À la uneActualitéFranceMédias

Le sort de Mathieu Gallet, le PDG de Radio France, entre les mains du CSA

Mathieu Gallet sur France Info

Le président de la maison ronde va être auditionné le 29 janvier par le CSA, suite à sa condamnation pour favoritisme.

Mathieu Gallet a été condamné à un an de prison avec sursis, et à une amende de 20 000 euros ce 17 janvier. Le président de Radio France est accusé de “favoritisme”, lorsqu’il était à la tête de l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) entre 2010 et 2014. Bien que ce dernier ai fait appel suite au verdict, une audition est prévue le 19 janvier, et la décision du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), sera rendue le 31 janvier. D’ici là, le gendarme de l’audiovisuel s’intéresse aux éventuelles contributions écrites qu’il reçoit, et qui seront retransmises à Mathieu Gallet avant son audition.

“Les dirigeants d’entreprises publiques ont un devoir d’exemplarité”

Le président de Radio France est poursuivi pour avoir favorisé deux sociétés de conseil qui avaient reçu plus de 400 000 euros, lorsqu’il dirigeait l’INA. La ministre de la culture, Françoise Nyssen, rappelle que “Les dirigeants d’entreprises publiques ont un devoir d’exemplarité”, et parle d’une “situation inacceptable”, dont il faut “tirer les conséquences”. Mathieu Gallet ne semble pas recevoir le message, et assure avant même que ne tombe le verdict, qu’il ira au bout de son mandat en mai 2019, et ne démissionnera pas.

À lire aussi : Audiences radio : flop pour Europe 1, Demorand au top

L’article 47-5

La procédure ouverte par le CSA s’appuie sur l’article 47-5 de la loi “Léotard” de 1986, qui donne le pouvoir au conseil de révoquer les dirigeants du service public audiovisuel, par “décision motivée”. Olivier Schrameck, président du conseil rappelle que jamais cet article n’a été utilisé dans l’histoire du régulateur, et parle du cas de Mathieu Gallet comme d’une situation qui n’a “pas de précédent”. Une des mesures attendues dans le projet de loi sur l’audiovisuel vise justement à retirer ce pouvoir de destitution au CSA, pour le confier aux conseils d’administration concernés, d’ici la fin de l’année.

Related posts
À la uneActualitéFootSport

Ligue 1 : Rudi Garcia, nouvel entraîneur de l'OL

À la uneActualitéFormule 1Sport

Grand Prix du Japon : Mercedes de nouveau sur le toit du monde !

À la uneBrèves

« C’est du gâteau » : L’émission à la française de Netflix

À la uneActualitéFootSport

France Turquie : un match qui sort du cadre sportif ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux