Étudiant

Le Pôle Léonard de Vinci, à horizon 2027 : “de l’émergence à la référence”

Le Pôle Léonard de Vinci qui réunit 4 grandes écoles (EMLV, ESILV, IIM, et ILV) a présenté ses orientations à l’horizon 2027 et voit grand, avec des ambitions clairement affirmées.

Après des mois compliqués pour le monde de l’éducation, tous les regards sont à présent tournés vers l’avenir. Pour le Pôle Léonard de Vinci, pleins feux vers 2027 avec une volonté d’extension affichée et des objectifs visant à en faire un pôle de référence dans le monde des grandes écoles d’ingénieurs, de management et de multimédias.

La première grande annonce vise à relocaliser les activités sur 2 grands bâtiments. La première étape sera l’ouverture en 2022 d’un campus commun de 6500m2 situé en plein cœur du quartier d’affaires de la Défense (Campus de l’Arche). Puis un second campus de 18000m2 ouvrira ses portes en 2024-2025 (Campus du Parc).

L’ambition d’une croissance qualitative et quantitative est affichée. Le nombre d’étudiants est donc amené à augmenter de manière significative 

4 fondamentaux sont affichés :

L’innovation
Le digital
Les soft skills
L’hybridation, avec 1000 étudiants en double cursus sur l’année scolaire 2021-2022

Pour parvenir à la référence, le Pôle Léonard de Vinci met en place 5 orientations stratégiques : 

1/ DIVERSIFIER et INTERNATIONALISER l’offre de programme et les profils des étudiants

Pour diversifier et internationaliser cette offre de programmes, 6 grands axes sont mis en place : une diversification de l’offre des programmes, un développement des programmes de formation dans les secteurs porteurs, un renforcement des partenariats avec l’Asie et l’Afrique, une volonté de positionner le Pôle Léonard de Vinci comme un acteur de référence sur l’offre de compétences, la création d’une offre en “executive education“, et enfin le renforcement de la politique d’aide sociale et de l’inclusion.

2/ INTENSIFIER LE DIGITAL

L’intensification du digital est né notamment des contraintes liées à la crise sanitaire, à’ l’image de l’enseignement en distanciel rendu un temps obligatoire. Comme on pouvait s’en douter, de ces contraintes vont naître les forces et les atouts de demain.

5 axes de développement sont lancés. Quand cela sera possible et selon les cycles, l’enseignement co-modal sera généralisé. En gros cela signifie que chaque étudiant pourra choisir s’il assiste au cours en présence ou à distance de façon synchrone ou s’il suit le cours à distance de façon asynchrone.
Ces besoins nécessiteront de former les intervenants aux outils d’apprentissage en ligne, d’utiliser des plateformes digitales comme Da Vinci Online Higher Education ou Student Access Monitoring. Et assez naturellement, pour mener à bien cette grande transformation digitale, les équipes seront sensiblement augmentées.

3/ UN DÉVELOPPEMENT MULTI CAMPUS

Comme on l’a mentionné un peu plus haut, le grand changement à venir c’est la création de ce très grand campus unique qui rassemblera à la Défense les écoles qui composent le Pôle Léonard de Vinci. Ce nouveau campus de 25 000 m2 sera connecté, vert et éco-responsable, répondant ainsi non seulement aux besoins du moment mais également aux aspirations de la nouvelle génération d’étudiants, sensible à la question du changement climatique.

Pour sortir d’un rayonnement uniquement francilien, le Pôle Léonard de Vinci a des ambitions tournées vers la province avec l’ouverture d’un campus à Nantes en 2022.
Il souhaite en ouvrir 3 autres d’ici 2027 : 1 dans une autre grande métropole française et 2 hébergés en Asie et en Europe (en plus de celui situé à Dublin).

4/ CRÉER DE LA TECH pour UN FUTUR DURABLE

Cette bascule se fera grâce à différents outils et objectifs mis en place d’ici 2027. On notera par exemple la création d’un think tank “How technology shapes the future” et d’un livre blanc sur la place de la technologie dans nos sociétés actuelles. Il est aussi prévue la création “d’une mission innovante d’aide aux pays en voies de développement“, main dans la main avec des ONG et des associations humanitaires.

L’autre fait important est le lancement “d’un accélérateur avec un fonds d’amorçage” de 500 000€ pour les start-up centrées sur les technologies vertes.

Enfin, un accompagnement des étudiants sera fera tout au long de leur parcours pour les sensibiliser, quand cela sera nécessaire, au fait d’intégrer ces questions dans chaque étape de leur travail. Cela passera par l’intégration de “nudges” dans le parcours des étudiants (autrement dit des “biais cognitifs pour orienter vers les choix les plus bénéfiques, pour soi, au niveau collectif, voire pour la planète“).

5/ / Passage de la RECHERCHE à la RECHERCHE INNOVATION DEVELOPPEMENT

Dernier élément central dans ce grand plan de transformation pour permettre d’arriver à cette “référence” : le passage à la RID, la recherche innovation développement.
Ce grand chantier passera par le recrutement de 70 chercheurs et enseignants qui vont ainsi arriver d’ici 2027.
Pour parvenir à cette RID, le Pôle Léonard de Vinci va développer “l’expérimentation, le prototypage et l’innovation”, le lancement de 2 nouveaux instituts d’expertise, notamment un en cryptomonnaies et Fintech, la poursuite de la production de recherche. 3 partenariats académiques et stratégiques vont aussi être établis.

Une très grande ambition donc clairement affichée pour 2027 : un budget de 120 millions d’euros, 12 000 étudiants dont 2500 en double diplôme et 450 collaborateurs (dont 245 professeurs permanents). Le Pôle Léonard de Vinci se donne les moyens de ces ambitions pour devenir d’ici 6 ans “une référence”.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
Étudiant

Paris School of Business dévoile ses ambitions pour 2025

Étudiant

Le numérique, un secteur extrêmement dynamique

Étudiant

Comment décrocher son premier emploi ?

Étudiant

Ressources Humaines & Psychologie du travail : « Les entreprises sont des lieux existentiels où il nous faut comprendre la dimension humaine et communautaire »

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux