À la uneSanté

L’ouverture de la vaccination aux 12-17 ans sous conditions.

Le jeudi 20 mai, Jean Castex annonçait lors d’une conférence de presse, l’ouverture de la vaccination à tous les adultes. En dessous de la majorité, le vaccin restait encore inaccessible. Emmanuel Macron annonçait en ce début de mois, l’ouverture de la vaccination aux 12-17 ans.  

La vaccination débutera officiellement demain, le mardi 15 juin. Les jeunes volontaires n’ont pas la possibilité de choisir leur vaccin. En effet, le seul autorisé à ce jour par l’Agence européenne des médicaments (EMA), est le vaccin Pfizer-BioNTech.

Quelques règles à respecter

De 12 à 15 ans

Les 12-15 ans doivent obligatoirement donner leur accord oral, et doivent être accompagnés de leur père ou de leur mère, et si aucun des deux n’est présent, une attestation signée sera demandée. Cette autorisation parentale est retrouvable sur le site du ministère de la Santé. 

De 16 à 17 ans

Pour les 16-17 ans, aucune attestation n’est demandée, mais la présence d’une personne majeure reste obligatoire. 

La vaccination des mineurs, un impératif.

Le gouvernement rappelle que la vaccination des plus jeunes reste un impératif pour stopper la pandémie et retrouver une vie normale. Combinée aux gestes barrières, la vaccination permet durablement de réduire l’impact de l’épidémie et le taux de mortalité. L’objectif est l’immunité collective, qui est à 80%. 

Pour s’en rapprocher, le gouvernement compte sur les grandes vacances scolaires pour vacciner le plus possible, et ainsi espérer retrouver une rentrée scolaire plus apaisée pour les élèves et leurs professeurs. 

Afin d’encourager la vaccination et dissiper tout malentendu, l’éducation nationale insiste sur la nécessité d’amener le débat en classe. Les enseignants sont encouragés à donner la parole aux élèves, afin qu’ils puissent s’exprimer librement et se forger leur propre opinion sur la vaccination.  

Une vaccination contestée : le CCNE s’interroge sur les questions éthiques de cette vaccination

Cependant, la vaccination sur mineurs est contestée par le CCNE. Le Comité consultatif national d’éthique critique un décision précipitée, avec un bénéfice individuel « très limité », et une méconnaissance encore trop grande des risques encourus.

About author

Journaliste et étudiante à l'École d'Histoire de La Sorbonne.
Related posts
À la uneSanté

Pilule contre le Covid 19 : qu'est ce que le "molnupiravir" ?

À la uneActualitéEnvironnement

Coca-Cola, numéro 1 des entreprises les plus polluantes au monde

À la uneCinéma

Michael, Jason, ou Freddy : avec quel ami passer la meilleure soirée d'Halloween ?

À la uneFranceMédias

Eric Zemmour face à une femme voilée : "enlevez-le si ce foulard n'a pas d'importance !"

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux