À la uneActualitéSportTennis

NON, Federer doit revenir

Avec Laurent Chiambretto, auteur deRodger Forever

   Roger Federer est fini, essoré, lessivé, terminé. Roger Federer appartient au passé. Roger Federer devrait prendre une retraite bien méritée. Combien de fois ces propos ont sillonné la planète tennis, du simple amateur au plus avisé des observateurs. Il y a encore deux ans, on le comparait à un bon vin (qu’il apprécie d’ailleurs fortement) : il se bonifie avec l’âge. Désormais, on le qualifierait presque d’infirme s’accrochant désespérément à sa raquette. Mais il existe une expression comme inventée tout spécialement pour la carrière du Maestro : « ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ». Enterrer Federer, c’est insulter l’avenir. Oui, Federer peut revenir. Oui, Federer va revenir. 

   Il est de ceux qui vous empêchent de dormir, lorsqu’il s’agit de se réveiller en pleine nuit pour le suivre en direct sur les courts de Melbourne ou de Flushing Meadows. Il appartient à une catégorie bien spéciale, celle des joueurs qui peuvent vous faire passer par toutes les émotions. Depuis deux décennies, Roger Federer nous fait rêver, pleurer de joie ou de peine, nous agace et nous impressionne. Il occupe une place si importante dans le cœur des gens qu’elle le rend incomparable à un joueur comme Novak Djokovic. Au-delà des titres, des matchs et du sport au sens strict du terme, ce sont les émotions procurées qui survivront aux grands cadors du tennis. Un joueur capable de faire lever les foules, de susciter l’admiration aux quatre coins de la planète et celle de ses pairs ou encore de battre le record historique d’affluence pour un match de tennis caritatif. Un joueur inégalable, inégalé, modèle pour les uns et légende pour les autres. Le retour de Roger n’est pas une possibilité, c’est une nécessité. Le tennis sans Federer, c’est un corps sans âme. Sa simple présence sur un court rend fou de joie tous ceux qui le supportent à travers le monde, et cette simple raison lui suffirait à reprendre la raquette en 2021. Parce qu’au-delà du tennis, Federer joue pour les gens. Et ils méritent bien encore un peu de « Rodger » au programme. 

Federer acclamé par la foule, Wimbledon 2017

   Mais l’amour des gens ne suffit pas. Pour parvenir au sommet ou y rester, il faut être avide de titres, de victoires et de records. Une question de mentalité. Et c’est ici la marque des champions : à 39 ans, Roger Federer n’a rien perdu de sa rage de vaincre, de sa passion pour le tennis. Avec un équilibre de vie favorable, un cadre familial idéal, il n’a jamais évoqué sa retraite comme une hypothèse à court terme. Après plus 20 ans sur le circuit et plus de 1200 victoires, l’appétit du suisse n’est pas rassasié. Toujours plus de victoires, de titres, c’est ce qui anime un champion de sa trempe. Et tant que son corps lui permettra, soyez assuré que Roger Federer luttera sur chaque point qu’il disputera. On ne devient pas une légende par hasard.

    Une question demeure : jusqu’à quand son corps, central pour un sportif, lui permettra de rester au sommet ? Son genou droit, dont il a subi une arthroscopie, l’empêche déjà de revenir sur les courts avant 2021. Divers blessures, tout au long de sa carrière, ont aussi amputé une partie de son parcours. À 39 ans, son état de santé inquiète, c’est légitime. Mais Federer l’a déjà prouvé : les blessures ne l’enterrent pas. Spécialiste des retours en fanfare, il était revenu avec brio en 2017, remportant 2 tournois du Grand Chelem après une fin de saison blanche en 2016. Depuis ses débuts, Federer choisit avec soin ses tournois, économise ses efforts, épargne son corps. Une conservation qui paye ses fruits, et qui permet de croire à un nouveau retour. À 39 ans, très peu en sont capables. Federer fait partie du reste, ceux qui reviennent toujours quand on les attend le moins. On a promis la retraite à Roger depuis 2013, puis en 2016. Il est encore là. Avec lui, l’impossible devient réellement possible. C’est pour cela qu’il faut y croire : parce que c’est Roger Federer. 

Roger Federer soulevant son dernier tournoi du Grand Chelem,
l’Open d’Australie 2018

   Il reste un dernier argument de poids pour croire au retour de Rodge. La quête homérique du Graal, le dernier, celui qui résiste encore et toujours au suisse : les Jeux Olympiques. Un trophée sous-estimé dans le monde de la petite balle jaune, mais seule ligne manquante au palmarès du suisse. Défait par Andy Murray aux JO de 2012, dans son jardin de Wimbledon, il n’a jamais pu ajouter une médaille d’or dans son armoire à trophées. Les Jeux olympiques 2020, heureuse nouvelle, ont été déplacés à l’été 2021. Il s’agira sans doute d’une des dernières grands batailles que mènera le Maestro. Mais il pourrait bien la mener à son terme, s’il est épargné par les blessures. Il s’agira en tout cas d’une motivation supplémentaire pour l’helvète, qui redoublera sans nul doute d’efforts pour ajouter cette dernière ligne au plus garni des palmarès. Les JO de Pékin se clôtureront le 8 juin 2021. La date d’anniversaire d’un certain… Roger Federer, qui soufflera ce jour-là sa 40ème bougie. Comme un signe du destin ?

   Il faudra attendre 2021 pour savoir si Federer reviendra sur les courts, et de quelle manière. Mais ne pas croire en Federer, une fois de plus, serait commettre une nouvelle erreur. Roger Federer n’est pas de ceux qui partent sur une blessure ou sur une défaite. Un jour, la légende triomphera à nouveau, acclamée par la foule et applaudie par ses adversaires. Ce jour-là, nous pourrons le dire : Federer est éternel. 

About author

Journaliste à VL Média, Bordeaux
Related posts
À la uneCinémaCulture

L'Académie des César adopte "la parité intégrale" au sein de ses instances dirigeantes

À la uneFaits Divers

5 éléments pour comprendre...l'affaire Laëtitia Perrais

À la uneBrèvesSéries Tv

Naya Rivera de Glee portée disparue en Californie

À la uneActualitéInternational

46 pays soutiennent l’initiative chinoise contre les Ouïgours

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux