À la uneActualitéFrance

Mutilations de chevaux : seulement 16% des cas sont d’origine humaine

Mutilations de chevaux : sur près de 500 cas recensés, seul 16% sont d'origine humaine

Sur les 500 faits de mutilations de chevaux recensés, seulement 16% seraient d’origine humaine

Depuis cet été, des centaines de cas de mutilations de chevaux ont été recensés un peu partout en France. En effet, cela touche maintenant une trentaine de départements. Face à l’augmentation des cas, une cellule d’enquêteurs a été créée en septembre, sous l’égide de la police judiciaire de la gendarmerie nationale, pour mettre fin aux mutilations. Un numéro vert, créé par le gouvernement, a aussi été mis en place.

Dernièrement, l’organisme en charge des enquêtes a recensé au total près de 500 faits. Selon une source proche du dossier, seul 80 cas (16%) seraient d’origine humaine. Une soixante des cas font l’objet d’une enquête plus approfondie pour lever tout soupçon. Et environ 360 faits (72%) s’expliquent par des causes naturelles, a ajouté la source. En septembre, après une augmentation des cas, 200 enquêtes avaient été ouvertes. Mais déjà, seulement une trentaine été considérés de nature humaine, selon les gendarmes. Des résultats qui ne convainquent pas certains propriétaires de chevaux, comme le rapporte le journal Ouest-France.

Diminution des actes depuis fin septembre

Dès le début, ces mutilations ont semé le trouble chez les enquêteurs. Selon eux, les auteurs ont des motivations diverses : challenge sur Internet, pratiques sataniques, haine des équidés ou encore mimétisme. Contacté par Le Figaro, le ministère de l’Intérieur indique qu’il s’agirait principalement “de déviances sexuelles avec des actes de zoophilie“.

Depuis fin septembre, le nombre de cas a diminué. Cependant, de nouvelles mutilations ont été révélées ces dernières semaines. Ainsi, le 1er décembre une tête de cheval a été retrouvée dans un fossé, dans la Sarthe. Deux jours plus tôt, un cheval a été retrouvé mort et mutilé dans les Deux-Sèvres. Selon le parquet, le cheval portait des mutilations au niveau de l’oreille et de l’appareil génital.

Jusqu’à présent, aucun suspect n’a été interpellé. De plus, seul un propriétaire de refuge a dit s’être retrouvé devant deux agresseurs venus s’en prendre à ses poneys. Un portrait-robot a été établi, mais sans succès.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneFranceSanté

COVID 19 : la France annonce aujourd'hui 47 000 nouvelles contaminations

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous ... Emma Bovary, la très belle adaptation du roman de Flaubert

À la uneCinémaCulture

États-Unis : Plusieurs objets de films cultes à vendre lors d'une géante mise aux enchères

À la uneSéries Tv

The Marvelous Mrs. Maisel revient le 18 février pour une saison 4

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux