À la uneActualitéFootFranceSociétéSport

Luzenac n’ira pas Ligue 2, le bilan d’une affaire dramatique !

L’été foot a été bouleversé par l’affaire Luzenac, petit village de l’Ariège qui a vu son club obtenir sportivement son accession en Ligue 2. Mais avec les diverses instances qui contrôlent le football français aujourd’hui, nous avons assisté au feuilleton Luzenac, un épisode sans fin, avec des incohérences et des décisions surprenantes. Retour sur une affaire historique dans le foot français qui se termine dramatiquement pour Luzenac. 

Le LAP a été au coeur d'une affaire incroyable tout l'été

Le LAP a été au coeur d’une affaire incroyable tout l’été

Luzenac : une affaire juridique hors-norme 

L’exercice précédent restait pour le Luzenac AP un modèle parfait de la réussite du foot amateur. En terminant second du championnat de National (3e division),  les joueurs s’imaginaient déjà courir les pelouses de Ligue 2, niveau que le club est allé chercher sportivement. Oui mais voilà, en France, les instances du football ont un fonctionnement bien particulier.
Ainsi, à chaque fin de saison, la Commission de Contrôle des Clubs Professionnels de la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG) décortique la situation juridique et financière de chaque club. Tout y passe. La DNCG se rend ainsi compétente pour rétrograder certaines équipes dépourvues de la structure et les fonds nécessaires pour survivre.
Valenciennes fut le premier club touché cet été, rapidement sauvé par Jean-Louis Borloo. S’ensuivent les cas de Lens et donc de Luzenac. Le petit club de l’Ariège, initialement interdit par la DNCG d’accession en Ligue 2, a vu la décision confirmée par la cour d’appel en juin.

Frédéric Thiriez, président de la LFP

Frédéric Thiriez, président de la LFP

Le problème du budget – de deux millions d’euros l’an dernier – est pointé du doigt, notamment en matière de sponsoring ; une affaire résolue pour le 30 juin. Les Ariégeois décident alors de saisir le CNOSF (Conseil National Olympique et Sportif Français), pour une conciliation de la DNCG. Mais ils se butent une nouvelle fois au refus des dirigeants. Le Tribunal Administratif de Toulouse est alors saisi pour la première fois. Nous sommes alors le 30 juillet, et la Ligue 2 commence seulement deux jours plus tard.
Le TA est ferme sur le cas Luzenac : il demande une réintégration sous huit jours du club en Ligue 2. Luzenac commence à y croire un peu, mais à pas de loups ; Fabien Barthez, Président d’honneur du club, s’inquiète. Contre l’accession du club midi-pyrénéen au premier abord, la DNCG s’aligne in fine sur la décision du Tribunal et confirme réintégrer Luzenac à la Ligue 2. Nous sommes le 7 août. Le problème du budget souligné est résolu, et la FFF confirme également ce choix.
Mais pas la Ligue de Football Professionnel (LFP), dirigée par Frédéric Thiriez. Le 8 août, coup de tonnerre à l’aube de la deuxième journée de Ligue 2. Le conseil d’administration de la LFP se réunit pour statuer sur la réintégration de Luzenac en seconde division. À l’unanimité, les 24 membres votent le refus d’intégrer Luzenac en Ligue 2.

Étonnament, un obstacle daté de quelques mois revient sur le tapis. : le stade des Ariégeois. Un accord est pourtant trouvé depuis des semaines avec l’enceinte du Stade toulousain : Ernest-Wallon. Selon la LFP donc, un stade accueillant certains des plus importants matches de rugby de la saison, et surtout des matches internationaux d’Espoirs de football, n’est pas dans les normes de sécurité réglementaires pour jouer en Ligue 2. Certains stades comme le Roudourou de Guingamp, le Parc des Sports d’Annecy (stade d’Évian-TG), le seraient a contrario pour la Ligue 1. L’UEFA a même validé le stade. Une mascarade ? Réactifs, les dirigeants du LAP rencontre les propriétaires du stade Ernest-Wallon pour faire les travaux nécessaires : la simple installation d’une dizaine de caméras de surveillance…

La ville de Toulouse, solidaire de ses voisins, décident de prêter le Stadium de Toulouse (33 000 places) pendant les travaux d’Ernest-Wallon. Aucun risque donc de voir l’enceinte refusée ! Le jeudi 14 août et le lundi 18 août, Luzenac dépose une nouvelle demande de conciliation au CNOSF, et dépose un référé de suspension auprès du Tribunal Administratif de Toulouse. Ce sont les dernières chances du club de l’Ariège. Entre-temps, la Ligue 2 est en pleine préparation de la quatrième journée, qui peut s’avérer fatale pour Luzenac. Au terme de trois heures d’audience au CNOSF, aucune conciliation n’est parvenue de la Ligue ce mercredi 19 août. Luzenac semble se heurter à un mur. Mais un avis favorable à Luzenac fut prononcé ce matin.

Vendredi dernier, l’audience tourne au fiasco. Présents en masse à Toulouse, les supporteurs, joueurs et dirigeants du LAP assistaient au retournement de veste de la LFP. Pendant l’audience, les instances n’ont pu que constater l’ampleur des dégats. Au final, l’audience fut suspendue, car les avocats de la LFP cherchaient désespérément à joindre les dirigeants. Le Tribunal décide le report de l’audience. À la sortie, les Luzenaciens sont un peu dépités, mais reste confiants. Hier, la LFP a réuni un Conseil d’Administration. Les deux parties sont à présent conciliées autour de la décision du CNOSF, favorable à l’intégration à la Ligue 2 de Luzenac. Aujourd’hui, Luzenac devait être renvoyé en Ligue 2 par la LFP. Mais une fois de plus, la Ligue est ferme et refuse la loi du sport sans que l’on ne sache pourquoi, et enterre une bonne fois pour toute Luzenac ce soir, en refusant définitivement son accession en Ligue 2.

Luzenac a terminé second du championnat

Luzenac a terminé second du championnat de National

Suite page 2

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMusiqueSéries Tv

Premier Baiser : disparition de Emmanuelle Mottaz à 59 ans

À la uneFrance

Comment trouver le meilleur site de rencontres en ligne ?

ActualitéSéries Tv

On a vu pour vous... Minx, magazine érotique et féministe

Sport

Michael Frey, la nouvelle recrue du Schalke 04

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux