À la uneActualitéFootFranceSociétéSport

Luzenac n’ira pas Ligue 2, le bilan d’une affaire dramatique !

Gagner sert-il encore à quelque chose dans le sport français ? 

Nous sommes conscients que le football moderne en France se divise en deux catégories. La première concerne les clubs professionnels, de Ligue 1, Ligue 2 et certains de National, et la seconde, les clubs amateurs, ou autrement dit le reste des formations françaises. Mais cette hiérarchie ne devait pas exister dans les considérations et décisions de la LFP. Il n’y a aucune accusation dans ces propos. Juste une forme d’incompréhension totale. Surtout sur un point de l’affaire qui est essentiel. Le Racing Club de Lens fut exactement dans la même situation cet été. Promu sportivement en Ligue 1 à la fin de la saison dernière, le RC Lens s’est vu refuser sa montée, mi-juillet, par la DNCG. Tout comme Luzenac. Sauf que pour l’affaire Luzenac, Châteauroux, relégué en National en fin de saison dernière, a tout de suite été repêché par la LFP, avant même la fin de l’affaire Luzenac, alors qu’une audience suspensive était en cours avec le CNOSF.

« On a pas demandé de repêcher Châteauroux, notre seul problème c’est de jouer en Ligue 2″ indique Alain Canalee, Président de la section amateur du LAP, Que ce soit à 21 clubs ou moins, c’est pas notre problème, nous on veut ce pourquoi l’équipe s’est battue l’an dernier ». Quoi qu’il arrive, Châteauroux restera un club de Ligue 2, même si Luzenac gagne son bras de fer avec les instances du football français. En revanche, dans la situation lensoise, c’est autre chose. Sochaux, dans le même cas que Châteauroux, n’a pas été repêché par la Ligue, ce qui à facilité le dossier lensois lors de l’accord pour qu’il puisse évoluer en Ligue 1. Là encore, la LFP de Mr Thiriez n’a pas le même règlement suivant les cas concernés.

Les supporters, joueurs et membres du club sont derrière le LAP

Les supporters, joueurs et membres du club sont derrière le LAP

Le problème vient de là finalement. Luzenac dérange le football français. Un petit village de 551 habitants qui gravit la montagne si vite, c’est beau, c’est unique, mais problématique pour certains. « Ça devient de l’acharnement de la LFP, toutes les autres instances nous ont donné un avis favorable. C’est devenu un problème de personne plus qu’autre chose » lance A. Canale. Il est interdit de rêver aux grandes épopées sportives en France. Ce pourquoi l’aventure de Luzenac risque d’être écourté par la Ligue. Toute l’affaire permet de conclure, qu’au 20 août 2014, le Luzenac AP ne fait plus partie du paysage footballistique français. Ni la Ligue 2, ni le National, ni même la Coupe de la Ligue n’ont pris en compte la participation du club. Ou a reconnu le club en d’autres termes. « Aujourd’hui on est affilié à aucun championnat, c’est du grand n’importe quoi » poursuit le Président. Et quand le secrétaire d’État chargé des sports, Thierry Braillard, s’en mêle, Frédéric Thiriez sort son nez rouge de clown et dit qu’il ne cédera à « aucune pression politique« . Pour M. Rodriguez, responsable municipal, « La Ligue manque d’objectivité et de bon sens. Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne« .

Et les joueurs dans tout ça ? Que vont-ils devenir ? On parle souvent des salariés de GAD en ce moment, mais les salariés de Luzenac, qui vivent grâce à cela, et personne n’y pense, surtout pas la Ligue. Nous avons demandé au Président ce que les joueurs pensaient de tout cela. « Les joueurs sont victimes d’une grosse injustice et écoeurés de cet acharnement. Ils continuent de s’entraîner, mais on sent le dépit. Ils ont envie de faire leur métier, ils n’ont eu que des matches amicaux. Il n’y a plus aucune envie chez les joueurs, zéro compétition« . Concernant les contrats qui lient les joueurs aux clubs, certains cas sont désastreux. Comme nous le confie M. Rodriguez, « sportivement c’est difficile, les joueurs sont démotivés, les recrues quittent le navire. Les nouveaux sont libres puisque les contrats professionnels de Ligue 2 n’ont pas pu être entérinés. Les anciens, leurs contrats de National continuent pour l’instant« .

Concernant l’avenir sportif de Luzenac, on est en droit de s’inquiéter. Car dans le cas où il ne pouvait intégrer la Ligue 2, la décision semblait claire du côté du club, un peu moins à la Mairie. Pour le Président Alain Canale, cela ne faisait plus aucun doute, « On ne repartira pas en National ! On sais très bien que si on finit dans les trois premiers, on ne montera pas. Donc il y aura sûrement une cessation d’activité, et la section amateur deviendra l’équipe première du club« . M.Rodriguez préfère, lui, calmer le jeu et assure qu’aucune décision n’était prise avant l’audience du 18 aout au CNOSF. Même si Luzenac ne jouera pas en National l’an prochain, d’autres clubs, similaire aux Ariégeois, sont en droit de se poser la question si disputer ce Championnat sert-il encore à quelque chose. Finalement, obtiendront-ils leur gain en cas de victoire ? Seront-ils respectés par les instances du foot ? Nous somme en droit de se poser la question.

La direction du club soudée pour permettre au LAP d'accéder à la Ligue 2

La direction du club soudée pour permettre au LAP d’accéder à la Ligue 2

Suite page 3

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSéries Tv

La fièvre : l'incroyable twist de l'épisode 6

À la uneMusiqueSéries Tv

Plus belle la vie : Jérémy Charvet (Ulysse) a vraiment participé à The Voice ?

ActualitéCinéma

On a vu pour vous ... Civil War, le choc ciné de ce début d'année

ActualitéFaits DiversFrance

5 éléments pour comprendre … l’affaire Simone Weber

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux