Étudiant

La prestigieuse école Rubika devient indépendante

Rubika

Basée à Valenciennes, l’école de référence en matière de jeu vidéo, animation et design change de statut et devient une association à but non lucratif.

Avec ses 1.300 étudiants répartis partout à travers le monde (France, Canada, Inde, Kenya, Vietnam) et un taux d’insertion professionnelle remarquable, Rubika ne cesse d’évoluer. Avec un objectif de croissance constant, le groupe a donc pris la décision en cette fin d’année 2021 d’affirmer son indépendance, en passant d’une société anonyme à une association. En d’autres termes, Rubika ne dépend désormais plus d’actionnaires et garantit que 100 % des frais payés par les élèves seront réinvestis dans l’école. Ce changement de statut va lui permettre d’améliorer davantage ses infrastructures, son matériel ou encore la qualité de ses formations.

Une école accessible à tous humainement

Avec quinze formations au compteur, Rubika se classe au sommet. En tant que 1ère école française de jeu vidéo depuis 2015 et 1ère école française d’animation depuis 2018 selon le classement du Figaro Étudiant, elle propose un parcours professionnalisant adapté au monde de l’entreprise, mélangeant théorie et pratique à travers de nombreux projets.

Un étudiant en dernière année de mastère en jeu vidéo travaillant sur un projet de fin d’année – © Théo Videcoq

Chaque année, elle accueille de nombreux étudiants aux profils variés venant d’horizons différents. Tous ont un point commun : la passion et la motivation. « Il faut aimer ce que l’on va faire. On a des gens qui rêvent de rejoindre des écoles comme la nôtre  » raconte Stéphane André, le directeur général de Rubika. Une passion qui représente certes un coût élevé (entre 8.200 et 9.500 euros selon l’année) mais qui garantit un avenir certain avec un emploi en sortie d’études. De façon à réduire ou même éviter les frais de scolarité, leurs élèves peuvent bénéficier de la bourse du Crous ou réaliser une partie de leur formation en alternance (proposée pour le mastère Design par exemple), .

Pour promouvoir son ouverture d’esprit, Rubika met en place des séjours découverte gratuit des métiers pour les jeunes talents potentiels du territoire, accessibles dès le collège. D’autre part, elle propose également d’accompagner gratuitement ces jeunes jusqu’à leur entrée dans une école supérieure.

Des débouchés haut de gamme

Que ce soit à l’issue d’un bachelor ou d’un mastère, 90 % des étudiants sortant de Rubika trouvent un emploi dans les six mois suivant leur diplôme. Parmi eux, 56 % partent travailler à l’étranger. Ce taux aussi élevé s’explique en partie par le fait que l’école donne accès à ses élèves à un réseau professionnel d’envergure, notamment grâce à son réseau ALUMNI qui regroupe près de 4000 anciens étudiants présents dans plus de 50 pays. Mais aussi parce que leurs étudiants disposent de compétences recherchées par les entreprises.

Disney, Pixar, Ubisoft, Apple, Decathlon, Nike… De grands groupes de renom qui recrutent chez Rubika.

À propos de Rubika :

Créée en 1988, RUBIKA est une école supérieure privée spécialisée dans les métiers du Jeu Vidéo, de l’Animation 2D/3D et du Design. Située sur 4 campus à Valenciennes (France), Montréal (Canada), Pune (Inde) et Nairobi (Kenya), elle forme chaque année plus de 1300 étudiants déterminés à faire de leur passion un métier. L’école vise l’équilibre entre enseignements culturels, artistiques et techniques. Tout au long des formations, les étudiants travaillent sur des projets en mode studio. Cet apprentissage par l’expérience assure aux étudiants une professionnalisation rapide, forgeant leur organisation personnelle et leur culture du travail collaboratif.

About author

Journaliste en quête d'expériences en tout genre
Related posts
ÉtudiantInternational

Comment les grandes écoles de commerce s'engagent-elles pour le développement durable ?

ÉtudiantFrance

La Nuit Portes Ouvertes de ESCP Business School

Étudiant

Nouveaux campus, nouvelle identité… Une rentrée en grande pompe pour l'ESSCA

ActualitéÉtudiantSexe

Devenir modèle OnlyFans pendant ses études : bonne ou mauvaise idée ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux