À la uneSéries Tv

American Horror Story revient…c’est quoi une anthologie?

La série American Horror Story, qui reviendra le 14 septembre pour sa saison 6, appartient au genre de l’anthologie. Mais c’est quoi une anthologie?

Commençons par un mot simple, qui n’est certes pas exclusif aux séries télé, mais vient de la littérature. Littéralement, le mot “anthologie” vient du grec “anthologia” qui signifie florilège, dans son sens le plus littéral, en l’occurence : sélection de fleurs (la racine “anthos” signifiant “fleur”).
En littérature, le mot est utilisé pour désigné une collection de textes, généralement courts, cela peut être des poèmes, des nouvelles. Georges Pompidou a organisée une très célèbre “Anthologie de la Poésie Française”, souvent encore enseignée à l’école aujourd’hui.

L’anthologie télévisuelle est de nouveau à la mode, sous un format bien différent de ce que la télé a connu jusqu’à maintenant.

En effet, dès les années 50, de nombreuses anthologies ont été diffusées à la télévision. Néanmoins, la forme en était plus proche du matériaux littéraire. On pourra citer le “Science Fiction Theatre” (cité par Georges McFly dans le film Retour vers le futur, par exemple) diffusé de 1955 à 1957, qui racontait des histoires de science-fiction à la manière des magazines pulps de l’époque tels que Amazing Stories, Astondishing Stories, etc.

Bien entendu dans le genre de la SF, c’est sans doute The Twillight Zone (CBS de 1959 à 1964, repris sur la même chaîne de 1985 à 1989 puis sur UPN en 2002-2003) qui est la plus célèbre des anthologies, et il ne faut évidemment pas oublier de citer, dans le genre du mystère, Alfred Hitchcock Presents (CBS et NBC de 1955 à 1965), repris dans les années 80 (sur NBC de 1985 à 1986 puis USA Network de 1987 à 1989).

the twilight zone

A cette époque les anthologies ont une forme très similaire à celle que l’on connait dans la littérature : chaque épisode est une histoire différente, avec des personnages différents, des lieux différents, etc. Le point commun étant le genre (SF, Mystère, etc.). Dans les années 80 la plupart de ces séries ont eu droit à des retours dans la même forme, et de nouvelles séries, également sur la même forme ont vu leur apparition telle que Les Contes de la Crypte (de 1989 à 1996 sur HBO), qui conjuguait l’horreur sur la même forme sérielle. Ces genres sont souvent les plus adaptés à la forme de l’anthologie, et, pour ce qui est de l’horreur on pourra citer plus récemment les Masters of Horror (2005-2007 sur Showtime), anthologie menée par Mick Garris, lui même un vieux briscard du genre horrifique, qui essaie de réunir un maximum de réalisateurs emblématiques du genre, ou tout simplement tendance tel que Stuart Gordon, Dario Argento, Joe Dante, John Landis, John Carpenter, Lucky McKee, Takeshi Miike, ou encore Tobe Hooper. Plus récemment encore, l’anglaise Black Mirror (2011-2014 sur Channel 4) reste sur le même mode anthologique, racontant des histoires d’anticipation, chaque épisode étant une histoire différente.

Mais plus récemment, ce que l’on appelle anthologie a pris une dimension différente. En effet, ce n’est plus à l’échelle d’un épisode, mais d’une saison entière que l’anthologie est conçue. On pensera immédiatement à American Horror Story (depuis 2011 sur FX), qui sur le genre de l’horreur développe sur l’ensemble d’une saison une histoire horrifique, généralement hommage à une ou plusieurs itérations du genre connue (Maison hantée, Asile, Slasher, Sorcières, Cirque, etc.), mais chaque saison ne reprend rien de la précédente, si ce n’est les acteurs (ce qui est un des coups de génie de la série). Du coup on a bien une anthologie à l’échelle de 5 saisons, on garde totalement la sensation de “série” avec le retour de nombreux acteurs d’une saison à l’autre, mais une histoire, des lieux, des époques et des personnages différents à chaque saison.

AHS HOTEL

La forme semble prendre, avec des opus plus ou moins réussis. Dans le genre policier (ou pseudo philisophiquo-nombriliste, choisissez), il faut également citer évidemment True Detective (2014-2015 sur HBO) dont la première saison a fait sensation. Sans doute en grande partie à cause de l’impressionnant duo d’acteurs de premier plan qui occupaient la plus grande partie de l’histoire, mais aussi d’une grande constance visuelle, formelle, le même réalisateur ayant shooté tous les épisodes. La seconde saison, qui à part le titre et le scénariste ne reprend quasiment rien de la précédente, elle, a fait plutôt un flop.

Si l’anthologie permet de jouer avec tous les codes d’un genre, sans prendre le risque de la faiblesse de l’histoire (même un épisode faible ne plombe pas l’ensemble), la limite est d’être, d’un point de vue sériel, au degré 0 du développement d’une histoire au long court. Certes l’effet est un peu limité dans les versions “anthologie par saison”, évoquées plus haut, mais il n’en reste pas moins qu’on est très loin des 10 saisons d’X-Files.

Crédits: FX/ NBC

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFrancePolitiqueSociété

Désormais, les forces de police n’utiliseront plus la « clé d’étranglement » comme technique d'interpellation

À la uneCinémaCulture

Universal annonce le retour de ‘L’Exorciste’ avec une nouvelle trilogie en préparation

À la uneJeux olympiquesSport

JO de Tokyo, jour 7 : Florent Manaudou en lice pour le podium, les français champions olympiques en judo

À la uneFaits DiversInternational

Angleterre : 40 personnes arrêtées pour abus sexuels sur mineurs

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux