Ça y est, c’est vendredi ! L’occasion de faire un point sur l’actualité qui a marqué cette semaine. Voici pour vous les 5 informations de la semaine à retenir.

 

 

Les premiers missiles de la coalition occidentale ont été lancés sur la Syrie !

L’attaque chimique de la semaine dernière, imputée au régime de Bachar al-Assad, a suscité le mécontentement des Occidentaux. Londres, Paris et Washington ont décidé le week-end dernier, de frapper conjointement des « sites d’utilisation d’armes chimiques » en Syrie. Les premiers missiles sont lancés lundi !

Cuba n’est plus dirigée par un membre de la famille Castro !

C’est historique ! Ce jeudi, Raúl Castro a laissé la présidence insulaire à son dauphin, Miguel Diaz-Canel. La famille Castro tenait le pays depuis 1959 et la révolution menée contre le dictateur Batista. Raul Castro restera cependant le premier secrétaire du Parti communiste de Cuba jusqu’en 2021.

 

 

Le « black Friday » à la française débarque bientôt

Les « French Days » se dérouleront du 27 avril au 1er mai. Comme à l’accoutumée, l’opération permettra de bénéficier des réductions incroyables sur une centaine de produits. L’adaptation du concept a été proposé par 6 entreprises hexagonales : Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé.

Un moteur de l’avion prend feu en plein vol entre New-York et Dallas

Grosse frayeur ce mardi ! Aux États-Unis, un avion de ligne de la Southwest Airlines a du se poser en urgence à Philadelphie. En cause, un des réacteurs a explosé en plein vol. Sur les 148 personnes à bord, seule une femme a perdu la vie. Elle a été mortellement touchée par l’éclat du hublot qui a cédé. Malgré les soins prodigués héroïquement par les passagers, Jennifer Riordan, 43 ans, est décédé juste après que l’avion se soit posé.

 

 

La commune libre de Tolbiac n’est plus

La Commune Libre de Tolbiac a été expulsé des locaux de Paris 1 aux aurores. Au-delà, il semble que tous les étudiants ne sont pas d’accord avec la lutte et les blocages menés contre la réforme de l’enseignement supérieur et secondaire. Sur un panel de plus de 1000 jeunes, 1 personne sur 2 seulement trouve les blocages justifiés. Le chiffre monte à 66% lorsqu’il s’agit d’affirmer que la mobilisation va beaucoup trop loin.

« Déjà sur le principe même je suis pour le principe de sélection dans les universités. Ça me paraît d’une logique incroyable » nous explique Pierre, qui continue : « mais alors bloquer les lieux, empêcher la majorité de bosser, et en plus demander d’avoir la moyenne… Je trouve ça d’un ridicule incroyable. (…)  Je ne parle même pas des dégradations »
A l’heure actuelle, et alors que Sciences-po Paris est de nouveau occupé, quatre facultés restent bloquées en France.

À LIRE AUSSI… Les informations de la semaine dernière