À la uneActualitéFranceSociété

Le premier métro bleu inauguré à Paris

Stéphane Beaudet, vice-président de la région Ile-de-France a inauguré le premier métro parisien de couleur bleu, mardi 11 décembre sur la ligne 7.

Annoncé en avril 2018 par la société Ile-de-France mobilités, le premier métro de couleur bleu a effectué son premier trajet de la porte d’Ivry jusqu’à La Courneuve.

Pourquoi le bleu ?

Fini le vert, place au bleu ! Cette couleur rappelle le logo de la société Ile-de-France mobilités qui a pour fonction de s’occuper des transports en région parisienne. C’est également l’entreprise qui est propriétaire des trains.

En 2023, les trains bleus devraient avoir remplacé les 71 métros verts de la ligne. Ils seront remplacés trois par trois, d’abord sur la ligne 7 puis sur les lignes 6, 10 et 14 dès l’année prochaine.

Les frais s’élèveront à environ 55 millions d’euros pour rénover les métros verts.


L’entreprise souhaite mettre en place un éclairage plus puissant, de nouveaux revêtements de sols et des fauteuils aux teintes mauves.

« Il est nécessaire de changer les métros »

Philippe Martin, le directeur général adjoint en charge des opérations de transports et de maintenance du réseau rappelle que les trames du métro parisien sont âgées de 35 ans en moyenne.

« Il est nécessaire de changer les métros quand on sait qu’une rame effectue près de 7.500 km par mois en service voyageur »

La première ligne de métro de Paris a été construite à l’approche de l’Exposition universelle de 1900. Le réseau s’est ensuite rapidement densifié jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Lire aussi : La RATP redécore le métro en l’honneur des Bleus

Related posts
À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous... Mrs. America, l’histoire vraie d'une femme contre le féminisme

À la unecity-breakVoyages

City Break à Aix-en-Provence : un week-end au soleil

À la uneActualitéFranceSantéSociété

"L'épidémie de Covid-19 est contrôlée en France" assure le Pr Delfraissy

À la uneActualitéEconomieInternational

La question du jour : la Norvège, pas si écolo que ça ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux