À la uneActualitéInternational

Panama papers : les aveux de David Cameron

David Cameron a avoué avoir détenu des parts dans un fonds offshore appartenant à son père

Dans la foulée des révélations sur le scandale des Panama Papers, le Premier ministre britannique a reconnu jeudi avoir détenu dans le passé des parts dans un fond offshore immatriculé aux Bahamas. Ce fonds appartenait à son père, décédé en 2010.

David Cameron dans la tourmente des Panama papers. Après avoir nié mardi détenir « aucune action, aucun trust offshore, rien de tout cela », le Premier ministre britannique a reconnu qu’il avait détenu des parts dans un fond offshore appartenant à son père, décédé en 2010.

Ian Cameron avait en effet dirigé un fonds de dépôt immatriculé aux Bahamas dont les profits ont échappé au fisc britannique pendant 30 ans grâce à un montage complexe via le cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca. Pour se défendre, le fils Cameron a affirmé à la chaîne ITV avoir vendu ces parts en 2010 pour 30 000 livres sterling (37 000 euros), quelques mois avant d’être élu Premier ministre.

« Je n’ai rien à cacher »

Même s’il a reconnu avoir détenu des parts dans ce fonds offshore jusqu’en 2010, Cameron a affirmé qu’il ne détient actuellement aucune action. Il a insisté sur le fait qu’il avait payé des impôts au Royaume-Uni sur les dividendes encaissés et qu’il n’y avait rien eu d’illégal dans sa démarche.

« Je n’ai honnêtement rien à cacher. Je suis fier de mon père et de ce qu’il a accompli, de l’entreprise qu’il a montée et tout le reste. Je ne peux supporter que son nom soit traîné dans la boue », a-t-il ajouté.

« Je possède des maisons, dont une que je loue, et j’ai mon salaire de Premier ministre. Je n’ai pas d’actions, pas d’investissements, j’ai quelques économies », a encore déclaré le Premier ministre.

Selon le Guardian, membre du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) en possession des Panama Papers, le fonds du père de Cameron employait une cinquantaine de personnes basées aux Bahamas, qui signaient des papiers et jouaient le rôle de trésorier et secrétaire. Un arrangement qui n’est pas illégal.

« Dégagez cet hypocrite »

Pour ce qui est d’appeler à la démission le Premier ministre conservateur, l’opposition travailliste s’en est bien sûr donné à coeur joie. « Dégagez cet hypocrite », a déclaré John Mann, député du Labour. « Cameron a été moins qu’honnête. Il devrait démissionner immédiatement », a-t-il ajouté.

* »Cameron a eu six ans pour être honnête avec le Parlement et le peuple. Il a échoué. Va-t-en maintenant hypocrite »

Tom Watson, le vice-président du Labour a déclaré sur Skynews : « Je ne suis pas certain que le peuple britannique lui pardonnera. Il a dénoncé d’autres figures publiques alors qu’il a profité des mêmes arrangements ».

« Il semblerait que David Cameron soit en train de perdre totalement le fil et la confiance du peuple », a réagi Angus Robertson, leader du parti national écossais SNP au Parlement de Westminster.

Alors que le Royaume-Uni doit décider de son maintien ou non dans l’Union Européenne à l’issue d’un référendum le 23 juin, Cameron peine à convaincre les britanniques de l’importance de leur maintien dans l’union.

De plus, il doit répondre aux attaques sur sa probité morale et sa situation fiscale avant son accession au 10 Downing street, lorsqu’il détenait ses parts dans le fonds offshore de son papa. De son propre aveu, Cameron dit « vivre des jours difficiles » depuis dimanche dernier et la révélation au grand jour du scandale des Panama papers.

*Image en une : leral.net

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMédiasMusique

The Voice - Alphonse : "J'aime les artistes libres"

ActualitéVoyages

City Break : que faire à Milan pour le week-end ?

ActualitéFootSport

"Giroud" : 4 anecdotes que vous allez découvrir sur Olivier Giroud dans le documentaire de Canal +

À la uneCinémaCulture

Festival de Cannes : suivez la cérémonie de clôture en direct

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux