À la uneActualitéInternational

Il y aura bientôt un pont sur la Mer Rouge entre l’Egypte et l’Arabie saoudite. DECRYPTAGE

Un pont va prochainement relier l’Arabie Saoudite et l’Egypte par dessus la Mer Rouge. Dans un contexte régional en plein bouleversement.

Un pont sur la Mer Rouge? Cela devrait bientôt être une réalité. Le roi d’Arabie Saoudite Salman l’a annoncé vendredi 8 avril au Caire, où le souverain saoudien est accueilli par le Président Al-Sissi pour une visite exceptionnelle de cinq jours. Il s’agit de renouer les liens entre l’Arabie Saoudite et l’Egypte, liens qui paraissaient distendus depuis quelques temps.

L’Arabie Saoudite a appuyé la prise du pouvoir par Al-Sissi, chef de l’armée, lors du coup d’Etat de ce dernier contre les Frères musulmans (sunnites) à l’été 2013. Ceci dans le cadre d’un effort des pays du Golfe et de l’Arabie Saoudite pour contrer l’influence du courant politique islamiste dans les pays arabes. Depuis, l’Arabie Saoudite a continué à soutenir le Caire par des aides financières, le plus souvent sous forme de versements directs. Le maintien d’un pouvoir fort, voire autoritaire, en Egypte est vu par certains, dont l’Arabie Saoudite, comme une garantie de sécurité et de relative stabilité dans une région ultra-sensible.

Abdel Fattah al-Sissi et Salman bin Abdulaziz Al Saoud, le 7 avril 2016 ( Pool / Egyptian Presidency - Anadolu Agency )

Salman ben Abdulaziz Al Saoud et Abdel Fattah al-Sissi, le 7 avril 2016 ( Pool / Egyptian Presidency – Anadolu Agency )

Bloc sunnite

La visite du roi Salman, qui règne depuis 1 an et demi sur le royaume wahhabite, a pour objectif de redéfinir les relations entre les deux pays et de consolider la formation d’un bloc sunnite dans la région.

Vendredi, de nombreux accords commerciaux ont déjà été passés, pour une valeur de 1,7 milliard, et d’autres devraient être annoncés dans les prochains jours. L’aide saoudienne devrait désormais se faire par le biais d’investissements et d’échanges économiques, non plus par injections de cash. Il faut dire que l’Arabie Saoudite subit actuellement les répercussions de la baisse du prix du pétrole et doit de surcroit faire face aux coûts importants de la guerre qu’elle mène au Yemen contre les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran.

L'enjeu est régional. Google

Entre Afrique et Asie, la Mer Rouge. L’enjeu est régional. Google

L’Arabie Saoudite a d’ailleurs demandé à l’Egypte de s’impliquer davantage dans les opérations au Yémen. Les liens entre l’Egypte et le royaume saoudien semblaient s’être un peu distendus ces derniers temps, notamment à cause de la proximité de Sissi avec Poutine (soutien d’Al-Assad, allié de l’Iran). Cette visite a pour objectif de les renouer, et pour longtemps. Durant leur prise de parole, les deux dirigeants se sont désignés mutuellement comme « frères » et « pays frères ».

Des projets de pont entre l’Arabie Saoudite et l’Afrique existent depuis plusieurs années (il était même question à un moment d’un pont entre le Yémen et Djibouti — on comprendra aisément que ce n’est plus à l’ordre du jour). Les négociations trainaient en longueur. Elles se sont apparemment débloquées.

A LIRE : L’Arabie saoudite rentre en « guerre froide » avec l’Iran

« Salman Bridge »

Au cours de son annonce, le roi a déclaré : « Cette étape historique dans la liaison de l’Afrique et de l’Asie est une transformation qualitative qui augmentera les échanges entre les deux continents à des niveaux sans précédents. »

Entre l'Afrique et l'Asie, la Mer Rouge.

Le pont devrait prendre le nom du roi Salman. Google

Le pont, qui passera au dessus de la Mer Rouge (probablement quelque part dans le Golfe d’Aqaba), devrait permettre de faire circuler des véhicules et des trains. L’enjeu est de taille : augmenter les échanges entre le riche pays pétrolier et le vivier de main d’oeuvre africain, donner une voie terrestre aux flux de pèlerins se rendant à La Mecque, dynamiser la région du sud-Sinaï — et « stabiliser la région », dixit les parties concernées. Pas sûr que ce dernier point soit vrai. Le sud-Sinaï est un territoire à haut risque, de par la présence de groupes terroristes. Un accès à l’Arabie Saoudite ne devrait pas arranger les choses. Le golfe d’Aqaba est aussi un espace stratégique pour la sécurité d’Israël.

Si ce pont voit le jour, l’Egypte et l’Arabie Saoudite seraient donc reliées physiquement, à défaut d’avoir des frontières terrestres communes.

Depuis plusieurs mois, l’Arabie Saoudite est en train de revoir toute sa stratégie régionale, face à la montée en puissance du grand rival chiite, l’Iran. Lequel souhaiterait, de son côté, s’entendre avec la Russie, son allié objectif, pour relier la mer Caspienne au Golfe persique.

Les deux dirigeants devant une tapisserie de la région. Le bloc sunnite se fortifie.

Les deux dirigeants devant une tapisserie de la région. Le bloc sunnite se fortifie.

Related posts
ActualitéInternationalNon classéSport

5 événements qui ont marqué l’Histoire des Jeux olympiques

ActualitéSéries Tv

Que sont devenus les acteurs de La petite maison dans la prairie ?

À la uneEquitationSport

Comment on note les épreuves de saut d'obstacles aux JO ?

À la uneMédias

Goldorak XperienZ : Dorothée de retour au Grand Rex

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux