À la uneActualitéFrancePolitique

La schizophrénie enflamme les élus FN

Quatre militants FN ont été écroués ce 10 Juin : ils ont avoué avoir incendié des voitures, pour les dénoncer par la suite.

Adrien Desport, ex numéro 2 du FN en Seine et Marne ainsi que trois membres du parti ont été placés en garde à vue ce mardi 9 Juin, selon le Parisien. Ils ont avoué avoir brulé plusieurs voitures, tagué la voiture d’un autre militant avec l’inscription « zone Anti-FN », un portail, une sonnette et une boite aux lettres, toujours appartenant à un membre du parti.

Une autre invitée : la cocaïne

Lors de ces escapades, alcool et cocaïne auraient été au rendez-vous. Un gyrophare, une arme lançant des balles en caoutchouc, une paire de menottes et des bombes de graphe et lacrymogène ont été trouvées au domicile du principal accusé.

Adrien Desport se défend : « Je n’ai jamais forcé qui que ce soit« . Or, selon le Parisien, ses co-prévenus le décrivent comme un manipulateur, et lui font prendre l’entière responsabilité de l’histoire. De plus, la substitute du procureur indique qu’un prévenu à fait référence à un « projet de guet-apens contre des policiers« .

L’étrange personnalité d’Adrien Desport

Quelques jours après cette fameuse nuit, dans un billet posté sur son blog, Adrien Desport dénonce : « la délinquance se fait de plus en plus présente et leurs délits de plus en plus violente (sic) » ; et a le culot de rendre hommage aux victimes : « Il ne faut pas oublier les victimes, nous soutenons les familles et propriétaires des véhicules souvent non assurés pour ce type d’actes« . Le comble de l’hypocrisie.

Des membres du parti s’était déjà plaint de la personnalité d’Adrien Desport : « à toujours essayer de passer au-dessus de sa hiérarchie », et soulignant « son « comportement étrange » explique le Parisien.

En 2013, le principal protagoniste avait été accusé de propos antisémites à l’égard de Jean-François Copé sur sa page Facebook, en soulignant l’origine juive du patronyme de l’ex président de l’UMP.

En mars 2015, Adrien Desport avait déjà défrayé la chronique en portant plainte : il disait avoir été agressé à la bombe lacrymogène alors qu’il collait des affiches pour le FN. Il a reconnu peu après avoir tout inventé.

Les coupables trouvés grâce au FN lui-même

Toujours selon le Parisien, le FN avait lancé une enquête et porté plainte après la dénonciation d’une militante poursuivie.

Nathalie Pigeot, responsable des fédérations au FN assure l’exclusion prochaine des coupables : « S’ils ne l’ont pas encore été, c’est parce que la police nous a demandé de ne pas le faire le temps de l’enquête« .

Nathalie Pigeot explique : « On ne peut pas enquêter sur nos 8 000 adhérents« . Il serait visiblement temps…

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMédias

The Voice : qui sont les candidats qualifiés pour la finale ?

ActualitéFootSport

Milan AC et l’Inter Milan : une rivalité historique 

À la uneMédiasMusiqueSport

Euro 2024 : quel groupe de musique choisi par TF1 ?

À la uneFaits DiversInternational

Traque de Mohamed Amra : c’est quoi la “notice rouge” émise par Interpol ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux