ActualitéCultureMusique

Kid Cudi, de la Terre à la Lune

Il y a avait longtemps que je n’avais pas autant apprécié Kid Cudi.

Après son surprenant départ de Good Music, label que dirige notamment Kanye West, Scott Mescudi aussi connu sous le nom du Man On The Moon  avait sorti Indicud, un album décevant marqué par une volonté de se distinguer de ses pairs.

Son EP Satellite Flight : The Journey To Mother Moon, qu’il a lui même annoncé comme un prélude à Man On The Moon III espéré pour 2015, a tout d’un teaser convaincant voir même frustrant. A l’aide de son habituel synthé et d’une guitare électrique -son acolyte récurrent depuis WZRD- Kid Cudi nous immerge une nouvelle fois dans une atmosphère qu’il affectionne ; une galaxie sombre, inquiétante, entre rêves et folies.

Si le natif de Cleveland n’innove pas réellement à l’égard des thèmes abordés, il parvient à se réinventer. Going To The Ceremony mêle ainsi optimisme et résignation ; comme il l’exprime si bien « And you don’t know where you’re going/ But You’re Going ». A l’inverse, l’excellent instrumental Copernicus Landing nous laisse imaginer un vaisseau sur le point d’atterrir dans un long silence étouffant. Le point culminant de l’EP arrive avec Balmain Jeans dans lequel il apparaît tourmenté par une solitude permanente. De ce désespoir se dégage une sensualité que renforce Raphael Saaddiq et ce « Oh girl you’re so sweet to me » répété lascivement.

[youtube id= »HTEPbiat2C8″]

Satellite Flight, comme tout teaser, n’est pourtant pas parfait et assez inégal. Sur Internal Bleeding, Cudi avale les mots et est en conséquence à peine audible. De même que dans Too Bad I Have To Destroy You, il rappe à peine et semble plus somnoler.
Satellite Flight, le lead-single de l’album, correspond sans aucun doute à un classique de l’univers de Cudi et possède en conséquence un certain air de déjà-vu. Comme sur ses précédents opus, il nous invite encore une fois à planer avec lui. Sa musique serait ainsi le véhicule entre la terre et ce monde idéal. On peut donc légitimement s’interroger sur sa capacité à évoluer. Cet EP ne nous donne finalement pas assez de réponses pour trancher. Sur le dernier titre Troubled Boy, Kid Cudi fredonne contre toute attente sa solitude. Il nous nargue même d’un « Goodbye » lapidaire marquant avec brio le retour de Mr. Rager son alter ego en proie à ses démons.

Dans l’ensemble, l’EP de Kid Cudi se révèle comme un voyage captivant dans lequel il évoque des thèmes qui lui sont chers comme la dépression et la solitude. L’artiste oscille ici entre un retour aux sources et une envie de renouveau. Au final, entre rock alternatif et rap, entre délire et dépression, le rappeur de Cleveland se situe indéniablement à la croisée des chemins.

Karl Mbimbe-Sosso

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéSéries Tv

Fiction française : quel est notre bilan de la saison 2023-2024 ?

ActualitéSportTennis

5 champions ou championnes de tennis qui n’ont jamais gagné Roland-Garros

ActualitéFrancePolitique

5 coups d'éclat des députés de "La France Insoumise"

ActualitéCultureLittérature

Comprendre La Peau de chagrin de Honoré de Balzac en 5 minutes

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux