À la uneActualitéFrancePolitique

UN JOURNALISTE HUMILIE MARINE LE PEN !!

Un véritable titre « pute à clics ». Et pourtant, plus qu’un vulgaire clic, vous venez de faire un geste pour la démocratie. La raison est simple. A la fin de cet article, vous aurez quelques pistes de réflexions en poche pour d’autant plus vous méfier du discours ambiant à l’encontre des journalistes et des médias, ce que Marine Le Pen ou François Fillon ont coutume de faire (le titre n’est donc pas si incohérent !). En tant que média indépendant, Radio VL  a tout à fait la légitimité pour le faire, (en espérant que nous ne soyons pas tous des rédacteurs judéo-islamo-illuminatis-maçonniques-repitiliens, qui plus est du système !)

Et tu tapes, tapes, tapes… sur les médias pour gagner des voix

La recette a fonctionné outre Atlantique. Connu pour ses frasques à l’encontre des journalistes, Donald Trump a pleinement participé à cette stigmatisation de la profession de journaliste. Jamais la presse n’avait été à ce point mise à mal par un candidat à l’élection présidentielle. A l’instar des étrangers, les journalistes ont été déclarés comme ennemis intérieurs, qui participent à l’entretien du système et de ses inégalités. Cible facile, étant donné que la moindre défense venant de leur part pouvait être interprétée comme une attaque à l’encontre du milliardaire. Ils n’ont donc fait que subir opprobres sur opprobres qu’ils étaient obligées de transmettre via leurs propres canaux… Et lorsque l’on voit le traitement réservé à la presse, notamment à CNN, une fois même que Monsieur Trump est arrivé à la Maison Blanche, le résultat final n’en est pas moins inquiétant.

A lire aussi : Pour Trump, les médias passent sous silence de nombreuses attaques terroristes

Le modèle s’exporte visiblement très bien en France. François Fillon n’hésite pas à crier au complot médiatique, qui serait destiné à le salir avant l’élection. Et ce, même si les faits mis en cause sont chiffrés et argumentés… On marche sur la tête. C’est en se grattant l’autre sourcil que l’on peut se rendre compte que le FN utilise les mêmes procédés. Très habilement, lors de l’ Émission Politique du 9 Février sur France 2, les cadres du parti ont organisé un fact-checking sous la bannière FN (notamment via Twitter).

Ce qui s’est produit est très grave. C’est l’illustration parfaite de la négation de l’institution que sont les médias. Ils seraient devenus tellement incompétents qu’il serait nécessaire de monter son propre service de presse, comme à l’époque de l’URSS, de l’Allemagne nazie ou encore de la Chine de Mao. Que l’idéal démocratique semble loin.

It’s time to make journalism great again

Et pourtant les médias jouent un rôle crucial, surtout en période électorale. Malgré tous les défauts qu’on peut leur attribuer, ils restent un rouage essentiel de la démocratie. Ils informent une population citoyenne qui se doit de rester éclairée dans ces périodes obscurantistes. Ils sont la base du contrat social qui permet au peuple d’obtenir cette souveraineté. Sans média, pas de citoyens informés. Sans citoyens informés, le pouvoir est réduit aux personnes qui savent. Une oligarchie en somme.

C’est pourquoi les médias ont un devoir moral face à cela. Quand ils se font humilier par un candidat à l’élection présidentielle à une conférence de presse, ils doivent se lever. Quand des grands groupes détiennent la plupart des capitaux de certains médias, une régulation doit être instaurée. Ils ne peuvent plus être de simples spectateurs de cette méfiance qu’on leur confère. Ils doivent agir. Sous peine de perdre leur lectorat, et d’écorner encore un peu plus la démocratie qui nous rassemble encore.

Certains médias ont commencé à le comprendre. France Info a su diversifier son offre pour toucher de manière intelligente les différentes catégories de population. Le Monde, en lançant le décodex (plateforme qui permet de jauger la fiabilité des sources de certains sites) offre une alternative crédible face aux sites adeptes de fake-news. Il faut aussi rendre hommage au Canard Enchaîné qui divulgue le résultat de ses enquêtes sur François Fillon. Il n’y a pas de bon ou mauvais timing. Ils font simplement leur travail. Ils n’avaient pas forcément plus d’états d’âmes avec Nicolas Sarkozy ou Jerome Cahuzac.

Les médias ne sont malheureusement qu’une cible parmi d’autres. L’Europe. Les immigrés. Les bobos. La droite du fric et la gauche du fric. Tout cela se recoupe. L’important est de trouver un bouc émissaire suffisamment crédible pour instaurer la peur. La peur étant la meilleure monnaie d’échange contre les voix électorales.

A lire aussi : EDITO – François Fillon, la grande diversion

Related posts
À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

À la uneSéries Tv

Plus Belle la Vie : qui était Abdel Fedala que jouait Marwan Berreni?

À la uneEquitationSport

JO 2024 : comment transporte-t-on les chevaux ?

ActualitéSociété

5 conseils pour bien se préparer aux examens

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux