

Interview – Héloïse Martin : « Je vais réaliser mon premier court-métrage »

Héloïse Martin, va réaliser son premier court-métrage, l’occasion pour nous de revenir sur son parcours.

Vous faites votre première apparition à l’écran dans le film « Qu’est-ce qu’on va faire de toi ? ».  Comment avez-vous vécu cette expérience et avez-vous appris des choses de ce tournage ?

Pour la petite anecdote, je m’étais inscrite en cachette à ce casting et quand ma mère est venue me chercher au lycée en me disant « bon bah tu t’es inscrite à ce casting, on va le passer demain à Paris » j’étais comme une dingue car c’était mon premier casting. J’ai été prise pour un petit rôle, mais quand j’étais sur le tournage c’était incroyable et ça a confirmé mon envie de faire ce métier. J’avais les yeux remplis d’étoiles, j’étais déguisé en tenue des années 50, c’était assez magique comme expérience. Deuxième anecdote, dans la scène que je jouais je devais embrasser un garçon et c’était la première fois de ma vie que j’embrassais un garçon… c’était un peu la journée des WAOUH. (rires)

Comment se prépare un casting ?

J’ai toujours préparé mes castings accompagnés des coachs avec lesquels je travaille. En général, 3-4 jours avant on reçoit le texte et on a quelques pages de dialogue à apprendre par cœur (2 scènes environs). Maintenant il ne faut pas trop s’accrocher aux mots, c’est pour ça qu’il faut travailler avec des professionnels, avec des coaches ou des gens qui sont habitués à ce genre d’exercice. Sur un casting on peut te dire de jouer trois ou quatre fois la même scène mais d’une façon différente, c’est pour ça qu’il faut savoir rebondir et ne pas paniquer. 

Ça vous arrive de paniquer ?

Ça m’arrive d’avoir le trac… quand le projet me plaît ou que c’est un gros projet ça m’arrive de paniquer. Mais ça va beaucoup mieux qu’avant, je suis tellement habitué maintenant. Au début quand je faisais des castings c’était un truc de dingue, j’avais l’impression de jouer ma vie donc je paniquais. Maintenant je sais que si je n’ai pas le rôle, ce n’est pas que j’ai raté mon casting mais c’est tout simplement que le rôle ne me correspondait pas . À présent j’y vais en me disant que je vais tout défoncer mais je garde en tête le fait que je ne vais pas forcément correspondre au rôle donc c’est pour ça qu’il ne faut pas stresser pour rien.

Pour vous, quelles qualités faut-il avoir pour être comédien ou comédienne ?

Il faut pouvoir s’ouvrir à plusieurs personnages, savoir rebondir, lâcher prise… il ne faut pas trop se regarder. Il faut également avoir beaucoup de second degré et travailler énormément. Je ne pourrai pas t’en dire plus car j’ai encore beaucoup de choses à apprendre.

À quoi ressemble la journée type d’une actrice ?

Il n’y a pas une journée qui est pareil. En période de travail les journées sont très intenses… on se lève à 5H du matin, on vient nous chercher à 6H, à 7H on est déjà sur place à se faire maquiller, coiffer… on termine vers 19H et après le soir on doit apprendre les textes pour le lendemain. Et il y a des jours où je vais être chez moi, j’ai quitté Paris pour aller à la campagne donc il y a des jours où je vais profiter de ma maison et de mon jardin. J’ai également des périodes de stress quand un projet se termine et que j’ignore quand le prochain arrivera… Dans ces moments je rentre dans une phase de solitude où je reste chez moi, où je fais un point sur ma vie. Mais souvent je suis chez moi, je plante des choses dans mon potager… loin des paillettes et du tapis rouge. (rires)

Quel est votre rythme de travail ?

On va dire que j’ai un gros projet par an depuis « Tamara 1 ». Il faut savoir que pour un film il y a un mois de préparation, deux mois de tournage, deux mois d’avant-premières et d’interviews pour la promotion donc on va dire que ça me prend cinq mois par an. Et les autres mois de l’année j’écris mes projets, là je vais réaliser mon premier court-métrage. Et toutes les semaines je prends des cours de coaching pour toujours rester active. 

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce premier court-métrage ?

Je ne peux pas en parler pour l’instant, mais ce sera un thriller.

Quel rôle rêveriez-vous d’incarner ?

J’aimerais bien jouer un rôle complètement différent de ce que j’ai pu faire.  Pourquoi pas faire un film dramatique…

Comment s’est passée la transition entre vos études et le monde du travail ?

Je viens de Bretagne, j’avais qu’une idée en tête et c’était de monter sur Paris pour tenter ma chance dans le cinéma. Dès que j’ai eu mon bac j’ai tout arrêté et je suis monté sur Paris. Je me suis inscrite dans aucune fac, aucune école… je prenais juste des cours de théâtre donc on va dire que je n’ai aucun niveau d’études supérieures.

Quelles études avez-vous faites ?

J’ai passé un bac littéraire en section cinéma et audiovisuelle.

D’où vous vient cette passion pour le cinéma ?

Depuis toute petite à force de regarder des films, d’aller au cinéma, je me suis dit qu’un jour je voudrais faire pareil. Je voulais faire rigoler les gens, jouer plusieurs personnages donc c’est vraiment une passion depuis mes 5-6 ans. 

Avez-vous des personnes qui vous inspirent dans votre parcours ?

J’ai tellement d’acteurs et d’actrices qui m’ont donné envie de faire ce métier… beaucoup d’acteurs et actrices français d’ailleurs ! J’adore le cinéma français. J’aime beaucoup Jean Dujardin, Marion Cotillard… il y en a tellement. J’ai également plusieurs cinéastes qui m’inspirent notamment en réalisation : Thomas Vinterberg, Scorsese, Almodivag, Maiwenn et Hazanavicius. Mais Louis de Funès est vraiment celui qui m’a donné envie de faire ce métier.

Si vous n’aviez pas été comédienne, quel métier auriez-vous voulu faire ?

J’ai voulu faire 150 autres métiers, quand on était au collège on devait mettre le métier qu’on voulait faire plus tard. Je mettais toujours actrice en choix numéro un et en deuxième choix je mettais avocate, juge, chirurgienne… je mettais tout le temps des métiers différents les uns des autres mais mon choix numéro un était toujours actrice.

Pour finir, quels conseils pourriez-vous donner aux personnes qui souhaiteraient être acteur ou actrice ?

Il ne faut pas attendre que ça vienne, il faut provoquer sa chance. Je n’ai pas fait d’école comme le conservatoire, la Cours Florent… je conseille de prendre des cours avec des coaches, je pense que c’est primordial car il faut absolument travailler les textes, son corps… il faut travailler tellement de choses pour pouvoir être acteur. Il faut écrire ses projets, faire des courts-métrages, passer beaucoup de castings. J’ai fait de la figuration, donc j’ai pu observer comment se déroulait un tournage. N’hésitez pas à aller à la rencontre des professionnels dans les festivals et surtout faire ses propres projets car je pense que c’est très important. C’est pour ça que j’ai toujours fait des courts-métrages, des vidéos avec des amis qui voulait faire le même métier. Donc il ne faut pas attendre que ça vienne.

Related posts
À la uneFaits DiversSéries Tv

Squid Game :  O Yeong-su poursuivi pour agression sexuelle

À la uneMédias

A quelques jours de la finale, comment Enola avait appris son entrée dans la Star Ac ?

ActualitéCinéma

Pourquoi il faut revoir ... Liaison Fatale d'Adrian Lyne (1987) ?

À la uneSéries Tv

L'intégrale de Chapeau melon et bottes de cuir sur madelen dès le 19 décembre

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux