À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous… The wilds, des adolescentes sur une île déserte

The Wilds explore le mal-être de ses héroïnes en les plongeant dans un teen drama aux airs de Lost, imparfait mais intrigant.

C’est quoi, The Wilds ?  Des adolescentes qui ne se connaissent pas se rendent à Hawaï pour participer à  un «camp thérapeutique» sensé les aider à se recentrer et s’épanouir Mais l’avion privé dans lequel elles voyagent a un accident et elles échouent, seules, sur une île déserte. Les huit rescapées du crash vont devoir surmonter leurs problèmes respectifs et leurs inimitiés pour s’organiser et survivre en attendant des secours qui tardent à arriver.

Nouvelle série de Amazon, The Wilds nous emmène sur une île déserte où un groupe d’adolescentes d’horizons différents se retrouvent piégées après un accident d’avion, sans ressource ni moyen de communication. En tentant de s’organiser pour attendre les secours, les naufragées se disputent, s’entraident et se lient à mesure qu’elles en apprennent davantage les unes sur les autres, se confient et dévoilent leurs secrets et les traumatismes qu’elles ont endurés. 

Une île, un crash d’avion, des rescapées au passé chargé qui doivent mettre leurs différends de côté : inutile de dire que The Wilds a tout pour être comparée à Lost. Malgré l’absence de tout élément fantastique ou surnaturel, le parallèle se justifie d’autant plus que la série comporte de nombreux flash-back au cours des épisodes. Cependant ici, avec ses naufragées toutes adolescentes, The Wilds évoque aussi le roman Sa majesté des mouches de William Golding ou à la série The society.  

Dans sa construction, la série navigue entre retours en arrière, événements survenus sur l’île et récit au présent, lorsque les jeunes filles ont été secourues mais sont placées en quarantaine et interrogées chacune à leur tour par des enquêteurs qui tentent de comprendre ce qui s’est passé. The wilds est un puzzle faits d’histoires personnelles, de survie en milieu hostile et d’événements qui deviendront plus clairs (ou pas) au fur et à mesure que  l’intrigue progresse. 

The wilds, survivre sur une île déserte et survivre à l’adolescence

Si les héroïnes tentent de trouver un abri, des vivres ou un moyen d’alerter les secours, l’histoire se centre aussi et peut-être surtout sur leur vies avant le crash. Leah, Fatin, Martha, Toni, Nora, Rachel, Shelby, Dot et Jeanette (la seule à être décédée durant le crash)  sont très différentes les unes des autres, elles appartiennent à des milieux sociaux divers mais elles ont un point commun : des difficultés personnelles, des problèmes de comportement ou des traumatismes qu’elles sont incapables de surmonter. Anorexie, dépendance émotionnelle, jalousie, excès de responsabilités, agression sexuelle, questionnement sur leur identité… A travers de longs flash-back , The wilds place le spectateur face à un personnage par épisode. Chacune des héroïnes en sort avec une image complètement différente de celle qu’elle offrait au début et on comprend mieux les raisons pour lesquelles chacune se retrouve sur cette île et pourquoi elle se comporte ou réagit comme elle le fait.  

Il y a Jeanette, extravertie et enthousiaste ; Leah, traumatisée par une relation avec un écrivain beaucoup plus âgé qu’elle ; Rachel, sportive de haut niveau anorexique ; sa sœur Nora, toujours prête à lui venir en aide ; Dot qui s’occupe de son père gravement malade ; Fatin, gamine riche en Gucci qui ne mâche pas ses mots ; Shelby, la jolie blonde profondément croyante ; Toni, la bonne élève qui refoule sa colère ; Martha, l’amérindienne renfermée… Les actrices sont toutes convaincantes, en particulier Sarah Pidgeon (Leah), Sophia Ali (Fatin, sans doute le personnage le plus charismatique de la bande)  et Shannon Berry (Dot). 

Arrivé à un certain stade, il est difficile d’en dire davantage sur The wilds. C’est une histoire de survie dans un environnement hostile, d’exploration des traumatismes du passé, de connaissance de ses forces et de ses limites, d’entraide et de collaboration, d’acceptation de soi-même et des autres. Mais il y a aussi autre chose, qui se développe lorsqu’on découvre que ces jeunes femmes ne sont pas sur cette île par hasard ou par accident. 

Attention : le paragraphe suivant contient un spoiler

Quel est le but de Gretchen, à l’origine de cet « accident » ?

A l’origine de ce fameux camp d’été thérapeutique, Gretchen Klein (Rachel Griffiths, vue dans Six feet under ou Brothers and sisters) est une scientifique froide et rigoureuse qui poursuit un but précis. Ce « naufrage » est en fait une mise en scène, une expérience scientifique féministe destinée à prouver que  les femmes sont capables de subvertir le patriarcat en exerçant un pouvoir qui ne repose pas sur la violence mais sur la collaboration. Et nos jeunes héroïnes sont donc constamment épiées, filmées, analysées à la Truman show. Passée la surprise initiale, ce rebondissement un peu facile rajoute néanmoins une tension supplémentaire et pose de nouvelles questions – même si le cliffhanger final est assez prévisible.  

En définitive, The Wilds est une série pleine de défauts, mais elle parvient toujours à les compenser. Si ses héroïnes reprennent de grands stéréotypes (l’ado rebelle, la petite blonde lisse, la gosse de riches capricieuse, l’athlète, l’intello, l’amoureuse transie…), elles forment un groupe  attrayant ;  si la métaphore de l’île déserte est convenue, elle n’en demeure pas moins parlante ; si l’intrigue est improbable, elle tient en haleine ; si la construction est déjà vue, elle donne envie d’en savoir plus. C’est suffisant pour qu’on commence à regarder The Wilds par curiosité, et qu’on enchaîne les épisodes pour connaître le fin mot de l’histoire. Mais pour ça, il faudra attendre la saison 2 déjà commandée par Amazon.

The wilds mélange un peu de Lost et de 13 Reasons Why avec une pincée de Orphan black. L’idée de prendre la série de JJ Abrams comme archétype narratif dans une acception adolescente et féminine n’est pas mauvaise, mais on devine qu’elle est aussi très hasardeuse. De fait, le résultat n’est pas tout à fait à la hauteur des ambitions affichées : The Wilds reste un teen drama, avant tout destiné aux jeunes adultes. Intrigante, bien faite, non dénuée de sensibilité et de suspense, elle séduira sans nul doute son public.  

The Wilds (Amazon)
10 épisodes de 50′ environ. 

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
À la uneSanté

C’est quoi la maladie des os de verre dont souffrait Guillaume Bats ?

À la uneCultureReportagesSorties

Arièle Rozowy fait sensation au musée de l’Illusion

À la uneMédiasMusique

Qui est Aurélien, le gagnant de The Voice ?

À la uneSéries Tv

Rivière-Perdue : TF1 tourne sa nouvelle série avec Barbara Cabrita et Odile Vuillemin

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux