À la uneSéries Tv

On a (re)vu pour vous…le pilote de This is us, avant Je te promets, sa version française

La bande annonce avait connu un succès phénoménal avant même la diffusion de la série. Alors que sa version française arrive sur TF1, que vaut le pilote de This is us ?

Vous la connaissez cette petite musique qui vous parle à vous et rien qu’à vous ? Cette mélodie qui se susurre à votre oreille, qu’on dirait composée juste pour vous, pile poil pour être en phase avec vos émotions et votre sensibilité ? Vous voyez ? Ce sentiment qu’un auteur, qu’un chanteur a écrit pour vous sa plus belle partition et que vous vous y reconnaissez. Voire même qu’elle vous transperce de part en part pour s’imprégner en vous et parle à toutes les particules de votre corps. En découvrant This is us, que l’on attendait le cœur battant depuis les premières images, cette sensation est présente des les premiers instants. Intense, vibrante, vivante. Et ne va pas se démentir tout au long des 42 minutes d’un épisode d’une justesse et d’une subtilité totalement  renversantes. Si les histoires touchantes pullulent à la télévision américaine, elles s’inscrivent souvent dans un cadre repérable et identifiée, plus rarement dans une œuvre qui ausculte avec un talent d’entomologiste, l’humanité de ses protagonistes et les émotions qui les habitent.

On avait beau avoir été séduits par le trailer, il n’en reste pas moins que le concept de la série laissait circonspect. Car c’est quoi finalement This is Us ? Selon Wikipédia, en moyenne 18 millions d’êtres humains partagent le même jour d’anniversaire à travers le monde. Voici pour 4 d’entres eux leur histoire drôle et émouvante… 

Mais au-delà d’un pitch quelque peu tiré par les cheveux, This is us s’ingénie à conter les moments de vie traversée par un groupe d’individus et est à ce stade l’instantané d’existences prises sur le vif, celle d’un couple dont la femme doit donner naissance à des triplés, d’une jeune femme obèse qui n’en peut plus de sa condition, d’un businessman qui recherche son père biologique et d’un comédien dont la carrière n’est pas ce qu’il voudrait qu’elle soit.

Créée par Dan Fogelman, This is us peut se targuer d’une magnifique distribution pour porter ces personnages au firmament. Milo Ventimiglia et Mandy Moore sont le couple sur le point d’être parents et on croit immédiatement à la force de leurs sentiments et à leur entente fusionnelle. Justin Hartley et Chrissy Metz sont deux jumeaux on ne peut plus dissemblables et en proie l’un et l’autre à des démons intérieurs qui les oppressent et Sterling K. Brown est  cet homme d’affaires qui recherche son père biologique. A noter également la présence dans ce pilote du vétéran Gerald McRaney (Simon & Simon, House Of Cards…) qui réalise une composition vraiment  subtile. Le script éclate en plusieurs petites séquences qui nous exposent les problématiques des protagonistes et maîtrise à la perfection l’équilibre fragile entre les rires et les larmes et met tout de suite dans sa poche ceux qui apprécient les montagnes russes émotionnelles. Par des petites touches, sont mises en avant ces vies confrontées aux inévitables difficultés auxquelles on doit faire face avec déterminisme et le soutien de sa famille,  mais non sans soubresauts. La série enrobe ses scènes par des chansons choisies avec soin (Death With Dignity de Sufjan Stevens Put your bags Down de Adam Cohen, Watch me de Labi Siffre…), que certains trouveront sans doute qu’elles instrumentalisent l’émotion du téléspectateur quand d’autres les trouveront simplement en parfaite adéquation avec l’étreinte émotionnelle que le public reçoit.

THIS IS US — Pilot — Pictured: (l-r) Mandy Moore as Rebecca, Milo Ventimiglia as Jack — (Photo by: Ron Batzdorff/NBC)

This is us ne se cache pas derrière une façade et assume pleinement son désir de toucher au cœur avec les armes à sa disposition, à savoir des dialogues subtils et jamais mièvres ou mielleux, une sincérité qui se ressent et qui traverse l’écran sans que vous puissiez la mettre à mal. Et dans cet exercice d’équilibriste, la série parvient dès cet épisode pilote à nous faire aimer ses personnages et à nous attacher à eux. Chacun d’entre eux présente ses failles mais met suffisamment d’humour pour ne pas faire sombrer l’ensemble dans le mauvais goût et le lacrymal à tout va. Et surtout, la série réussit à mettre à mal tous les lieux communs en les pliant à son récit qui ne tente pas de révolutionner quoi que ce soit mais qui embarquera avec lui ceux qui seront prêts à ne pas résister. Et cerise sur le gâteau, la série va surprendre pour nous embarquer dans les dernières minutes là où l’on n’aurait pas imaginé aller. Les cyniques y verront forcément un chantage émotionnel, les autres pleureront et riront dans un même élan et esquisseront le sourire de ceux qui savent qu’il n’y a rien de meilleur.

Crédit: NBC

About author

Journaliste pôle séries et La Loi des Séries, d'Amicalement Vôtre à Côte Ouest, de Hill Street Blues à Ray Donovan en passant par New york Unité Spéciale, Engrenages, Une famille formidable ou 24, la passion n'a pas d'âge! Liste non exhaustive, disponible sur demande!
Related posts
À la uneSport

[INTERVIEW] Bobby Lashley, le futur champion WWE?

À la uneActualitéEconomieEnvironnementFranceMédiasPolitiqueSantéSociétésociétéSociété

Convention citoyenne pour le climat : dernière séance pour clôturer l'aventure

À la uneFootSport

Ligue 1 : Jorge Sampaoli, le loco 2.0 de l'OM

À la uneFrance

Un homme de 88 ans flashé à 191 km/h au lieu de 110

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux