À la uneÉtudiant

Le Parlement des Etudiants :une immersion en politique

Lundi 04 novembre, à Aix-en-Provence, se tenait l’inauguration d’une nouvelle antenne du Parlement des Etudiants. Cette antenne, présidée par des Etudiants de sciences po s’ouvre  à l’échelle d’Aix et constitue une onzième branche.

Le parlement des étudiants est une association de loi 1901 créé en 2014 qui se compose d’un bureau national à Paris chargé de la coordination du réseau. On compte 18 sections implantées dans 17 villes à ce jour.

L’objectif est de créer un espace de rencontre à la fois des idées et des personnes dans une logique de débat et d’encouragement à la participation politique. Pour cela, l’association organise des simulations parlementaires mais aussi des visites des institutions.

Pour l’inauguration était présent des élus locaux, des députés, des élèves de sciences po et des facultés, le président de l’antenne marseillaise ainsi que le bureau au complet. A cette occasion, nous avons eu l’occasion de rencontrer Valentin Aubert, président de l’antenne pour essayer d’en comprendre un peu plus sur l’objectif de l’association que ce soit au niveau national ou local ainsi que les ambitions de ce nouveau bureau.

  • Est ce que tu pourrais te présenter rapidement ?

Je m’appelle Valentin AUBERT, j’ai 20 ans. Je suis entré à Science po Aix en réussissant le concours commun en 2018 préparé dans le cadre d’une prépa après un bac ES. Je suis passionné par la littérature et la politique. J’ai fondé une association étudiante nommée Liberté d’AixPression à Sciences Po en 2018 il y a un an.

  • En quoi consiste réellement le Parlement des étudiants ?

Le Parlement des Étudiants est une association présente dans 18 villes française qui travaille à la promotion du débat démocratique entre jeunes, favorise l’apprentissage de la citoyenneté et rapproche les étudiants des institutions de la République. Pour cela l’association organise entre autres des simulations de travaux parlementaires sur de sujets d’actualités et des conférences.

  • Quelle est ta motivation pour créer cette antenne ?

Ma passion pour la politique et notamment mon intérêt pour la fonction de député a beaucoup motivé mon choix de fonder une antenne aixoise du Parlement des Étudiants. À travers les simulations de séance parlementaire, nous pouvons nous mettre dans la peau d’un député de manière fictive et ainsi mieux comprendre ses devoirs.

De plus cette association est pour moi le moyen de mettre en relation des étudiants partageant la même passion et les mêmes intérêts. Enfin avec le Parlement des Étudiants Aixois je peux être au service de l’ensemble des étudiants d’Aix-en-Provence, ce que je ne pouvais faire avec Liberté d’AixPression qui se limitait au cadre de Science Po Aix.

  • L’antenne se créée à l’échelle d’Aix et pas seulement de Sciences po, alors quelle stratégie de communication, comment faire connaitre l’association ?

Après notre soirée d’inauguration, le Bureau de composé de cinq membres, a décidé de créer un pôle communication composé par trois à cinq personnes. Ce nombre élevé de 3 responsables communication ce qui va permettre une division des tâches qui rendra rapide, efficace notre communication et toucher un maximum d’étudiants aixois.

Les réseaux sociaux tels que Facebook et Instagram sont importants pour faire connaître notre association. Mais lors de nos futurs évènements, nous afficheront également des flyers un peu partout dans Aix et surtout au niveau des facultés et écoles.

  • Quelles valeurs ce parlement des étudiants veut promouvoir ?

Le Parlement des Étudiants est une association politique mais apartisane. Nos trois valeurs sont l’engagement, l’ouverture et la tolérance. Nous sommes également très attachés à l’égalité entre les hommes et femmes.

  • Une interview du nouveau président du bureau national, Romain Joly, montre une volonté d’attirer mais pas seulement les étudiants qui sont déjà politisés. Comment est-ce que vous pensez pouvoir promouvoir cet objectif ?

En tant que section nouvellement fondée nous avons pour premier objectif de fidéliser entre 30 et 40 étudiants aixois. En effet, le bon déroulement d’une simulation nécessite des groupes politiques qui fournissent un travail efficace et régulier. Le plus important pour le Bureau est donc en ce moment d’arriver à faire fonctionner 4 voire 5 groupes parlementaires fictifs afin d’avoir des débats constructifs. Nous espérons évidemment que les Bureaux qui nous succéderons réussiront à élargir l’audience de l’association en attirant des lycées en terminal par exemple.

  • Les simulations parlementaires peuvent paraitre abstraites pour beaucoup, est ce que tu peux nous rappeler la procédure et le déroulement de ces séances ?

Il est vrai que comprendre le processus d’une simulation parlementaire n’est pas simple. Il m’a fallu plusieurs jours pour assimiler ses règles et codes.

Une simulation commence tout d’abord par un travail préalable effectué par les groupes politiques. L’un doit rédiger la proposition de loi qui sera débattu et voté lors de la simulation et les autres écriront les amendements venant à modifier les articles de cette dite proposition de loi. Le jour J la simulation s’ouvre sur les discours du président de la séance, du président du groupe rédacteur puis des autres présidents des groupes parlementaires. S’en suit les débats et le vote des amendements et articles. Tout commence par la présentation de l’article de la proposition de loi par un député du groupe rédacteur.

Ensuite le premier amendement est présenté, puis débattu et enfin voté. Après nous passons au débat, puis au vote du second amendement et ainsi de suite jusqu’à avoir fait tous les amendements qui concerne l‘article 1 de la proposition de loi. On vote alors à ce moment l’article 1 amendé. Une fois le vote de l’article 1 amendé une pause est donnée avant d’entamer les débats et le vote sur l’article 2 et encore une fois ainsi de suite.

La simulation se termine alors sur le vote de la proposition de loi avec tous les articles amendés. Elle peut être adoptée ou rejetée. Ce vote est précédé d’à nouveau un discours des présidents de groupe politique pour expliquer leur choix.

  • Est-ce que tu as déjà des idées de thématiques ? A quelle fréquence auront lieu ces simulations ?

Notre première simulation parlementaire devrait être organisée en décembre. Notre premier sujet portera sur un thème sociétal car plus facile à aborder. Le thème de la seconde simulation est encore à définir.

  • Quels autres évènements sont prévus pour cette année ?
  • Une simulation parlementaire régionale, c’est-à-dire une simulation avec les membres de la section marseillaise du Parlement des Étudiants.
  • Un voyage à Paris qui sera composé par la rencontre nationale avec toutes autres sections française pour une simulation nationale ainsi que la visite des institutions (sénat et Assemblée Nationale).
  • Une conférence avec des Énarques qui ont étudié à Sciences Po Aix.
  • Un débat pour les municipales de Aix-en-Provence entre tous les candidats qui se présentent pour mars 2020, qui se déroulera fin février.
rencontre nationale
  • Pour participer aux simulations, est ce qu’il faut adhérer à un parti politique, ou du moins se placer constamment avec le même parti ?

Une simulation sous-entend le fait de jouer un rôle. Vous l’aurez compris j’entends par là qu’il n’est pas nécessaire d’être militant d’un parti dans la vraie vie ou de défendre nos idées et valeurs lors de nos simulations parlementaires. Il est totalement possible de prendre le rôle d’un député de droite alors que nos convictions sont portées par la gauche, ou l’inverse.

Toutefois, j’ajouterai qu’à titre personnel il me semble plus judicieux, par honnêteté intellectuel, de défendre même fictivement nos opinions et nos valeurs.

  • Quel est le rôle du bureau national ?

Le Bureau National est là pour soutenir les sections dans leur développement (communication, lien avec les élus, réservation de salles). De plus, c‘est entièrement à eux que revient l’organisation de la simulation nationale. Enfin, cette année le BN a la prérogative supplémentaire de devoir nous aider dans l’organisation du débat pour les municipales.

  • Est-ce que tu as eu beaucoup de contacts et d’aide de la part du bureau national ?

Chloé JAMET, la secrétaire générale du Bureau Nationale a été très présente, m’a beaucoup soutenu et apporté une aide précieuse pour fonder la section aixoise. A ce titre je l‘en remercie.

  • J’ai pu voir sur le site qu’il y a des rencontres nationales, est ce que tu peux m’en dire un peu plus là-dessus, leur but et leur déroulement ?

C’est une simulation qui se déroule à Paris avec les membres des toutes les sections qui veulent y participer. Le groupe rédacteur est le groupe politique qui est majoritaire lorsqu’on additionne tous les députés (fictifs) des différents groupes des sections. Pour le moment la date de l’évènement est fixée à la première semaine d’avril mais sous réserve de confirmation. Le déroulé est identique à celui d’une simulation aixoise.

Alors, vous l’aurez compris, si vous aimez l’échange et les débats, si vous souhaitez une première immersion dans le domaine de la politique, il ne vous reste plus qu’à vérifier si une antenne existe déjà dans votre ville. Et si ce n’est pas le cas … à vous de jouer ?

A lire aussi : Les engagés au cœur de l’engagement citoyen

Related posts
À la uneActualitéPolitique

Plus de plastique à usage unique en 2040, pourquoi si tard ?

À la uneBrèvesSéries Tv

Gran Hotel : TF1 prépare un remake de la série avec Carole Bouquet

À la uneActualitéNon classéTendances

Harry Styles: il mange du sperme pour ne pas répondre à Kendall!

À la uneActualitéSorties

Un amendement concernant les nuisances sonores voté en toute discrétion.

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux