Alors que le « Dry January », mois sans alcool, a été lancé il y a quelques jours, un autre défi vient de lui emboîter le pas : le « Januhairy ».

View this post on Instagram

HAPPY JANUHAIRY Januhairy is a project for women to challenge social norms and grow out their body hair for the month of January, all to raise money for Body Gossips education program. Women have signed up from around the world including Spain, Germany, Russia, USA, Canada and lots of women dotted around England, ready to kick-start the new year with a new challenge. Today is day one of Januhairy! Let’s do this, girls… Attached in the bio is the sponsorship form. All money raised will go towards Body Gossips Education program- aiming to change young minds and their views on their bodies! Please donate for as much as you can as even the smallest amount of money you can spare will make an enormous difference for this fantastic charity! There will also be a prize for the largest sponsor! Let's start 2019 the right way! 🌵💃✨

A post shared by Januhairy (@janu_hairy) on

Cet énième challenge né sur les réseaux sociaux consiste à pousser les femmes à lâcher, au moins le temps d’un mois, la moindre pince à épiler ! L’objectif est simple : laisser tranquille leur pilosité en zappant l’étape devenue presque obligatoire de l’épilation. La faute à une société de plus en plus habituée au « tout-rasé », notamment à cause de l’industrie florissante du porno, qui prône ces valeurs depuis des années.

Même si l’idée de prendre en photo certaines parties non-épilées de son corps n’est pas inédite, c’est Laura Jackson, une jeune britannique de 21 ans, qui a officiellement posté la première photo du « Januhairy ». Dans son post Instagram, elle raconte : « Il y a des aspects qui m’ont vraiment ouvert les yeux sur le tabou de la pilosité féminine. Après plusieurs semaines je me suis habituée à mes poils et j’ai commencé à aimer ma pilosité naturelle […] Je me suis sentie libérée. J’ai commencé à avoir davantage confiance en moi ».

Confrontée à l’incompréhension de certaines personnes de son entourage, Laura Jackson réalise alors « qu’il reste beaucoup à faire pour être capable d’accepter pleinement et véritablement autrui ». L’étudiante de 21 ans réussit néanmoins à passer au-delà des réactions déplacées de certaines personnes de son entourage. Et ce grâce au soutien et à la bienveillance de sa famille et de ses amis. Sa mère, très surprise au premier abord, a même fini par jouer le jeu à son tour : « Après en avoir parlé avec elle et l’avoir aidé à comprendre, elle s’est aperçue à quel point les questions qu’elle me posait étaient bizarres. Elle va maintenant rejoindre « Januhairy » et laisser pousser les propres poils de son corps… » déclare Laura.

Mesdames, à vous de jouer !

La maman de la jeune britannique n’est pas la seule à avoir rejoint le mouvement. Des nombreuses femmes du monde entier ont d’ores et déjà exposé leur pilosité corporelle sur Instagram, partageant par la même occasion leur propre expérience.

Durant les dernières décennies, des célébrités ont aussi assumé leurs poils sous les bras comme Julia Roberts, Miley Cyrus, Drew Barrymore ou encore Madonna et sa fille… Une façon de prouver que même sous le feu des projecteurs, leur corps leur appartient toujours !

La question est maintenant de savoir si le « Januhairy » va avoir un impact sur le long terme. A ce jour, plus de 2500 photos ont été publiées sur Instagram et le chiffre ne cesse de grimper. Outre ses motivations allant à l’encontre de l’hypersexualisation du corps féminin, Laura Jackson défend une noble cause : la jeune femme cherche à récolter de l’argent à verser au profit de Body Gossip, une association œuvrant à l’acceptation de l’anatomie de chacun.