À la uneActualitéFranceMédiasPolitiqueSociété

Mort de Steve : Le préfet de Loire-Atlantique porte plainte contre Claude Sérillon pour diffamation

Une accusation qui ne passe pas ! Dimanche 4 août, le journaliste nantais Claude Sérillon publie un tweet outrancier sur Claude d’Harcourt, le préfet de Loire-Atlantique.

Après la mort de Steve Maia Caniço, Claude Sérillon a accusé le représentant de l’État d’avoir décidé d’effacer la vie du jeune homme. L’ancien présentateur du JT de France 2 et conseiller en communication de François Hollande a provoqué, avec son tweet, de très nombreuses réactions.

Mis en cause pour sa gestion de la dramatique fête de la musique à Nantes le 21 juin, durant laquelle le jeune Steve Maia Caniço a trouvé la mort, le préfet de Loire Atlantique n’entend pas laisser passer les accusations qu’il juge diffamatoires.

Il est soutenu par le président du Conseil départemental de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet.

Un avis partagé

Après trois jours sans réaction, la préfecture décide mercredi 7 août de lui répondre. Elle souligne le caractère diffamatoire du tweet et annonce que Claude d’Harcourt va porter plainte. La préfecture n’a pas souhaité s’exprimer sur ce dépôt de plainte.

Le préfet de Loire-Atlantique est pris pour cible sur les réseaux sociaux. L’avis de Claude Sérillon est partagé mais le tweet du journaliste nantais n’est pas la réaction la plus extrême. Deux pétitions ont été lancées en ligne pour réclamer la démission du préfet. Elles rassemblent déjà environ 30000 signatures.

Un affaire d’État

Un mois après l’intervention policière qui a dispersé la soirée techno sur les bords de Loire au cours de laquelle Steve a disparu, le corps de ce dernier a été repêché dans la Loire, le 29 juillet. 

Une semaine plus tard, le rapport de l’Inspection Générale de la Police Nationale a remis le feu aux poudres en affirmant qu’il ne pouvait être établi de lien entre l’intervention des forces de police et la disparition du jeune homme. Face aux accusations d’absolution de l’action policière, l’IGPN a rappelé que l’enquête judiciaire est toujours en cours, et que son jugement ne portait que sur le comportement de la police ce soir-là, et non sur les consignes de la préfecture d’aller éteindre la musique à 4 heure du matin.

Les obsèques de Steve Maia Caniço auront lieu lundi 12 août à Nantes.

Related posts
À la uneTout Pour Réussir

MAUD BAILLY : « Nous avons un devoir de transmission chez ACCOR »

À la uneActualitéCinémaCultureMusique

« Les étoiles vagabondes » de Nekfeu arrive sur Netflix

À la uneActualitéFaits DiversInsoliteInternationalSanté

Etats-Unis : elle pensait avoir des “calculs rénaux”, elle accouche de triplés

À la uneActualitéInternationalSociété

La vente d’éléphants à des zoos bientôt interdite ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux