Contrarié dans son exportation, le manga Kingdom s’est acquis un public fidèle et grandissant au sein du lectorat manga français. La saga de Yasuhira Hara aurait-elle enfin ses chances chez nous ?

Cela fait environ dix ans qu’à chaque fois qu’un éditeur tease une nouvelle licence un certain Kingdom revient souvent dans les commentaires. Mais quel manga se cache derrière ce rouleau compresseur à l’armée de fans toujours plus bruyante au fur et à mesure des années ?

Le cyclone qui progresse

Kingdom est un mastodonte du manga japonais. Cinquante tomes au compteur, prévu pour faire mille chapitres d’après son auteur Yasuhisa Hara, cela fait trois ans qu’il est le seinen le plus vendu de l’archipel. Poids lourd de l’industrie au Japon, le titre se classe troisième des meilleurs ventes annuelles tous mangas confondus derrière One Piece et L’Attaque des Titans. La série a eu droit à un anime inédit par chez nous et une adaptation en film live est d’ores et déjà en chantier. Autant dire que son succès ne se dément pas, et que sa popularité va grandissant.

Mais alors pourquoi ce titre qui attire autant le public n’est toujours pas sorti en France ? Il faut dire que Kingdom, en plus d’avoir un dessin particulier, traite d’un sujet qui n’a jamais fait des émules dans nos librairies. En effet, ce manga parle de la Chine et des royaumes combattants. Ce sujet avait déjà atteint nos rayons avec l’excellent Stratège sorti il y a bientôt vingt ans chez Tonkam mais aussi avec Lord de Buronson, très vite annulé par Pika Éditions faute de ventes. Même Au bord de l’eau, titre historique édité chez nous en tant que tel chez Delcourt, a eu des ventes peu reluisantes.

L’Italie, deuxième pays importateur de mangas en Europe, a pourtant tenté l’aventure. Nos voisins peuvent lire Kingdom depuis 2011 et la série en est à son 33ème tome. Mais c’est un échec commercial retentissant avec moins de 300 exemplaires par volume ! Autant être honnête : Kingdom est un véritable four au pays de Dante. On peine toujours à se l’expliquer.

Kingdom aurait-il malgré tout ses chances en hexagone ? D’après les responsables des éditions Ki-oon qui se sont livrés au micro de la JVTV, ça sent plutôt bon !

Après une grosse percée sur Internet, Kingdom pourrait bien avoir fini par trouver preneur dans le paysage des éditeurs francophones. L’éditeur Ki-oon a, de son propre aveu, tenté une approche avec la Shueisha pour avoir le titre et l’annuler à la fin du premier arc s’il ne trouvait pas son public. La Shueisha aurait tout bonnement décliné l’offre.

La série aurait néanmoins été acquise par un concurrent plus offrant. La question désormais est de savoir qui.

Mais qui c’est… Qui l’a licencié ?

Et aujourd’hui nous savons. Après de longues interrogations et suppositions autour de Michel Lafon et ses révélations lors du MAGIC Monaco 2018, le véritable éditeur s’est enfin révélé au grand jour.

C’est un label d’IDP (Anime-Store) qui a récupéré le Graal. Personne n’y avait pensé et pour cause, les éditions Meian sont des challengers qui ont doucement fait parler d’eux avec le manga Egregor à Japan Expo l’an dernier. Jusqu’à aujourd’hui, leur seul fait d’armes avait été l’acquisition de la licence The Breaker. Sacré changement de paradigme : pour la première fois, la Shueisha confie une licence majeure à un nouvel entrant. Le petit éditeur qui s’auto-distribue via le web vient donc d’acquérir l’une des plus grosses licences japonaises de la dernière décennie !

Si l’on se penche sur The Breaker et le soin qu’ils y ont apporté nous pouvons imaginer quelques petites choses sur la localisation de Kingdom. En effet la série coréenne est agrémentée de petit goodies allant du poster à l’artwork, le tout proposé dans un coffret de rangement cartonné. Évidemment Kingdom n’est pas terminé mais il est fort possible que la série soit vendue par correspondance, potentiellement par abonnement, avec quelques cadeaux de fidélisation. Cette dynamique romprait avec la vente en librairie standard, système qu’ont déjà abandonnées les éditions Black Box. Une façon peut-être d’accrocher un public rompu à Internet et à ses usages.

Kingdom le 30 Juin

Après le succès de titres comme Vinland Saga et Berserk, le lectorat français a montré qu’il était prêt à recevoir le mastodonte Kingdom. Avec une date de sortie annoncée pour le 30 juin, il y a fort à parier que Kingdom soit bien mis en avant durant la Japan Expo. Espérons que les clients seront de la partie.

UPDATE : Kingdom sera en vente exclusivement sur le stand Anime-Store à Japan Expo. Le rythme de parution suivra deux tomes par mois.