À la uneActualitéInternational

Libye : la réconciliation nationale n’a pas eu lieu

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, la Libye est divisée sur fond de guerre civile, et deux Parlements rivaux se font face. La formation d’un gouvernement d’union nationale a été rejetée ce lundi 25 janvier par le Parlement libyen.

C’est à Skhirat, au Maroc, qu’un accord a été conclu le 17 décembre dernier, pour parvenir à une sortie de crise. Depuis la chute de l’ancien colonel, la Libye est en effet devenue le théâtre de rivalités au sein duquel deux camps politico-militaires s’affrontent, revendiquant pour eux-mêmes la légitimité du pouvoir.

Lire aussi : La mort de la Libye

Deux Parlements rivaux

Le Parlement établi à Tobrouk est en fait le seul à être reconnu par la communauté nationale, comprenant une coalition de libéraux, de nationalistes ainsi que d’anciens cadres du régime Kadhafi.

Lui fait face le Congrès Général National, basé à Tripoli, autorité auto-proclamée donc, que composent principalement des islamistes formant une coalition nommée Fajr Libya (Aube de la Libye).

La Libye, pays fragmenté où deux Parlements rivaux se font face

La Libye, pays fragmenté où deux Parlements rivaux se font face

Lire aussi : Libye : L’Etat Islamique exécute 28 Ethiopiens

Un pays menacé par l’organisation Etat islamique

L’accord, signé sous l’égide des Nations unies, prévoit donc la formation d’un gouvernement d’union nationale à même de représenter un pays fragmenté. Accord d’autant plus nécessaire que le chaos régnant dans le pays a permis la montée en puissance de l’organisation Etat islamique. L’organisation, qui cherche à s’établir dans le pays, a ainsi pu s’emparer de la ville de Syrte, ville natale de Kadhafi. Or, cette progression de l’organisation ne peut être enrayée que par l’établissement d’un gouvernement stable qui puisse ramener de l’ordre dans le pays.

lire aussi : la Libye fief du terrorisme

Rejet du gouvernement par Tobrouk

C’est dans ce contexte que le Parlement de Tobrouk a annoncé, ce 25 janvier, le rejet de gouvernment d’union nationale par le Parlement de Tobrouk, à cause du trop grand nombre de ministres. Ainsi, 104 députés contre 89 se sont opposés à l’investiture des 32 ministres composant le nouveau gouvernement qui doit être conduit par l’homme d’affaire Fayez El-Sarraj.

A Tripoli, la population manifeste contre l'accord onusien du gouvernement national

A Tripoli, la population manifeste contre l’accord onusien du gouvernement national

 

La porte reste ouverte cependant vers une voie de réconciliation, le Parlement réfractaire demandant la proposition, sous dix jours, d’un gouvernement cette fois-ci moins nombreux. Affaire à suivre.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinéma

Qui est Matthias Schoenaerts, l'acteur qui va jouer Johnny Hallyday au cinéma ?

International

Les exigences des investisseurs pour choisir un bien immobilier à Bali ont évolué

ActualitéSéries Tv

On a vu pour vous ... Shardlake, détective de l'ombre

À la uneInternationalPolitique

Qui était Ebrahim Raïssi, le Président iranien décédé dans un crash d'avion ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux