À la uneActualitéBuzzInsolite

La vache à hublot, kézako ?

De plus en plus présente sur internet et les réseaux sociaux, la polémique de la « vache à hublot » mérite que l’on s’y intéresse de plus près. Pratique inacceptable pour certains, technique scientifique sans risque pour l’animal pour d’autres. Enquête sur le ruminant 2.0.

Une simple investigation sur n’importe quel moteur de recherche avec pour mots-clés « vache hublot » permet de constater tout d’abord que la vache à hublot n’est pas un mythe mais bel et bien une réalité. Dans les faits, la technique dite de la « fistulation » ou encore « canulation » ruminale est un procédé existant depuis 1831 grâce aux expérimentations d’un biologiste français, Pierre Flourens. Tout d’abord pratiquée sur les moutons cette technique a permis au scientifique d’étudier les mécanismes de la digestion animale.

Une vache à "hublot"

Une vache à “hublot”

Une technique utilisée par l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA)

En réalité, la vache à hublot n’est pas un phénomène moderne à proprement parler, puisque de telles expériences ont été menées tout au long du XXème siècle. Le procédé a été perfectionné au maximum afin de limiter les interactions négatives sur l’organisme du bovin. Si à priori, la pose d’un tel dispositif sur le flanc de l’animal semble inoffensif, il convient de s’interroger sur l’intérêt qu’il représente encore aujourd’hui.

Dans un bulletin de l’Académie vétérinaire de France, Michel Doreau agronome auprès de l’INRA dégage trois intérêts majeurs à cette pratique.

Tout d’abord, la canule permet de poursuivre les études autour de la digestion bovine, il convient de rappeler à cet égard que la vache possède un appareil digestif très complexe doté de quatre estomacs au total (le feuillet, la caillette, le rumen et le réseau).

Ensuite, la canule permet à l’exploitant de contrôler le taux de bactéries présents dans le rumen, l’estomac où est placé le plus souvent ce hublot, et ainsi peut prévenir les infections ou déceler des maladies digestives sous-jacentes.

La troisième et dernière raison qui invite l’INRA à étudier de près les vaches à hublot est environnementale. En effet en maitrisant et en diminuant la fermentation à l’intérieur de l’estomac des bovins, l’INRA espère réduire significativement le taux de gaz à effet de serre et notamment de méthane émis par les vaches. Selon Agoravox.fr, les dernières études menées « ont montré qu’il est possible de diminuer de 30% en moyenne la production de méthane (CH4) » rien qu’en changeant leur alimentation.

Des vaches à hublots plus écologiques mais sujettes à polémique

Le "hublot" vu de près.

Le “hublot” vu de près.

Pour autant cette pratique de la canule trouve de nombreux détracteurs notamment chez les défenseurs de la condition animale. Ces derniers pointent la dérive productiviste d’une telle pratique. Une pétition adressée au ministre de l’Agriculture, Stéphane le Foll, a même été lancée sur internet. Celle-ci dénonce notamment la technique du hublot en ce qu’elle permet à « l’homme [de] contrôle[r] constamment la qualité de la digestion, et les médicaments à donner pour que tout soit «parfait». Une opposition aux vaches à hublots qui rassemble également un peu plus de 700 personnes sur Facebook au sein d’un groupe intitulé « Le scandale des vaches a hublot ».

En résumé, que l’on soit pour ou contre cette technique, il convient tout d’abord de la démystifier afin de ne pas tomber dans le simple alarmisme de type « l’humanité a perdu la raison ». Si d’après les études menées ce procédé semble inoffensif pour l’animal, il n’est pas à souhaiter que celui-ci se développe massivement à des fins productivistes. Il conviendrait à juste titre que les vaches à hublots demeurent des cas strictement scientifiques et non des usines à lait, ou à viande perfectionnées. En attendant il convient de se réjouir que ces vaches à hublot ne soient visibles en France, qu’à l’Unité de recherche sur les herbivores de l’INRA à Saint-Genès-Champanelle en Auvergne.

 La vidéo ci-dessous montrant le principe de la canule contient des images pouvant choquer les personnes sensibles.

[youtube id=”y4ct6iCJ7GY”]

Related posts
À la uneActualitéEmissions

"Tout compte fait" : le scandale du suremballage des colis

À la uneActualitéInternationalSanté

Un Téléthon pour le climat récolte plus de 2 millions d'euros

À la uneActualitéFootSport

PSG-Real : un choc mais aussi une cascade de blessures

À la uneActualitéFrancePolitique

Quand Emmanuel Macron utilise une application pour surveiller ses ministres

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux