À la unePolitique

« Ni Macron, ni Le Pen » : les manifestations après l’élection

Plusieurs manifestations se sont tenues hier dans les grandes villes françaises à l’annonce des résultats de l’élection présidentielle. Un mécontentement des électeurs qui s’est parfois incarné dans des heurts avec la police.

Bien qu’Emmanuel Macron ait été réélu ce dimanche 24 avril avec 58,5 % des voix, un grand mécontentement s’est fait entendre partout en France. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues pour faire entendre leur déception.

Quelques heures après l’annonce des résultats, le hashtag #MacronDemission était en tendance sur Twitter. Une partie des électeurs du président au second tour ont voté contre l’extrême droite, et non pas par adhésion à sa politique. Il n’a pas manqué de le relever dans son discours, affirmant que ces votes « [l’obligeaient] pour les années à venir« . Seuls 27,85% des Français avaient initialement voté pour lui au premier tour.

Des rassemblements qui ont parfois mal tournés

A Toulouse, Nantes, Rennes, Lyon, Paris, Strasbourg Caen ou encore Marseille, des manifestations ont eu lieu pour faire entendre la déception de certains électeurs qui n’ont pas pu se retrouver dans la politiques des deux finalistes. Ils dénonçaient la « non-représentativité du scrutin ». Parmi ces opposants : des antifas, des gilets jaunes, des partisans de l’ultragauche, des syndicats étudiants, des militants écologistes…

A Nantes, Marseille et Toulouse entre 400 et 500 personnes ont défilé, dans les autres villes, les médias estiment qu’ils étaient entre 100 et 250 et un millier à Paris. Ces rassemblement ont parfois dégénérés. A Paris, comme à Rennes ou Lyon, la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires. Plusieurs interpellations ont été faites, notamment à la suite de feux de poubelles à Rennes, ou de tirs de mortiers à Lyon. La préfecture d’Ille-et-Vilaine a annoncé qu’une personne avait été placée en garde-à-vue.

Macron, le président « le plus mal élu de la Ve République » ?

Peu après l’annonce des résultats, le candidat de l’Union Populaire Jean-Luc Mélenchon a déclaré dans son discours qu’Emmanuel Macron était « le plus mal élu des présidents de la Ve République« . Selon les chiffres du ministères de l’intérieur, Emmanuel Macron n’a recueilli le vote que de 38,52% des inscrits ( c’est-à-dire si l’on tient compte des votes blancs, nuls et de l’abstention). C’est le plus faible taux depuis l’élection de Georges Pompidou en 1969 (37,5% des inscrits). A titre de comparaison, il avait été élu avec le suffrage de 43% des inscrits en 2017, ce qui est dans la norme des autres élections.

A lire aussi : Pourquoi les étudiants bloquent les campus ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInternationalPolitique

Qui était Ebrahim Raïssi, le Président iranien décédé dans un crash d'avion ?

À la uneMédias

The Voice : qui sont les candidats qualifiés pour la finale ?

À la uneMédiasMusiqueSport

Euro 2024 : quel groupe de musique choisi par TF1 ?

À la uneFaits DiversInternational

Traque de Mohamed Amra : c’est quoi la “notice rouge” émise par Interpol ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux